topblog Ivoire blogs

vendredi, 03 février 2012

CLASH SORO-ADO: VOICI LE SCENARIO DE LA CAPTURE DE SORO

 

FORCE LICORNE.jpg

Les 300 légionnaires français déjà à Abidjan. La psychose gagne la capitale!


Alors que nous avions annoncé depuis deux jours dans IvoireBusiness, le débarquement imminent de 300 légionnaires à Abidjan, une source très crédible nous informait, hier, que les 300 légionnaires en question étaient déjà sur les bords de la lagune ébrié, depuis le 31 janvier dernier. Information recoupée et confirmée par une seconde source.

Selon un timing savamment orchestré et ayant eu vent que leur projet était su, les légionnaires français ont précipité leur arrivée en Côte d'Ivoire, où ils sont arrivés dans la nuit du 30 au 31 janvier dernier.

Au même moment, à l'autre bout de l'Afrique, Alassane Dramane Ouattara quittait Addis-Abeba pour s'envoler, non pas pour Abidjan, mais pour Paris. Officiellement, pour des soins, officieusement pour être, comme il en a l'habitude, loin du théâtre des opérations. Les légionnaires viennent rejoindre les 300 soldats Licorne déjà sur place.

Les carottes sont-elles en train de cuir à la vitesse grand V pour Soro, l'auteur jadis adulé par les médias français du livre «Pourquoi je suis devenu rebelle», dans lequel il justifiait de façon prémonitoire, les crimes perpetrés par les Forces nouvelles et ses chefs de guerre sur les populations civiles ivoiriennes.

Pas si sûr, mais certains signes ne trompent pas. Un étau irrésistible est en effet en train de se resserrer autour du Premier ministre et de ses Com'zones qui sont en passe d'être capturés par les forces françaises, car c'est de cela qu'il s'agit, et transférés à la CPI.

Tel semble le scénario qui se dessine contre Soro, dont le sort a été scellé lors de la dernière visite d'Hillary Clinton à Abidjan.
Ce dernier averti par ses propres services de renseignements, n'avait pas jugé utile de se rendre à l'aéroport d'Abidjan, accueillir la secrétaire d'Etat américaine, encore moins la recevoir à la Primature.

Une fois au palais présidentiel et après les civilités d'usage, celle-ci assena des paroles crues à Alassane Ouattara, qui bien qu'ayant fait la majeure partie de sa carrière aux Usa, n'a pas encore compris l'attachement des américains à l'expression plurielle des opinions, aux droits de l'homme, et à la liberté de la presse.

Autrement dit, ce n'est pas parce qu'on t'a installé au pouvoir que tu as le droit de faire n'importe quoi.

Exaspérée par les exactions des Frci envers les populations civiles, Clinton, dans un ton très directif demanda à ADO de livrer Soro et certains de ses chefs de guerre à la CPI, car coupables de crimes de sang et de crimes contre l'humanité, selon les rapports de Human rights watch, Amnesty international, et la croix rouge.

Mais Soro qui ne tient pas à se faire capturer comme un pigeon a déjà commencé sa riposte.

L'incendie des locaux de la Primature le 28 janvier dernier n'est en réalité qu'un acte criminel ourdi par les hommes de Soro, pour effacer toute trace de son passage à la Primature. Le but, éviter d'être épinglé un jour pour crimes économiques.

C'est la raison pour laquelle seuls les services économiques rattachés à la Primature sont partis en fumée. Et chose curieuse, Soro n'y a pas mis les pieds pour constater les dégâts.

Deuxième acte de riposte, Soro a quitté sa résidence d'Abidjan pour le Nord. C'est la raison pour laquelle aucun conseil de gouvernement ne s'est tenu à Abidjan depuis deux semaines.

Il serait entre Bouaké, Korhogo et Ferkessédougou. Toutes ces zones centre-nord-ouest (CNO) sont en état d'alerte maximale. On peut y noter une concentration très importante de troupes.

Les hommes de Soro se livreraient en ce moment à des exactions contre les populations burkinabé, coupables à leurs yeux de spolier les richesses de la Côte d'Ivoire et d'avoir pris leurs terres.

Une chasse à l'homme a en ce moment lieu contre les ressortissants du Burkina Faso, qui soutiennent sans faille Alassane Ouattara, par les ressortissants du Nord.

Les villes de Bouaké, Dabakala, Bouna, Ferkessédougou, Korhogo, Odienné, Boundiali sont concernées.

Sur le plan purement militaire, les hommes de Soro ont déjà totalement quadrillé tout le centre-nord-ouest de la Côte d'Ivoire, et attendent de pieds fermes les soldats français de Licorne et les légionnaires. Les forces spéciales américaines, déjà présentes à Abidjan, pourraient les aider à capturer SORO.

