topblog Ivoire blogs

lundi, 26 septembre 2016

FOLLE RUMEUR RELATIVE AU PRETENDU DECES DE NOTRE SŒUR, LA JOURNALISTE AWA EHOURA

 

14445995_10202062224953466_4699416036595865334_n.jpg?oh=b805209030b9e4c84dbe6138f5a29274&oe=58651DCD

 

Chers lecteurs, trouvez ci-dessous le démenti du décès de notre soeur, la journaliste TABITHA AWA EHOURA, publié sur Facebook depuis le vendredi 23 septembre 2016, à 13H44. Ce post a été rendu nécessaire par la tournure que prenait la rumeur; elle se répandait comme un feu de prairie amplifié et personne ne semblait détenir la bonne information ni avoir le réflexe de publier une réplique dans la bonne forme et sur la plate-forme appropriée. Une fois posté, ledit démenti s'est répandu aussi vite que la rumeur et a permis d'en atténuer considérablement la propagation.

A l'instant où je le relaie sur mon blog, 3 jours après son post sur Facebook, il enregistre 545 J'aime, 846 partages et 358 commentaires (je n'ai pas pu les lire tous !). AWA et nous-même, avons reçu des appels de toute la Côte d'Ivoire et du monde entier, au point où depuis le jeudi 22 septembre, date à laquelle est partie cette rumeur, elle ne peut passer 5 mn sans que ne sonne son portable, et ce, du matin au soir. Merci à tous de manifester un si grand amour à AWA; elle vous en remercie de tout coeur.

Votre soutien matériel et financier lui feront également le plus grand bien. Merci pour toutes vos promesses d'appui.

Que la grâce de DIEU soit sur vous ! Fernand Dindé.

mlkoioj.png

Bonjour chers frères et soeurs, chers amis et donateurs,

Merci pour le souci que vous vous donnez pour notre soeur AWA EHOURA, merci pour vos appels et vos messages.

Effectivement, depuis hier jeudi 22 septembre 2016, une folle rumeur s'est emparée du Net et d'ABIDJAN, la donnant pour morte après sa longue maladie.

Je peux vous rassurer, pour l'avoir eue au téléphone, hier après-midi: elle est bien en vie, joviale et pleine de vie. Je suis donc au courant de cette énième scabreuse et malheureuse affaire. De malins individus prennent un plaisir funeste à répandre le faux et à semer confusion et désolation.

Voici ses numéros. AWA EHOURA: 57818281 et 01377075. Vous pouvez l'appeler pour vous en assurer.

Elle n'est plus à MPOUTO où elle louait un appartement au premier étage d'un immeuble mais à KOUMASSI, dans une famille d'accueil, une famille bienfaitrice qui a bien voulu la recevoir, pour ceux qui souhaitent lui rendre une petite visite fraternelle afin de lui apporter leur soutien, de quelque nature qu'il puisse être.

Bien à vous et à tous ceux qui seront mis en copie de ce post, partout dans le monde ! Bien vouloir le relayer immédiatement pour éteindre cette rumeur qui n'honore pas ses auteurs.

Que DIEU vous bénisse richement !

 

Dindé Fernand Agbo

Initiateur de l'opération "Soutien à Awa Ehoura" (depuis 2012).

Cell. 07047111 et 03930701.

 

Source: Page Facebook Fernand Agbo Dindé

mercredi, 25 septembre 2013

APRES LES LARMES DE COMPASSION QUI ONT SUIVI LA RUMEUR DE SON DECES, AIDONS MAINTENANT ET CONCRETEMENT AWA EHOURA A SURVIVRE


 

AWA EHOURA 2.jpg


Chers frères et sœurs Ivoiriens, chers amis du monde entier,

 

Le jeudi 19 septembre 2013, dans la soirée, une rumeur folle et sans fondement s’est emparée de la toile, annonçant la mort de notre sœur Tabitha Awa Ehoura, anciennement journaliste à la RTI et licenciée par la nouvelle direction de la structure étatique, en raison de sa proximité avec l’ancien régime ivoirien, incarné par le Président Laurent Gbagbo.

