topblog Ivoire blogs

samedi, 19 novembre 2011

LA CHARTE DES AKANS: VOICI COMMENT DES CHEFS TRADITIONNELS ONT CONDITIONNE LES BAOULE CONTRE LAURENT GBAGBO

 

photo

 

C'est avec des textes comme celui qui suit qu'on conditionne des esprits. Ce texte avait été publié en 2007, dans un journal ivoirien, "L'Intelligent d'Abidjan". Dans la dynamique actuelle de réconciliation voulue par la Commission dialogue, vérité et réconciliation (CDVR), la nation doit entendre les signataires de ce brûlot auquel nous devons certainement le renforcement de la haine irrationnelle d'une bonne partie du peuple baoulé contre le président Laurent Gbagbo et les bétés. Moi-même baoulé de part ma mère, issue d'un père natif de Yamoussoukro et d'une mère originaire de Tiébissou, je condamne cette dérive avec la dernière des énergies et interpelle, ici, tous mes frères baoulé du RHDP. Il faut désamorcer cette bombe sociologique qui a déjà répandu son venin dans bien des coeurs, tout comme l'a antérieurement fait la Charte du Nord, justement évoquée dans ce pamphlet tribal odieusement mensonger. Nous en voyons les résultats, aujourd'hui, dans une Côte d'Ivoire défigurée, aux mains des Houphouétistes. Nous attendons Charles Konan Banny sur cette question. Voici la Charte des Akans. Jamais plus ceci en Côte d'Ivoire!!! Fernand Dindé.


" La Côte d’Ivoire a été longtemps perçue comme un havre de paix, une nation multiculturelle et de grande symbiose ethnique. C’est cela qui a fait sa notoriété et son prestige. Aujourd’hui, force est de constater que notre pays a totalement perdu les automatismes qui ont fait sa distinction.


L’exclusion est désormais érigée en système de gouvernement. Des groupes ethniques subissent des injustices indescriptibles. C’est le cas des Akans qui chaque jour sont victimes de brimades et de frustrations dans tous les secteurs d’activités, dans l’administration civile comme dans l’administration militaire sans oublier le monde des affaires. Nos amis refondateurs dont la coloration ethnique ne fait l’objet d’aucun doute s’accaparent de tout. Expropriations, nominations fantaisistes, ostracismes, gangstérisme étatique, célébration du culte de la médiocrité, crimes crapuleux…, voilà le spectacle macabre qui nous est quotidiennement offert. Il s’agit là d’une minorité de complexés qui sème partout la terreur et qui joue cyniquement à étouffer et à casser de l’Akan.


Chers frères et sœurs Akan, il est temps de se réveiller et de prendre nos responsabilités historiques en main.


Tu es Akan, tu es dans l’armée, dans l’administration ou dans le monde des affaires, réveille-toi, l’heure a sonné pour la marche des Akan. L’heure a sonné pour la réhabilitation de la justice et pour la prise du pouvoir que nous savons d’ailleurs exercer dans les règles de l’art et avec la profonde sagesse qui caractérise notre société. Unissons-nous et tenons-nous prêts car très bientôt, la chaîne d’affirmation et de consécration se signalera. A la force brute nous substituerons l’ordre républicain, à la politique hasardeuse et démagogique, nous substituerons des stratégies concrètes de développement de notre nation. Loin d’être une révolution ethnique, la charte des Akan est une interpellation à une prise de conscience nationale et à la volonté de rétablir l’équilibre social par la lutte contre les injustices sociales dont sont victimes les Akans.


Réveillez-vous militaires et forces Akans de développement car notre pays se meurt. Nous n’avons plus de routes, plus de boulot, nos hôpitaux sont vides, notre jeunesse est livrée à la dépravation et à la débauche.


L’école qui est la formation de base est sacrifiée : le Lycée Scientifique, l’Université et les Grandes écoles de Yamoussoukro se meurent. Le système éducatif est totalement infecté par une bande de voyous et de criminels militants au sein de la FESCI. Cette organisation politico-militaire qui en réalité est une milice à la solde de ces politiciens de pacotille constitue pour notre pays une véritable gangrène. Doit-on laisser ces gros grains nous spolier de nos biens et nous ranger prématurément au placard sous prétexte qu’on ne pavoise pas avec eux ?


Akan ressaisis-toi et reste à l’écoute. Tu constitues un poids démographique important et incontournable. Cherche à te placer devant et non derrière. Les compétences civiles et militaires ne nous font pas défaut et tu le sais.

Incessamment, vous serez conviés à la consolidation de la charte.

Oh… c’est vrai qu’ils en riront ; mais souvenez-vous que la charte du Nord a fait des effets. Notre charte va porter ses fruits pour le bonheur de l’Homme ivoirien.

L’autorité de l’Etat sera restaurée et le citoyen sera respecté dans son intégrité physique comme morale.


Nous vous invitons donc à un nouveau pacte social fondé sur le mérite, l’ordre, la justice, la discipline sociale et le respect des valeurs républicaines.


Chers frères et sœurs Akans, mobilisons-nous pour mettre fin à cette grande imposture, cette délinquance politique qui nous sert en permanence un décor mortuaire.


Nanan Loukou Kou 1er - Nanan Tala Koutoua IX

Publié dans le quotidien ivoirien "L'Intelligent d'Abidjan" du 1er octobre 2007 ".