topblog Ivoire blogs

mardi, 19 novembre 2013

INCAPABLE DE PROUVER SES ACCUSATIONS CONTRE GBAGBO, BENSOUDA «PLEURNICHE» AUPRES DU POUVOIR FRANÇAIS

 

FATOU BENSOUDA 7.jpg

 

En dépit de plus de trois ans d’enquête et d’accusations péremptoires, l’Accusation n’a rien trouvé contre le président Laurent Gbagbo. En désespoir de cause, elle se tourne vers l’Etat qui a, sous un précédent exécutif, tout fait pour tuer Gbagbo, sinon physiquement, du moins politiquement : la France. C’est en tout cas ce que révèle La Lettre du Continent. « Priée, en juin, de revoir sa copie à la demande des juges de la Cour pénale internationale (CPI) à l’issue de la première audience de confirmation des charges pesant sur Laurent Gbagbo, la procureure Fatou Bensouda aurait – entre autres – approché le ministère français de la défense pour muscler son dossier. L’ex-ministre originaire de Gambie souhaite notamment entrer en possession de la liste établie par la force française Licorne détaillant par le menu l’arsenal d’armes lourdes qui aurait été découvert dans les sous-sols de la présidence ivoirienne au lendemain de la crise postélectorale de 2011 », écrit le périodique édité à Paris.

La démarche est curieuse. En effet, des informations de première main nous permettent d’affirmer que les services de l’Etat à leur plus haut niveau, sous Nicolas Sarkozy, ont activement participé à l’opération « ferrer Gbagbo ». Si Sarkozy et la force Licorne n’ont pas apporté des informations décisives sur une éventuelle implication du chef de l’Etat ivoirien en exercice d’alors dans la commission de crimes contre l’humanité alors que « le fer était chaud », que peut bien faire Hollande aujourd’hui, avec autant de… retard ? De plus, si des armes lourdes ont été découvertes dans le sous-sol de la présidence ivoirienne, c’est bien parce qu’elles n’ont pas été utilisées pour commettre des crimes. Et posséder des armes dans un contexte de guerre civile et de guerre sournoise menée par des pays tiers, ne signifie pas qu’on a l’intention de commettre des crimes contre l’humanité ! Cette logique conduirait à traduire devant la justice internationale à peu près tous les chefs d’Etat du monde ! Il est tout de même important de noter, audelà de l’anecdote, qu’il était a priori facile de « coincer » Gbagbo, si les crimes qu’on lui attribue sans pouvoir les prouver avaient vraiment été planifiés par lui.

En effet, la guerre postélectorale ivoirienne était une guerre « avec observateurs ». L’armée française était là, et avait les moyens humains, logistiques et scientifiques de recueillir un nombre important de preuves – surtout que le pouvoir politique de l’époque avait déjà clairement exprimé son intention de conduire Gbagbo à La Haye ; celui de Chirac aussi, et ce depuis 2003. Les capacités françaises en matière d’espionnage et d’écoutes téléphoniques sont grandes, surtout dans son pré carré, littéralement quadrillé par les câbles de fibre optique d’Alcatel Lucent – dont une ministre française a révélé récemment qu’elle était une entreprise stratégique pour des raisons relevant du renseignement – et par les installations des filiales de France Télécom, société d’Etat. L’ONUCI était là, et avait elle aussi à sa disposition des experts aux compétences avérées. Les organisations de défense des droits de l’Homme étaient présentes. Pourtant, aucune étude balistique sérieuse, aucune autopsie, aucun témoignage de première main étayé par des données matérielles, n’ont pu être fournies jusqu’à présent par le bureau du procureur auprès de la CPI. Vous avez dit bizarre ? Comme c’est bizarre !


Philippe Brou, in le quotidien ivoirien "Le Nouveau Courrier".


Source: CONNECTION IVOIRIENNE

jeudi, 15 août 2013

UNE SEMAINE APRES SA SORTIE DE PRISON - LES ETATS-UNIS RECOIVENT AFFI

BARACK OBAMA.jpg

Barack Obama, fervent avocat de Ouattara lors de la crise post-électorale, commence-t-il à douter?


La représentation américaine à Abidjan a sollicité une rencontre avec le président du Front populaire ivoirien (Fpi), Pascal Affi N’Guessan. L’ex-prisonnier du régime Ouattara saisira cette opportunité pour dérouler les attentes de sa formation politique pour une réconciliation sincère et le retour définitif de la paix en Côte d’Ivoire.

