topblog Ivoire blogs

lundi, 04 novembre 2013

LE VIEUX NEGRE ET LA MEDAILLE

ALASSANE OUATTARA. ACADEMIE SCIENCES OUTRE-MER.jpg


Ce lundi 4 novembre 2013, le Président ivoirien, Alassane Ouattara, sera installé ou distingué comme "membre associé de l’Académie des sciences d’Outre-mer". Certes. Mais, pour quelle contribution? Pour quelle recherche ou publication ayant rapport avec les domaines d’activités de cette Académie, activités qui concernent principalement l’Afrique, l’Amérique latine, l’Asie et l’Océanie? Quels sont les critères de choix ou d'éligibilité des membres associés de l’Académie des sciences d’Outre-mer? Dans la bibliothèque que possède l'Académie, combien de livres le président Ouattara a-t-il écrit sur les 70 000 ouvrages qui constituent son importante source de référence relative à la culture des anciennes colonies et territoires d’Outre-mer?...

Etant donné que la devise de cette Académie est « Savoir, Comprendre, Respecter, Aimer », nous sommes des milliers qui voulons savoir, avoir réponses à toutes ces interrogations pour comprendre l'importance de cette cérémonie d’installation, pour apprécier la distinction du président Ouattara à sa juste dimension et pour vivre pleinement cet événement...

Sinon qu'on arrête de nous divertir (au sens pascalien de ce terme: détourner des préoccupations réelles du moment) avec ces genres de cérémonies-bateaux, pour ne pas dire tintamarres, qui n'avancent à rien, et qui n’apportent rien, ni à l'Afrique, ni aux Africains. Du moins, de mon humble avis.


Léandre Sahiri, Ecrivain.

ALASSANE OUATTARA. ACADEMIE SCIENCES OUTRE-MER 2.jpg

ALASSANE OUATTARA. ACADEMIE SCIENCES OUTRE-MER 3.jpg

ALASSANE OUATTARA. ACADEMIE SCIENCES OUTRE-MER 4.jpg

ALASSANE OUATTARA. ACADEMIE SCIENCES OUTRE-MER 5.jpg


Photos de la cérémonie. ABIDJAN.NET

mardi, 29 octobre 2013

DE LA DECISION DE LA CPI

LAURENT GBAGBO 2.jpg


Comme on le voit, pour maintenir Laurent Gbagbo en prison a La Haye, la CPI a usé d'une part de "raisonnement par l'absurde" et, d'autre part, elle s'est appuyée sur l'"asymétrie des rapports de force":
 
a) Le principe du "raisonnement par l'absurde" est le suivant : par exemple, pour démontrer qu'une proposition A est vraie, on suppose que la proposition (non A) est vraie − c'est-à-dire que la proposition A est fausse − et on montre alors que cette hypothèse conduit à une contradiction. Ainsi pour démontrer que Gbagbo doit être maintenu en prison, la CPI a mis en avant, le plus absurdement possible, l'argument selon lequel les raisons utilisées jusque-la pour le maintenir en prison restent valables pour le maintenir en prison. 

b) L'"asymétrie des rapports de force" établit que, aujourd’hui, comme hier, comme toujours, la suprématie est une affaire de force, une affaire d’armes. L’asymétrie des rapports de force établit qu’on impose l’arbitraire à quelqu’un, non pas parce que l’on est plus fort que lui, non pas parce que l’on est mieux ou supérieur à lui, mais parce que l’on est armé, mais parce que l’on tient le fusil pointé sur lui, et parfois parce que l’on est sans morale. En règle générale, et selon la thèse de l’asymétrie des rapports de force, celui qui tient le fusil est faible physiquement et en position de parasite, puisqu’il se sert de la force et des ressources d’autrui, mais tant qu’il tient le fusil, il reste le maître (Extrait de "Le code noir de Louis XIV").
 
 
Léandre Sahiri, Ecrivain.