topblog Ivoire blogs

mercredi, 07 février 2018

COTE D'IVOIRE - «MATCH RETOUR», UN TEXTE DE L'ECRIVAIN FRANÇOIS MATTEI

 

FRANÇOIS MATTEI.jpg

 

Il sera de toute façon contraint de le faire à l’issue du procès de Laurent Gbagbo, à cause des dégâts irréversibles que cette parodie de justice manigancée par Nicolas Sarkozy aura causés. N’oublions pas qu’à La Haye, et contrairement aux engagements pris par la CPI en mars 2012, les crimes de masse des troupes de Ouattara n’ont jamais été examinés par Fatou Bensouda, sans que les successifs gouvernements français s’en émeuvent. Ce sera donc à Emmanuel Macron d’assumer la catastrophique gestion du dossier ivoirien par Jacques Chirac, François Hollande, et surtout Nicolas Sarkozy depuis plus de quinze ans. Aura-t-il le courage d’en faire l’inventaire, et d’en tirer les leçons ?

Il serait temps, comme le firent il y a longtemps les Anglais, les Portugais, ou les Espagnols, d’établir des relations assainies de tout abus de position avec nos anciennes colonies, indépendantes, depuis près de soixante ans…La France y retrouverait peut-être quelque éclat de sa grandeur passée. A ce titre, le traitement du cas Laurent Gbagbo se présente paradoxalement comme une occasion inespérée.

Sait-on assez qu’en Afrique, le petit frère ne reproche jamais à son aîné d’avoir fauté ? Il ne se venge pas ; le petit s’assoit en face du grand pour continuer à parler, comme avant la faute…Pour un homme politique comme Emmanuel Macron, dont l’avènement a surpris, ce pourrait être l’embryon d’une idée pour continuer à surprendre, et à innover. Cela suppose qu’il connaisse la psychologie africaine, ce qui n’est pas certain, ou qu’on la lui explique un peu.

Sinon, après avoir disparue de la scène internationale au Moyen-Orient, où elle jouait traditionnellement un rôle central, la France risque fort d’être engloutie sous le poids de ses erreurs et de son double jeu en Afrique, en particulier en Côte d’Ivoire. C’est sans doute à La Haye que se joue son avenir sur le continent, à la CPI, où elle l’a l’hypothéqué gravement. Sous le regard intéressé de la Chine, fortement implantée dans ce qui fut jadis le « pré carré » français, et celui de la Russie, qui l’a déjà supplantée en Syrie, et pousse ses pions en Afrique, au Congo, au Cameroun, en Angola. Poutine ne dissimule pas son rêve d’étendre sa présence, en prenant une revanche sur l’Occident, qui stoppa, grâce à une série de coups d’Etat et d’assassinats ciblés, la progression soviétique sur le continent africain dans les années 80 et 90.

A la CPI, sonne le glas de l’échec historique d’une certaine politique étrangère de la France. « Une sorte de Côte d’Ivoire papers ».

Son emprise internationale n’a cessé de rétrécir au fil des entreprises hasardeuses, depuis son alignement exclusif sur les Etats Unis, et des moyens de plus en plus réduits qui ne lui permettent plus depuis longtemps d’assumer des prétentions de grande puissance. De Gaulle a entretenu la fiction de son vivant grâce à sa stature de géant du XXème siècle, et à l’incarnation d’une troisième voie entre les deux grands blocs américain et soviétique, où se reconnaissaient les pays du Tiers monde. Après lui, la France est rentrée dans le rang, dans la crise économique, le chômage, les déficits tous azimuts… Disparaîtra-t-elle un jour complètement de cette Afrique où elle avait fondé son empire, et sa richesse ? C’est probable.

A moins que, par une miraculeuse et soudaine inspiration, elle affronte son passé, et en tire les conclusions. A moins qu’elle aille chercher la clé de sa propre rédemption dans la cellule de celui qu’elle y a jeté, à Scheveningen, 32, Pompstationweg, dans la banlieue de La Haye. Elle a taillé sur mesure, bien involontairement, une statue du Commandeur à Laurent Gbagbo. Les Afrikaners, tenants blancs de l’Apartheid en Afrique du sud, qui ont d’abord traité Nelson Mandela comme un terroriste, et l’ont maintenu en détention pendant 27 ans, en firent leur président, et une icône mondiale, en lui ouvrant les portes du pénitencier de Robben Island. Ils sauvèrent ainsi la face, leurs intérêts, et leur avenir. Ce fut un exemple africain de solution à une impasse historique d’origine coloniale apparemment sans issue. Plus récemment, le gouvernement belge a présenté des excuses officielles pour la responsabilité de Bruxelles dans l’assassinat de Patrice Lumumba, au Congo, en 1961. D’autres discours et d’autres scénarii plus adéquats sont à inventer dans le cas de la Côte d’Ivoire. Sans attendre 50 ans pour sortir du déni, et voir un président, en l’occurrence Jacques Chirac en 1995, venir reconnaître un crime d’Etat, celui de la participation à la déportation des juifs de France entre 1942 et 1944…Tout est toujours possible: de manière assez surprenante pour un farouche adversaire de la « repentance »- appellation contrôlée caractérisant ceux qui refusent d’admettre et de reconnaître leurs crimes -avec beaucoup de culot, et autant de cynisme, Nicolas Sarkozy a souligné à Kigali, il y a quelques jours, les « erreurs de la France » au moment du génocide du Rwanda en 1994.

Précisons qu’il accusait ainsi François Mitterrand, au pouvoir à l’époque…

En 2011, le même Sarkozy s’étant engagé dans une sinistre confrontation France-Côte d’Ivoire, s’était cru qualifié en gagnant le « match aller » et en faisant tomber Gbagbo. Alors qu’il a peut-être disqualifié Macron, pour le match retour » que la France est en train de perdre à La Haye en 2018.

A moins qu’avec un peu de courage, de panache, et une intelligence unanimement reconnue, l’actuel locataire de l’Elysée vienne refonder la relation africaine sur de nouvelles bases. N’est-ce pas là le véritable intérêt de la France? Une nouvelle vision d’avenir est à ce prix, car il y aura bien sûr un avant, et un après La Haye.

En Côte d’Ivoire, l’histoire est en marche, et l’horizon de l’après Ouattara n’est pas engageant : les rivalités entre Guillaume Soro, Ahmed Bakayoko, et Alassane Ouattara, chacun possédant sa milice armée, font craindre une nouvelle guerre civile. Avec un Henri Konan Bédié prêt à jouer sa carte personnelle dans le chaos. Et un Laurent Gbagbo, resurgi de l’enfer en héros.

 

Source : JOURNAL D'AFRIQUE, FEVRIER 2018