Licorne et la Légion disposent d'un appui aérien supérieur aux Frci, qui n'en possèdent pas. Mais au sol, la connaissance du terrain demeure la faiblesse majeure des légionnaires et de Licorne, même s'ils ont reçu un entrainement puissant en terrain étranger et très hostile.

Les hommes de Soro disposent également du soutien de la population dans les zones sous contrôle de l'ex-rébellion des Forces nouvelles. Ce qui n'est pas un atout négligeable.

La nation retient son souffle. Nul ne sait comment tout ça finira. Car les populations abidjanaises ont commencé à faire leurs provisions. La psychose s'étant déjà emparée d'elles.

Nous y reviendrons.


Eric Lassale


Source: IVOIREBUSINESS.NET

mercredi, 25 janvier 2012

CPI - COTE D'IVOIRE: POUR UN EXAMEN DE L'ACTION DE L'OPERATION FRANÇAISE LICORNE


FORCE LICORNE.jpg


Communiqué de Survie, le 24 janvier 2012

Le 3 octobre 2011, les juges de la troisième Chambre préliminaire de la Cour Pénale Internationale ont autorisé le Procureur à ouvrir une enquête sur les événements consécutifs à l'élection présidentielle ivoirienne de 2010. Les juges ont aussi demandé que leur soit transmise « toute information supplémentaire à sa disposition sur des crimes qui pourraient relever potentiellement de la compétence de la Cour et qui auraient été commis entre 2002 et 2010 » [1]. Cette demande ouvre la possibilité d'un examen de l'action de la force française Licorne par une juridiction internationale.

L'association Survie transmettra prochainement un dossier au bureau du Procureur sur les exactions de l'armée française durant les désastreuses journées de novembre 2004. Dans cette perspective, toute information sur ces faits peut lui être transmise [2].


Membre de la Coalition Française pour la Cour Pénale Internationale (CFCPI), Survie s'est mobilisée pour la création de cet outil juridique, auquel nombre de personnalités politiques et militaires françaises étaient réticentes. Elle est souvent dépeinte comme une cour « pour juger les Africains » et comme un outil politique aux mains des grandes puissances, pour juger les leaders africains. En effet, les 7 situations ayant donné lieu à des enquêtes de la CPI se limitent à des pays d'Afrique et les 27 mandats d'arrêt et citations à comparaître délivrées jusqu'ici concernent exclusivement des Africains. Il faut saisir les opportunités pour qu'il en soit autrement et que la Cour exerce un contre-pouvoir sans soupçon de discrimination.


Une place particulière est laissée aux ONG dans le fonctionnement de la Cour. Contrairement à une idée très répandue, il n'est pas possible, pour une ONG de saisir ou de porter plainte devant la CPI. Le statut de Rome permet, en revanche, à une association comme Survie, de soumettre au Procureur des informations sur des faits relevant de la compétence de la Cour [3]. Sur la base des éléments transmis, il peut enquêter sur les faits concernés. Dans le cas contraire, le Procureur doit en aviser la source des informations [4], le plus souvent en argumentant.

Fichier:International Criminal Court logo.svg

Les éléments que Survie compte transmettre au Procureur de la CPI concernent un moment clé de la crise ivoirienne. Début novembre 2004, l'armée ivoirienne lance une offensive sur le nord du pays, sous le contrôle depuis deux ans d'une rébellion. Au cours de cette offensive, essentiellement aérienne, neuf soldats français de la force Licorne et un civil américain trouvent la mort dans un bombardement, le 6 novembre. Dès lors, c'est l'escalade : neutralisation des moyens militaires aériens ivoiriens et prise de contrôle de l'aéroport d'Abidjan par l'armée française, importantes manifestations contre l'armée française et exactions contre des expatriés. La prise de contrôle d'Abidjan par la force Licorne fera, en l'espace de quatre jours, plusieurs dizaines de morts ! parmi les civils ivoiriens. Les affrontements les plus importants ont eu lieu à l'aéroport d'Abidjan, devant la base militaire française de Port-Bouët, au niveau des ponts qui enjambent la lagune Ébrié, autour de l'hôtel Ivoire, mais aussi dans l'intérieur du pays, notamment à Duékoué.