 

Deux ans ont seulement suffi à certains partenaires, et non des moindres, d’Alassane Ouattara, pour apprécier le poids du camp Gbagbo, notamment du FPI. Les Etats-Unis qui ont pris la pleine mesure de la situation actuelle, marquée par la mauvaise gouvernance et des atteintes graves aux droits de l’Homme, et ont manifestement décidé de prendre leur distance vis-à-vis du régime d’Abidjan. Et de jouer en faveur de l’expression d’une opposition forte qui va constituer un contrepoids vis-à-vis du régime d’Abidjan.

Si l’on en croit les révélations d’il y a quelques mois de La Lettre du Continent, Phillip Carter III, l’ambassadeur des Etats-Unis, s’était alarmé du «sort réservé aux individus mis au secret durant plusieurs semaines sans assistance juridique». Cela constituait sans doute un changement progressif d’approche de la part des Américains, qu’il était juste de noter, sans rien oublier des dérives du passé. Selon nos sources, l’administration Obama, qui a apporté un soutien massif à Alassane Ouattara, a pesé de son poids pour la remise en liberté des personnalités pro-Gbagbo détenus sur toute l’étendue du territoire.

A peine se retrouvent-ils dehors que les représentants de la diplomatie américaine à Abidjan sollicitent et obtiennent une audience avec Pascal Affi N’Guessan qui est le premier responsable du Front populaire ivoirien. Ce mercredi 14 août, l’ex-prisonnier politique de Ouattara se rendra donc à l’ambassade des Etats-Unis à la tête d’une délégation de trois personnalités de son parti. Ils seront reçus, selon une source crédible, en attendant l’arrivée du nouvel ambassadeur, par le premier secrétaire de l’Ambassade des Etats-Unis en Côte d’Ivoire.

Affi saisit la balle au bond      

En sa qualité de premier responsable de l’opposition significative, Pascal Affi N’Guessan qui ne se donne pas de repos depuis sa sortie de prison eu égard aux questions brûlantes qui touchent au processus de démocratisation de la Côte d’Ivoire, va dérouler les préoccupations de l’heure. Le successeur du président Laurent Gbagbo, selon certaines indiscrétions, évoquera la question de la libération de tous les prisonniers politiques du régime Ouattara détenus sur toutes l’étendue du territoire national ainsi que celle du retour de ses camarades en exil. Pascal Affi N’Guessan, dont le parti n’est jamais fermé aux discussions, va sans doute aborder les négociations avec le gouvernement Duncan. Cependant, le désormais meneur de l’opposition politique face au régime Ouattara mettra l’accent sur le caractère « sincère » du « dialogue ».

Cette audience avec les représentants de l’administration Obama en Côte d’Ivoire ouvre une série d’audiences que le premier responsable du Fpi aura avec des représentations diplomatiques et d’autres partenaires internationaux en Côte d’Ivoire.


Saint-Claver Oula


Source: LE NOUVEAU COURRIER

lundi, 08 juillet 2013

GNAMIEN KONAN, MINISTRE IVOIRIEN DE LA FONCTION PUBLIQUE: LE MARIAGE HOMOSEXUEL EST «UNE ABERRATION» QUI MARQUE «LA FIN DU MONDE»

  


GNAMIEN KONAN 4.jpg


Le mariage homosexuel va marquer «la fin du monde», estime le ministre ivoirien de la Fonction publique Gnamien Konan, qui croit savoir que la «postérité» du monde est assurée par les progénitures issues de deux sexes différents. «Le mariage à consentir pour des personnes de même sexe va marquer la fin du monde», a déclaré Gnamien Konan, lors d’une cérémonie publique, samedi à Brobo (Centre, 420 km d’Abidjan).

 

Pour le ministre ivoirien, le mariage homosexuel est « une aberration » et, en Côte d’Ivoire, « l’instaurer sera rompre avec les valeurs culturelles et morales ». Selon lui, « le monde n’aura de postérité que par les progénitures issues de l’union de l’homme et de la femme (car) deux personnes de même sexe ne pourront jamais procréer, donc doter nos sociétés de postérités ».

« Si nous disons que nous travaillons pour nos progénitures, en quoi devons-nous accepter le mariage de deux personnes de même sexe? », s’est-il interrogé.

