topblog Ivoire blogs

vendredi, 17 février 2012

DANGER SUR LA LIBERTE DE PRESSE EN COTE D'IVOIRE: LA PROTECTION DES SOURCES MENACEE PAR UN NOUVEAU TEXTE

 

 

Le nouveau code de déontologie du journalisme en élaboration a fait l'objet de présentation de sa mouture par ses rédacteurs : Alfred Dan Moussa et Zio Moussa. C'était  hier mercredi à la maison de la presse. L'innovation majeure dans ce texte est incontestablement son article 3 nouveau qui fait désormais obligation au journaliste  de révéler sa source en cas de manipulation.

La maison de la presse au Plateau a abrité hier le forum pour la rédaction du nouveau code de déontologie du journaliste ivoirien mis en œuvre par le Comité de suivi des recommandations d'Accra, en partenariat avec International Media Support et Media Foundation for West Africa. La mouture de ce nouveau code - présenté aux partons de presse (tel que prévu par le chronogramme d'activité) avant son atelier de validation qui doit se tenir la semaine prochaine- est déjà source de satisfaction.  Précisément  à travers l'introduction de certains articles tels que  l'article 3 nouveau qui renforcent  les droits des hommes de médias. Cet article 3 nouveau, en effet, permettra, si le nouveau code est adopté, d'étendre la chaine de responsabilité aux sources d'informations (même étatique) en matière de diffusion d'informations erronées ou confidentielles, lorsqu'une mauvaise foi sera avérée. Plus simplement, il ferait  obligation désormais au journaliste de révéler sa source s'il s'avère que celle-ci lui a donné cette information erronée dans le but de le manipuler. «La possibilité de s'affranchir de son obligation de protéger sa source en portant à la connaissance du public, des usagers, ou d'ester en justice contre cette source si la volonté de celle-ci est  de le manipuler, de porter atteinte à sa réputation, à son honorabilité, à sa dignité  et de le pousser à une faute professionnelle est établie ». Il est d'ailleurs ressorti dans les explications que le cas des journalistes du Nouveau Courier (Théophile Kouamouo, Oula Saint-Claver et Stéphane Bahi)- qui avaient été incarcérés en 2010  pour avoir refusé de divulguer leur source alors qu'ils avaient publié une info juste et digne de foi - a milité en faveur de la rédaction ce nouvel article...  «L'adoption de ce nouveau code sera faite le 23 février prochain par un nombre de journaliste beaucoup plus important qui seront là avec leurs organisations professionnelles(...) La responsabilité  des journalistes exigent que nous réfléchissions régulièrement sur nos outils de pratique du métier. Et l'un des outils les plus importants est le code de déontologie. Mais ce code ne sera pas cette fois-ci un texte simplement, il sera appuyé par des mécanismes d'application, d'évaluation et de renforcement...», a précisé  Zio Moussa.


Franck-Harding M'Bra


Source: LE NOUVEAU COURRIER