Si le bilan chiffré - entre une vingtaine et une soixantaine de morts - de ces « quatre jours de feu » [5] de l'armée française reste sujet à controverse, les documents disponibles pour examiner les exactions commises ne manquent pas : un rapport [6] d'assistance fournie par l'Etat sud-africain à l'Etat de Côte d'Ivoire, deux reportages [7] diffusés par Canal Plus, articles d'enquête du Canard Enchaîné, une enquête [8] d'Amnesty International. Et les multiples contradictions relevées dans les déclarations successives du Ministère de la Défense français ! Les documents montrent en particulier les moyens disproportionnés employés par l'armée française face aux manifestants ivoiriens.


Malgré les demandes ivoiriennes, malgré les demandes de la Fédération Internationale des Droits de l'Homme, de la Ligue des Droits de l'Homme [9] et d'Amnesty International, malgré quatre propositions de résolution [10] visant à créer une commission d'enquête parlementaire, les autorités françaises sont restées sourdes aux demandes d'éclaircissements sur l! 'intervention française en Côte d'Ivoire. Interpellé par Amnesty International, le ministère de la Défense français avait répondu que le gouvernement ne demanderait pas de lui-même une enquête internationale indépendante, mais qu'il était disposé à collaborer si une telle enquête voyait le jour. Une enquête de la CPI pourrait être l'occasion de concrétiser enfin cette bonne foi.


Avec la reconnaissance de la compétence de la CPI en Côte d'Ivoire par Laurent Gbagbo, puis par Alassane Ouattara, la Cour pourrait donc être saisie de ces faits, si le procureur estime qu'il y a « une base raisonnable pour ouvrir une enquête ».


Au soir du 10 novembre, au cours d'un entretien télévisé [11], le premier ministre français, Jean-Pierre Raffarin, résuma sèchement la position française quant à une enquête sur les événements qui venaient de s'enchaîner en Côte d'Ivoire : «  On ne tue pas les soldats français sans que la riposte soit immédiate... ». Par cette démarche auprès du Procureur de la CPI, nous entendons faire prévaloir l'esprit de justice sur la loi du talion. Cette initiative s'inscrit dans la volonté de Survie de mettre fin à l'impunité des crimes commis par l'armée française en Afrique.


 

Les informations transmises devront être le plus étayées possible. Ces informations peuvent évidemment aussi être adressées au Procureur par toute autre organisation qui entame une démarche similaire. Toute personne souhaitant transmettre à Survie des éléments (témoignages oraux, écrits, vidéos, photos, liste de victimes avec coordonnées, etc.) afin d'enrichir le dossier peut le faire :

Par voie postale :
Association Survie
107 boulevard de Magenta
75010 Paris

Par email : dossiercpi@survie.org

Par voie électronique sécurisée (nous contacter sur dossiercpi@survie.org)

En cas de transmission d'éléments, il sera utile de préciser, notamment, les conditions d'anonymat, les moyens pour contacter les témoins éventuels et s'ils seraient prêts à témoigner.

[1] Communiqué de presse de la CPI du 3 octobre 2011, La Chambre préliminaire III de la CPI autorise le Procureur à ouvrir une enquête en Côte d'Ivoire, ICC-CPI-20111003-PR730
[2] Survie ne souhaite pas avoir l'exclusivité d'une telle démarche. Les témoignages peuvent être adressés au Procureur par l'intermédiaire d'autres organisations
[3] Article 15.1 et 15.2 du Statut de Rome de la Cour Pénale Internationale
[4] Article 15.6
[5] Nom d'un documentaire, cf. infra
[6] Intitulé Rapport d'enquête sur les fusillades survenues en Côte d'Ivoire en novembre 2004
[7] Côte d'Ivoire : Quatre jours de feu, diffusé le 30/11/2004 et Le mardi noir de l'armée française, diffusé le 08/02/2005
[8] AFR 31/005/2006, Affrontements entre forces de maintien de la paix et civils : leçons à tirer, 19/09/2006
[9] Communiqué de presse commun de la FIDH et de la LDH du 30/11/2004
[10] Deux ont été déposées le 01/12/2004, les deux autres les 26/10/2005 et 12/07/2011
[11] Questions ouvertes, France 2, le 10/11/2004. Cet entretien est repris dans les Déclarations Officielles de politique étrangère du bulletin d'actualité du Ministère des Affaires Étrangères français du 15/11/2004

Contact presse :
Stéphanie Dubois de Prisque
chargée de communication

stephanie.duboisdeprisque@survie.org
01 44 61 03 25

dimanche, 18 septembre 2011

LE TEMOIGNAGE TERRIFIANT D'UN RESCAPE DES MASSACRES DE LA VILLE DE DUEKOUE


MASSACRE DE DUEKOUE 2.JPG

Les troupes de l'ONUCI jouent, ici, les crocs-morts après avoir assisté sans réagir au massacre des populations civiles de Duékoué.

