topblog Ivoire blogs

vendredi, 30 mai 2014

AFFAIRE MADIARA OUATTARA: SA LETTRE DE DETRESSE A JEANNE PEUHMOND

 

JEANNE PEUHMOND.jpg

 

Tout commence le 1er Juin 2011. Après la prestation de serment et l'investiture du Président de la République, la Direction des affaires administratives et financières, dirigée par Téné B. Ouattara écrit à Oxy Location, comme à d'autres fournisseurs et opérateurs économiques ayant adressé des factures à la présidence de la République. Portant en objet, une demande de confirmation de solde, le courrier indique ceci:" Dans le cadre des travaux de mise à jour de nos fichiers-fournisseurs, nous vous serions reconnaissants de bien vouloir nous faire parvenir le grand livre détaillé de notre compte dans vos livres, faisant apparaître le solde à la date du 31 Mars 2011(y compris les traites non échues que nous avons acceptées). Nous vous prions de bien vouloir adresser ce grand livre aux adresses et numéros suivants. Compte tenu de nos contraintes de calendrier, nous vous serions reconnaissants de bien vouloir faire diligence”. Dans le compte des opérations de la présidence tiré à la date du 7 Octobre 2010 avant même le 1er tour de la présidentielle, il ressort que sur une créance totale de 52 millions 360 mille FCFA, un montant sur lequel 26 millions 560 mille FCFA ont été payés. A la date du 1er Juin 2011, il était donc demandé à Dame Madiara de faire le point des états de ses créances pour que le paiement du solde de 25 millions 800 FCFA soit réglé. Un an et demi plus tard, ce solde n'était toujours pas réglé. C'est alors que Ouattara Madiara prend sur elle d'écrire à Mme Jeanne Peuhmond le 26 Décembre 2012. « Mme le conseiller spécial, écrit-t-elle, j'ai des impayés à la présidence de la République de Côte d'Ivoire qui se chiffrent (sic) à 25 millions de FCFA. Aussi depuis Mars 2012, j'ai perdu mon emploi, j'ai des problèmes avec les impôts. Mes activités ne marchent plus; ne pouvant plus faire face à mes charges, je me suis vue congédiée de mon domicile depuis le 15 Décembre 2012. J'ai donc passé la Noël dans la rue. Je n'ai plus aucune source de revenu, je ne suis pas mariée, je n'ai aucun soutien, je suis seule face à tous ça. Je suis au bout du rouleau. Dernièrement, ne sachant plus à quel saint me vouer, j'ai voulu mettre fin à mes jours », écrira-t-elle. Près de dix-sept (17) mois plus tard, sans avoir obtenu gain de cause, et alors que sa situation s'aggravait d’avantage ainsi que celle de sa mère, Ouattara Madiara est passée à l'acte.

OUATTARA MANDJARA. IMMOLATION 2.jpg

Madjara Ouattara

Elle a choisi de s'immoler, de s'offrir en sacrifice. Elle a préféré la mort à la souffrance sans fin, à l'humiliation. Croyante et musulmane, elle savait bien que se donner la mort n'est pas conseillé en Islam! Mais c'était plus fort qu'elle! Elle a même posé ce geste en invoquant encore Allah, le glorieux le Miséricordieux. Selon les premières informations sur ces obsèques, la levée de corps aura lieu demain jeudi 29 mai 2014 à 14 h à Ivosep, suivi de l’enterrement le vendredi 20 mai à Ouangolo après la prière de 13 h du vendredi. Qu'Allah ait pitié de son âme!

OUATTARA MANDJARA. LETTRE DE DEMANDE D'AIDE A JEANNE PEUHMOND.jpg

Lettre de demande d'aide adressée à Mme Jeanne Peuhmond

OUATTARA MANDJARA. LETTRE DE DEMANDE DE CONFIRMATION DE SOLDE.jpg

Lettre de demande de confirmation de solde adressée à Madjara Ouattara par le Secrétariat général de la Présidence

 

Olivier Guédé

 

Source: L'INTELLIGENT D'ABIDJAN

samedi, 26 janvier 2013

AFFAIRE BLE GOUDE: DU «NOUVEAU» QUI EN RAJOUTE AU FLOU?