Chacun de nous le sait, Awa Ehoura est une grande malade du diabète, insulinodépendante (à outrance), qui est sans ressources et qui subit de plein fouet les complications neurologiques de la longue absence de traitement endurée pendant les 3 à 4 mois de braise de la crise postélectorale ivoirienne. Elle en paie aujourd’hui le prix fort et n’est vivante, après un manque aussi prolongé d’insuline, que par le miracle de DIEU. Elle porte bien son nom : TABITHA, la ressuscitée de la Bible.

La rumeur relevée plus haut a fait un mal immense aux Ivoiriens et ceux qui l’ont répandue leur en doivent des excuses. Elle a fait répandre beaucoup de larmes et a causé beaucoup de douleur, de désarroi et de détresse. Aussi bien dans sa famille, parmi ses proches et amis, que chez ses enfants, singulièrement l’aîné, résidant à l’extérieur de la Côte d’Ivoire, qui a appris le décès de sa mère sur… Facebook. Tout bonnement ! Comme tout le monde. Tout comme son époux, alerté, lui, par les pleurs d’un attroupement de voisins, et qui a dû se rendre, affolé, chez sa mère où elle se reposait, à 3 heures du matin, pour en avoir le cœur net (Awa étant injoignable, ce soir-là). C’est inacceptable !

Que cela serve de leçon et que désormais, toute information de ce genre soit dûment recoupée et vérifiée avant diffusion. Voilà où mène la recherche effrénée et aveugle de scoop. Les effets auraient pu être irréversibles pour les personnes trop sensibles ou cardiaques.

Passé cet incident, l’enjeu est et demeure aujourd’hui le secours à apporter à notre sœur Awa Ehoura (Cell. 225 01 37 70 75 et 225 57 81 82 81) afin de garder sa vie sauve et ne pas avoir, un matin, à déplorer son décès véritable pour non-assistance.

Depuis une année et demi, un groupe de donateurs, Ivoiriens modestes et amis tout aussi modestes de la Côte d'Ivoire, mobilisés par nos soins, s’évertue à garder notre sœur en vie par un soutien financier mensuel régulier. A ce jour, les forces se sont quelque peu essoufflées et le besoin d’enregistrer de nouveaux donateurs se fait de plus en plus pressant. Malgré nos appels récurrents et répétés, très peu d’autres Ivoiriens se manifestent pour apporter leur secours à Awa.

N’attendons pas d’avoir à pleurer nos plus chaudes larmes pour témoigner notre amour à Awa Ehoura mais apportons lui plutôt, ici et maintenant, l’aide dont elle a besoin pour survivre. Ses soins et suivis médicaux sont très coûteux pour elle : 200.000 F CFA par mois (305 EURO; rappelons-nous qu’elle n’exerce plus aucun emploi, qu’elle est physiquement diminuée et qu’elle a besoin de notre appui même pour les plus simples contingences domestiques, s’évaluant également environ à la même somme).

C’est avec une grande peine que nous arrivons aujourd’hui à réunir ces montants. Avec un grand nombre de donateurs à petits montants, nous pouvons valablement assurer ses besoins médicaux et domestiques, sans que nul n’en ressente la moindre pression, en attendant l’appel que nous allons lancer vers la fin de l’année pour lui trouver les fonds nécessaires à son installation dans une activité génératrice de revenus, dans le souci qui est le nôtre de la rendre indépendante financièrement.

Ainsi donc, toute personne sensible et désireuse de nous aider dans cette belle aventure peut nous joindre au (225) 07 04 71 11, (225) 07 97 28 11 et (225) 05 46 02 84 (Ahogny Raphaël, Riviera 3), (225) 08 08 01 11 (Konan Isidore, Plateau), ou +33 6 34 93 00 81 (Rita Fourlin, en France) pour s’inscrire, avec le montant de ses dons et leur fréquence, sur la liste des donateurs pour ces 4 derniers mois de l’année. Nous n'avons pas même encore pu lui apporter son soutien du mois d'AOUT, à plus forte raison, celui de SEPTEMBRE. Fasse DIEU que vous puissiez nous y aider.

Dans l’espoir de voir le présent appel susciter autant d’adhésion que la rumeur de la présumée mort d’Awa Ehoura a suscité d'émoi et de désolation, nous prions que la grâce de DIEU vous soit pleinement accordée, à vous et à chacune de vos familles !

 

Bien à tous et que DIEU bénisse la Côte d’Ivoire !

 

DINDE Fernand AGBO