 

Chers lecteurs, le témoignage que je vous propose, ce jour, est totalement authentique. Il a été recueilli par une journaliste française, en séjour depuis quelques jours à Abidjan, qui refuse de cautionner ce que son pays a fait subir à la Côte d'Ivoire et qui espère rétablir la vérité sur les évènements de mars à avril 2011, dans notre pays, en restituant les faits, à travers le témoignage des Ivoiriens qui ont vécu ces drames. Tandis qu'on parle d'allier la justice à la réconciliation dans ce pays, il serait peut-être aussi temps qu'on retrouve et mette aux arrêts ceux qui ont commis ces crimes contre l'humanité. A moins que la justice des vainqueurs les absolve de tout crime et ne rélègue leur condamnation au jugement de DIEU. Pour des raisons évidentes de sécurité, nous gardons l'anonymat de notre témoin. Ames sensibles, s'abstenir. Que DIEU bénisse la Côte d'Ivoire !

« Dans ce témoignage, je vous ressasse, pêle-mêle, ma traversée de ce désert entaché de douleurs, de larmes et de sang qu'est la crise ivoirienne.

J'avais eu pour mission (dans le cadre de mon boulot), de me rendre en repérage dans la ville de Duékoué.

C'est ainsi qu'après la constitution d'une équipe, nous avons quitté la ville d'Abidjan, le 13 mars 2011, pour l'Ouest du pays. Une fois à Duékoué, la ville était très animée avec ces gamins qu'on pouvait voir jouer à proximité des habitations, les populations qui vaquaient à leurs occupations, sous le regard des ex-FDS (Forces de Défense et de Sécurité). Nous étions précisément logés au Royal Hôtel de Duékoué.

Par endroit, l'on pouvait distinguer la présence des forces onusiennes et des soldats de la Licorne ; et au fur et à mesure que le temps s'écoulait, l'on avait comme l'impression que de nouveaux visages, presqu'inconnus, se montraient au grand jour. C'étaient pour la plupart des illettrés, sinon des personnes qui ne s'exprimaient qu'en Bambara (Malinké, Dioula) et leur nombre croissait, au fil du temps. Cela faisait donc l'objet de discussions au sein des populations.

La plupart s'adonnait à des pratiques telles : vols, braquages à mains armées, viols... .

Cette nuit du 28 au 29 mars, principalement, restera gravée à jamais dans ma mémoire. Ce fut le passage de la quiétude au chaos.

Effectivement, durant cette nuit, l'assaut final avait été lancé sur la ville de Duékoué. Les forces pro-Ouattara attaquaient la ville ainsi que les différentes positions des Forces de Défense et de Sécurité. C'était la psychose totale. On pouvait entendre de partout ces bruits assourdissants qu'émettaient chars, obus et autres armes à feu. Des gens criaient, se lamentaient, on pouvait même apercevoir les colorations bleues et rouges de ces balles qui fusaient de partout. Mes collègues et moi, pris de panique, avions commencé à appeler nos parents des autres villes pour les informer. Puis nous nous sommes mis à prier.

Vers 5h du matin, des individus armés, vêtus de tenues militaires (pantalons et cagoules pour certains), ont envahi notre chambre en s'exprimant de cette sorte : « C'est vous les maudits-là, aujourd'hui-là, on va vous égorger ! ». Un autre survint et dit en Bambara : « Eh kôro, Gbagbo môgô lo ! A faga ! ». Pour traduire : « Ce sont les partisans de Gbagbo, tuons-les ! ».

Je vous jure que j'ai fais pipi dans mon pyjama. J'étais terrifié. Mon collègue, lui, s'est évanoui en entendant ces paroles nous condamnant à une mort irrémédiable et dans sa chute, ils lui ont asséné un coup de machette au visage puis l'ont égorgé, sous mes yeux, en me menaçant dans un langage décousu : « C'est comme ça que toi aussi, on va te tuer ! ». (Larmes)...

Je me suis mis à parler le peu de leur langue que je connaissais. Ils m'ont posé quelques questions, m'on demandé de l'argent ainsi que mes pièces d'identité. Je leur ai fait part du fait que l'on m'avait dérobé mon portefeuille car s'ils avaient pris connaissance de mon nom de famille (qui ne rimait aucunement avec celui d'un ressortissant du nord), je serais un homme mort.

Aux environs de 5h 36 du matin, ils sortirent tout le monde de l'hôtel et nous firent coucher le long de la route. Ils posaient des questions dans leur langue à tous les prisonniers. Ceux qui n'y comprenaient rien du tout étaient immédiatement éventrés ou égorgés ; ils ont même marché sur le ventre d'une femme enceinte puis l'ont égorgée. Ils se prêtaient à des atrocités que l'on ne pouvait imaginer. Les jeunes filles étaient violées et les enfants égorgés.