 

CHARLES BLE GOUDE.jpg


L'auteur de cet article, publié sur la page Facebook "Blé Goudé Les Amis", espérait peut-être (avec les Amis en question) nous apporter une nouvelle lumière sur le dossier, mais semble plutôt y avoir apporté un peu plus de flou. Quelle affaire! Bonne lecture.

Exclusif! - Depuis La Haye - Gbagbo impose au FPI une déclaration de soutien et confie: "Il faut laisser Blé Goudé tranquille"

Blé Goudé: "A quoi ça sert d'être libre et dans la clandestinité quand le Président Gbagbo est en prison?"


Après la banalisation du départ, le FPI a fini par produire une déclaration de soutien réclamant la libération immédiate de Charles Blé Goudé. Dans la querelle et la polémique liées à un éventuel deal, le parti de Laurent Gbagbo coupe court, demande aux militants de rester mobilisés et de ne pas se laisser distraire. De bonne source, Laurent Gbagbo n'est pas étranger à cette attitude. Quelques personnes ayant été en contact avec lui, indiquent que l'ex-Président, devant toutes les accusations dont fait l'objet l'un de ses fidèles soutiens, a eu cette réaction: "Il faut laisser Blé Goudé tranquille". 

L'on apprend que Laurent Gbagbo, qui attend avec sérénité son procès pour dire sa part de vérité et démontrer qu'il est innocent, encourage son parti et ses partisans à entrer dans un dialogue politique avec le pouvoir." On a toujours été un parti démocratique et un parti de non-violence. De plus, nous n'avons pas d'armes. Obligeons l'animal de ville à entrer dans la démocratie et dans le dialogue politique. En dehors de la violence et en dehors de la force, l'animal de ville qu'est l'autre ne peut rien. (...) Nous devons parvenir à le sortir de ses méthodes de prédilection. Nous avons eu le temps de voir leurs lacunes et leurs faiblesses, nous ne devons pas continuer à leur laisser seuls le terrain pour profiter des ressources de notre patrie et maintenir dans la pauvreté nos populations et notre peuple", révèle en guise de Verbatim de la pensée, un homme de droit et membre par alliance de la famille Laurent Gbagbo, après une visite à La Haye. 

Blé Goudé confond adversaires et détracteurs: "A quoi ça sert d'être libre, et dans la clandestinité quand le Président Gbagbo est en prison?"

On en sait un peu plus sur la sérénité des membres du Cojep et des partisans indéfectibles de Charles Blé Goudé. Avant son arrestation, Blé Goudé avait émis à haute voix cette réflexion: "A quoi cela sert-il d'être en exil, dans une fausse liberté alors que Laurent Gbagbo est en prison. Mon objectif était de continuer le combat en partant d'Abidjan avant le 11 avril 2011, avec la bénédiction du Président. Mais aujourd'hui l'exil, la clandestinité et cette illusion de liberté valent-elles mieux que la prison, tant que je ne suis pas en mesure d'interagir en faveur du Président Laurent Gbagbo? Moi je suis libre et lui, il n'est pas libre. Par solidarité pour lui, ne devons- nous pas nous constituer tous prisonniers?".

