topblog Ivoire blogs

lundi, 12 décembre 2011

LEGISLATIVES 2011: LE PDCI CRIE DEJA A LA FRAUDE!


ALPHONSE DJEDJE MADY.jpg

En dépit du faible taux de participation des électeurs au scrutin du 11 décembre, le Rassemblement des républicains (RDR) caracole en tête avec le plus grand nombre de députés selon les premiers résultats provisoires. Son allié, le Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI), crie déjà à la fraude.

Le Rassemblement des républicains (RDR) est en passe de diriger l'hémicycle avec le nombre de sièges de députés remportés à l'issue du scrutin du 11 décembre. Tout le monde savait que la partie devait se jouer entre cette formation politique et le PDCI. Pour l'heure, le parti de Ouattara est loin devant celui de Henri Konan Bédié, deux alliés au sein du RHDP.

En attendant la proclamation définitive des résultats par la CEI, le Parti démocratique de Côte d'Ivoire, crie à la fraude et accuse par ailleurs le RDR d'être responsable de nombreuses irrégularités dans certains bureaux de votes. «Nous nous sommes faits avoir par le RDR. A Abobo, malgré l'alliance qui nous lie, ce parti n'a pas hésité à faire des bourrages d'urnes dans certains quartiers. C'est le cas à Sagbé (derrière rails) où des bureaux de vote ont fermé à 20 heures au lieu de 17 heures 30, comme annoncé par la CEI», a déclaré un militant du PDCI rencontré ce dimanche tard dans la nuit à la CEI. D'autres informations en notre possession font état de ce que le RDR n'a pas fraudé seulement à Abobo.

Les militants du PDCI contestent également les résultats provisoires de Koumassi, Port-Bouet, Treichville, etc. qui donnent l'avantage au RDR. Des cas de fraudes et de bourrages d'urnes ont été décelés à l'intérieur du pays par les militants du PDCI qui ont joint koaci par téléphone ce lundi matin. «Les résultats sont truqués. Le RDR nous a roulé dans la farine. Il y a eu des fraudes massives dans certains quartiers de la ville de Bouaké, notamment à Sokoura, à Belleville et à Odiénékourani. Nous ne savons pas pourquoi, les responsables du PDCI peuvent continuer de collaborer avec un tel parti qui ne respecte pas ces engagements, » a indiqué un militant PDCI très en colère, avouant que des fraudes massives ont été enregistrées dans la plupart des bureaux de votes de la partie septentrionale de la Côte d'Ivoire, selon les informations qui lui parviennent de cette partie du pays.

En dépit de la défaite assurée du PDCI, ce parti a fait une percée notable dans le pays Attié, certainement à cause de la non participation du Front populaire ivoirien (FPI) aux législatives. Une percée qui s'est concrétisée dans des bureaux de votes quasiment vides selon nos investigations. Il convient de souligner, par ailleurs, que la nuit électorale organisée par la CEI a été un véritable échec.

La presse dans son entièreté a boycotté cette rencontre qui finalement n'a rien apporté à la poignée de journalistes qui fait le déplacement du siège de cette institution sis aux Deux-plateaux, notamment les agents de la RTI.



Wassimagnon, KOACI.COM ABIDJAN.

 

Source: COTE D'IVOIRE LA VRAIE

dimanche, 11 décembre 2011

LEGISLATIVES: VERS UN TAUX D'ABSTENTION RECORD DE 87%


ELECTION EN CI.JPG

Législatives 2011. Sur les ondes de la RTI, Alassane Ouattara en personne a appelé les populations à sortir massivement pour aller voter, en qualifiant ce scrutin d'essentiel. Cet appel n'a pas été entendu - loin s'en faut. Les Ivoiriens sont restés enfermés chez eux et pour cause.

Les ONG qui ont travaillé dans la plus grande discrétion sur ce scrutin dit « essentiel » ont situé le record d'abstention à environ 87% : « On ne peut pas parler de taux de participation. On ne peut que parler de taux d'abstention », disait un observateur.

Finalement, l'on a assisté à un remake du référendum de 2000. Alassane Ouattara avait appelé les populations à rester chez elles. 13% l'ont écouté. 87% environ ont voté la constitution d'Août 2000.

En 2011, le même Alassane Ouattara appelle les ivoiriens à sortir massivement pour prendre part à des législatives « essentielles ». 87% environ sont restés enfermés chez eux contre seulement 13% de participants.

Abidjan ressemble vraiment à une ville morte, ce dimanche 11 décembre. L'ombre de la déportation de Laurent Gbagbo plane sur les élections...

On attend maintenant minuit pour voir ce que vont nous annoncer les truands de la CEI et de l'ONUCI !


Source: Facebook Mélanie Debrest

samedi, 12 novembre 2011

LEGISLATIVES 2011 - LES GRANDS PARTIS EN DIFFICULTE: LA MENACE DES INDEPENDANTS



ELECTION EN CI.JPG

964 dossiers réceptionnés pour un total de 1185 candidats titulaires, 439 candidats indépendants provenant de 34 formations ou groupements politiques, 89% pour les hommes, et 11% pour les femmes en termes de représentation… Tel est le point des candidatures aux législatives prochaines, fait le jeudi 10 novembre 2011 par la Commission électorale indépendante (Cei).

Les chiffres avancés notamment en ce qui concerne le nombre de candidatures indépendantes, sont symptomatiques de la situation difficile que vivent les partis politiques engagés dans la course. Le nombre élevé (439), de candidats indépendants issus des partis politiques, montre bien que ces partis notamment le Pdci et le Rdr, ont eu du mal à canaliser leurs hommes. Ces deux grandes formations politiques du Rassemblement des Houphouëtistes pour la démocratie et la paix (Rhdp), n’ont pas réussi à créer l’union sacrée, ni en leur sein, ni au sein de leur coalition. La première décision prise par leurs présidents, Henri Konan Bédié et Alassane Ouattara, a été violemment contestée par la base. Les deux mentors ont dû reculer. Et face à la pression, ils ont autorisé tous les prétendants à la candidature, à se lancer dans le jeu.

Si cette dernière décision a le mérite d’ouvrir la compétition à tout le monde, elle n’est pas loin de mettre les partis membres du Rhdp dans une situation inconfortable. Les candidats indépendants qui n’ont pas eu la caution de leur formation politique, constituent une véritable menace pour le Pdci, le Rdr, l’Udpci et le Mfa. Cela est aussi valable pour les autres partis qui prendront part aux législatives à venir. Des candidats qui vont à la compétition sous la bannière de leur formation politique, pourraient mordre la poussière devant des indépendants. Et il n’est pas évident que les indépendants-vainqueurs, retournent dans leur parti d’origine.

Par ailleurs, il est à craindre, surtout pour les grands partis, que les indépendants-vainqueurs songent à se mettre ensemble pour créer un groupe parlementaire. Un tel schéma pourrait rendre davantage difficile la tâche du Rhdp à l’hémicycle, étant entendu que cette coalition veut garantir au chef de l’Etat, la majorité au parlement. Les indépendants, une fois unis dans un groupe parlementaire, pourraient, pour se venger, ‘’emmerder’’ le pouvoir dans le vote des lois. Pour l’instant, le nombre important de candidats indépendants, va jouer sur l’équilibre des partis politiques dont ils sont issus. La campagne électorale, on peut le penser, sera électrique entre les indépendants et les choix des partis politiques. Elle pourrait laisser des cicatrices au niveau de la cohésion dans les formations ou groupements politiques.

Bamba Idrissa


Source: SOIR INFO