Nous ne sommes restés que trois personnes ; les membres de mon équipe, hormis moi, avaient tous été exécutés.

Aux environs de 6h 20 du matin, ils nous embarquèrent dans leur véhicule de type 4x4. Ils trouvèrent en route un fou qui faisait son chemin, l'arrêtèrent, lui attachèrent une corde au pénis et relièrent celle-ci à leur véhicule puis démarrèrent à toute vitesse. Imaginez la suite...

Le long des routes, l'on pouvait voir des corps ensanglantés, décapités, sans bras, sans tête. C'était d'une horreur insupportable et malheureusement, ces assassins se réjouissaient. L'un d'entre nous (prisonniers) a eu le malheur de dire qu'il avait soif. Ils ont uriné au sol et lui ont demandé de boire. Il a refusé et ces derniers, comme des barbares, lui ont coupé les lèvres et le pénis ; quelques minutes plus tard, ils l'ont abattu.

C'était vraiment atroce ! J'ai du mal à me retenir... (Larmes).

Ce qui me maintenait en vie, c'est le fait que j'arrivais à communiquer avec eux en Dioula.
Dans leurs causeries, ils ressassaient incessamment : « On va tuer tous les partisans de Gbagbo et après, on réglera le cas de Gbagbo. Ils sont tous des maudits et ils seront exterminés ». C'était pénible.

Le comble, c'est que toutes ces atrocités étaient commises sous le regard des forces françaises et des soldats onusiens qui n'intervenaient aucunement. Ils levaient simplement les mains pour saluer les rebelles.

A un moment donné, ils entraient dans les maisons pour exterminer toutes les familles supposées partisanes de Gbagbo, puis s'adonnaient à des scènes de pillage. Les voitures se suivaient. Lorsque celles-ci s'arrêtaient devant une maison, les mercenaires en ressortaient avec les machettes inondées de sang. Je ne faisais que prier.

Ils poursuivaient leur chemin et tuaient sur leur passage tous les éléments des FDS, leur prenaient leurs uniformes et les enfilaient. Les rues étaient vides et ne laissaient entrevoir que des corps sans vie.

MASSACRE DE DUEKOUE.JPG

Les massacres continuaient et moi, je devenais de plus en plus faible. On ne nous donnait rien à manger et tous les soirs, l'on se faisait tabasser puis lier.

J'ai passé deux jours à me faire traîner comme un gibier dans la ville puis l'un d'eux prit la parole et dit ceci, en riant: « Aujourd'hui, nous irons incendier et tuer tous les parents de Blé Goudé et de Gbagbo. Donnez des treillis à nos prisonniers, ils vont combattre à nos cotés ».

Je partais tout droit à l'abattoir. Nous sommes donc sortis de Duékoué puis avions pris la route d'Issia. J'ai fait semblant de descendre récupérer de l'eau et j'ai sauté dans la brousse. J'ai couru dans la brousse, éperdument, et je suis sorti sur une autoroute que je ne connaissais pas, quelques heures après. J'étais épuisé. Après plusieurs minutes, j'ai aperçu un mini car. Que faire ?
J'ai enlevé l'uniforme duquel j'étais vêtu et je suis resté en culotte. J'ai fais une petite prière et j'ai arrêté la voiture.

Par la grâce de Dieu, le chauffeur a stoppé le véhicule et m'a demandé d'où je venais. Je lui ai dit que je fuyais la guerre. Il m'a demandé aussitôt de monter et je l'ai fait. Ce car transportait des membres d'une famille qui fuyait la ville de Man et qui était passée par un chemin de brousse pour s'en sortir. On lisait sur le visage de chacun la désolation la plus absolue. C'était difficile à supporter. J'ai fini par m'endormir et je me suis réveillé à Agboville (une ville au Sud de la Côte d'Ivoire, située à 79 km de la ville d'Abidjan).

Le car m'y a laissé et j'ai vu de bonnes volontés pour me payer le transport jusqu'à Abidjan. Un homme à qui j'avais relaté mon périple m'a offert un copieux repas et des vêtements, puis m'a payé le ticket de transport pour Abidjan. Je suis bien arrivé à Abidjan et les autres évènements ont suivi. Je m'arrête là.

Je remercie le ciel de m'avoir gardé en vie. Que ces atrocités ne voient plus le jour dans notre pays. Vivement que la paix revienne !


Que Dieu nous bénisse ! ».


Un ivoirien meurtri qui veut la paix pour son pays.