Cette réflexion a le mérite de dérouter aussi bien partisans qu'adversaires de Blé Goudé. Au niveau des adversaires, tout en saluant l'efficacité de la politique et tout en étant prêts à applaudir une éventuelle ruse politique du Président de la République Alassane Ouattara en cas de deal avéré, les pro-Ouattara sont davantage nombreux à penser que Blé Goudé ne mérite aucune rémission de ses fautes. A ce titre, ils supportent mal, très mal même, l'idée d'un deal. Même s'ils rappellent qu'à plusieurs reprises, Blé Goudé a tendu la main aux autorités et s'était porté volontaire pour accompagner la réconciliation nationale. Le carton rouge à Blé Goudé dans le camp Ouattara est une réalité. Mais les partisans de Gbagbo restent eux aussi désorientés et attendent de voir plus clair. Tout en disant qu'il se calmerait, Touré Zeguen a maintenu hier, ses soupçons à l'encontre de Blé Goudé. Pour leur part, depuis l'arrestation de leur leader, les membres du Cojep n'ont de cesse d'inviter les autres exilés à rentrer au pays, disant que la lutte se fait sur le terrain, et non sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter...).

"La souveraineté de la Côte d'Ivoire, c'est Laurent Gbagbo, l'avenir de la souveraineté, c'est Blé Goudé", a déclaré un porte-parole de Blé Goudé, qui en dehors du FPI dispose d'une organisation et de soutiens bien structurés avec le Cojep. Les positions du Cojep qui sonnent comme un regard froid et réaliste, en écho au combattant Blé Goudé, qui affronte la justice de son pays et de ses "bourreaux", donnent du grain à moudre aux soupçons de collusion. Face aux soupçons de deal et aux accusations de trahison, à la suite de Zap Krasso, qui rappelle à Moussa Touré Zeguen in l'Intelligent d’Abidjan, que personne n'a le monopole de l'amour de Laurent Gbagbo, un analyste et observateur averti de la maison Ivoire révèle: "Tout est possible, Blé Goudé peut soigner son image à condition de ne jamais renier Laurent Gbagbo. Là, réside la clé de sa survie politique. Tant qu'il revendiquera l'héritage de Laurent Gbagbo et ne se hasardera pas dans son supposé deal, à devenir Alassaniste, il peut rebondir malgré une peine de prison à vie. La prison à vie ne signifie rien, dans la perspective de l'après-Ouattara, et l'horizon 2020. Blé Goudé aura alors 48 ans, Guillaume Soro 47 ans et Hamed Bakayoko sera l'aîné des deux. Avant cela, Mamadou Koulibaly et d'autres personnalités auront déjà joué leur première carte présidentielle en 2015. Pas de quoi s'alarmer". Est-ce à dire que Charles Blé Goudé a eu le temps de se préparer mentalement et psychologiquement à cette autre étape de sa vie? Une autre question qui attend réponse, comme tant d'autres interrogations. 

 

Charles Kouassi in L'Intelligent d'Abidjan, Mercredi 23 Janvier 2013.

samedi, 19 novembre 2011

LA CHARTE DES AKANS: VOICI COMMENT DES CHEFS TRADITIONNELS ONT CONDITIONNE LES BAOULE CONTRE LAURENT GBAGBO

 

photo

 

C'est avec des textes comme celui qui suit qu'on conditionne des esprits. Ce texte avait été publié en 2007, dans un journal ivoirien, "L'Intelligent d'Abidjan". Dans la dynamique actuelle de réconciliation voulue par la Commission dialogue, vérité et réconciliation (CDVR), la nation doit entendre les signataires de ce brûlot auquel nous devons certainement le renforcement de la haine irrationnelle d'une bonne partie du peuple baoulé contre le président Laurent Gbagbo et les bétés. Moi-même baoulé de part ma mère, issue d'un père natif de Yamoussoukro et d'une mère originaire de Tiébissou, je condamne cette dérive avec la dernière des énergies et interpelle, ici, tous mes frères baoulé du RHDP. Il faut désamorcer cette bombe sociologique qui a déjà répandu son venin dans bien des coeurs, tout comme l'a antérieurement fait la Charte du Nord, justement évoquée dans ce pamphlet tribal odieusement mensonger. Nous en voyons les résultats, aujourd'hui, dans une Côte d'Ivoire défigurée, aux mains des Houphouétistes. Nous attendons Charles Konan Banny sur cette question. Voici la Charte des Akans. Jamais plus ceci en Côte d'Ivoire!!! Fernand Dindé.


" La Côte d’Ivoire a été longtemps perçue comme un havre de paix, une nation multiculturelle et de grande symbiose ethnique. C’est cela qui a fait sa notoriété et son prestige. Aujourd’hui, force est de constater que notre pays a totalement perdu les automatismes qui ont fait sa distinction.


L’exclusion est désormais érigée en système de gouvernement. Des groupes ethniques subissent des injustices indescriptibles. C’est le cas des Akans qui chaque jour sont victimes de brimades et de frustrations dans tous les secteurs d’activités, dans l’administration civile comme dans l’administration militaire sans oublier le monde des affaires. Nos amis refondateurs dont la coloration ethnique ne fait l’objet d’aucun doute s’accaparent de tout. Expropriations, nominations fantaisistes, ostracismes, gangstérisme étatique, célébration du culte de la médiocrité, crimes crapuleux…, voilà le spectacle macabre qui nous est quotidiennement offert. Il s’agit là d’une minorité de complexés qui sème partout la terreur et qui joue cyniquement à étouffer et à casser de l’Akan.


Chers frères et sœurs Akan, il est temps de se réveiller et de prendre nos responsabilités historiques en main.


Tu es Akan, tu es dans l’armée, dans l’administration ou dans le monde des affaires, réveille-toi, l’heure a sonné pour la marche des Akan. L’heure a sonné pour la réhabilitation de la justice et pour la prise du pouvoir que nous savons d’ailleurs exercer dans les règles de l’art et avec la profonde sagesse qui caractérise notre société. Unissons-nous et tenons-nous prêts car très bientôt, la chaîne d’affirmation et de consécration se signalera. A la force brute nous substituerons l’ordre républicain, à la politique hasardeuse et démagogique, nous substituerons des stratégies concrètes de développement de notre nation. Loin d’être une révolution ethnique, la charte des Akan est une interpellation à une prise de conscience nationale et à la volonté de rétablir l’équilibre social par la lutte contre les injustices sociales dont sont victimes les Akans.


Réveillez-vous militaires et forces Akans de développement car notre pays se meurt. Nous n’avons plus de routes, plus de boulot, nos hôpitaux sont vides, notre jeunesse est livrée à la dépravation et à la débauche.


L’école qui est la formation de base est sacrifiée : le Lycée Scientifique, l’Université et les Grandes écoles de Yamoussoukro se meurent. Le système éducatif est totalement infecté par une bande de voyous et de criminels militants au sein de la FESCI. Cette organisation politico-militaire qui en réalité est une milice à la solde de ces politiciens de pacotille constitue pour notre pays une véritable gangrène. Doit-on laisser ces gros grains nous spolier de nos biens et nous ranger prématurément au placard sous prétexte qu’on ne pavoise pas avec eux ?


Akan ressaisis-toi et reste à l’écoute. Tu constitues un poids démographique important et incontournable. Cherche à te placer devant et non derrière. Les compétences civiles et militaires ne nous font pas défaut et tu le sais.

Incessamment, vous serez conviés à la consolidation de la charte.

Oh… c’est vrai qu’ils en riront ; mais souvenez-vous que la charte du Nord a fait des effets. Notre charte va porter ses fruits pour le bonheur de l’Homme ivoirien.

L’autorité de l’Etat sera restaurée et le citoyen sera respecté dans son intégrité physique comme morale.


Nous vous invitons donc à un nouveau pacte social fondé sur le mérite, l’ordre, la justice, la discipline sociale et le respect des valeurs républicaines.


Chers frères et sœurs Akans, mobilisons-nous pour mettre fin à cette grande imposture, cette délinquance politique qui nous sert en permanence un décor mortuaire.


Nanan Loukou Kou 1er - Nanan Tala Koutoua IX

Publié dans le quotidien ivoirien "L'Intelligent d'Abidjan" du 1er octobre 2007 ".