Cette première sortie publique d’une autorité ivoirienne sur le mariage homosexuel intervient après le soutien financier de 30 millions de francs CFA (45.000 euros) accordé récemment par l’ambassade de France en Côte d’Ivoire à une ONG ivoirienne pour  » la promotion des droits humains et la lutte contre les discriminations en raison de l’orientation sexuelle ».

L’information diversement appréciée avait fait les grands titres des journaux ivoiriens.

Même s’il existe encore des farouches résistances à l’homosexualité en Côte d’Ivoire, l’acte n’est pas pénalisé dans le pays où il paraît même toléré contrairement à plusieurs pays africains qui le considèrent comme illégal et le punissent de peines de prison.

Près de 40 Etats sur la cinquantaine que compte l’Union africaine (UA) condamnent l’homosexualité.

 

Xinhua


Source: LE NOUVEAU COURRIER

mardi, 18 juin 2013

ELLE ILLUSTRE UN ARTICLE SUR LA CPI ET GBAGBO – LA LEGENDE DE L’HEBDOMADAIRE «MARIANNE» QUI SUSCITE L’INDIGNATION


MARIANNE 1.jpg


Qu’est-ce qui peut bien se passer dans l’esprit d’un secrétaire de rédaction quand il illustre une photographie en tordant le cou à la légende originelle de l’agence qui a fourni l’image à sa publication et se lance dans des accusations douteuses qu’il est incapable de prouver? Son procédé est en tout cas similaire à celui du procureur de la CPI dont l’article qu’il «habille» dénonce justement la démarche…

 

L’article, publié dans la rubrique «Monde» de l’hebdomadaire français Marianne, est plutôt intéressant et équilibré. Intitulé « La justice internationale en procès», il revient, sous la plume d’Alain Léauthier, sur «le cas Gbagbo» qui révèle «toutes les insuffisances et les incohérences, de forme comme de fond, de la Cour pénale internationale, considérée par ses détracteurs comme une justice de ‘’vainqueurs’’». Donnant la parole à des membres de la communauté des défenseurs de la CPI et à Maître Emmanuel Altit, avocat de Laurent Gbagbo, il explique clairement que les éléments de Fatou Bensouda, procureur auprès de la CPI, et qui visent à démontrer la culpabilité de l’accusé ont «peu de valeur probante». Il met en lumière les contradictions de fond d’une démarche qui mêle allègrement juridique et politique. Notamment quand il relaie le point de vue de l’avocat Philippe Currat, secrétaire général du Barreau pénal international à Genève, selon lequel « faute de pouvoir établir clairement sa responsabilité dans les centaines d’actes délictueux, on déclare [Gbagbo] coresponsable de tout. »

Des traces de sang révélatrices

Dans ce contexte, la légende de la photo tenant lieu d’illustration principale de ce papier – un jeune homme uniquement vêtu d’un caleçon rouge gisant devant une patrouille de militaires attroupés autour d’une Jeep armée – apparaît comme particulièrement curieuse, en ce qu’elle relaie sans douter le «narratif» du bureau du procureur qui n’a justement pas convaincu les juges de la CPI. On peut lire en effet : « VICTIME D’UN MASSACRE PLANIFIE – Le corps d’un opposant à l’ex-président ivoirien Laurent Gbagbo gît dans une rue d’Abidjan, le 2 avril 2011. Laurent Gbagbo est soupçonné d’avoir ordonné des exactions de masse, entre le 16 décembre 2010 et le 12 avril 2011, afin de rester au pouvoir, malgré sa défaite électorale. »

MARIANNE 2.jpg

L’on se demande bien ce qui a inspiré le secrétaire de rédaction qui a rédigé ce petit texte – car il faut savoir que dans les magazines de cette importance, le choix de la « titraille », des photos et des légendes, ne relève généralement pas du rédacteur de l’article. Le Nouveau Courrier a cherché la légende originelle de cette photo dont l’auteur est Emmanuel Braun, de Reuters. Elle indique :«Des forces pro-Ouattara attendent. Au premier plan, un homme blessé, le 2 avril, à Abidjan.» Il n’est absolument pas mentionné que c’est «un opposant à l’ex-président ivoirien Laurent Gbagbo».

En réalité, l’observateur attentif a toutes les raisons de croire que le jeune homme, qui semble avoir reçu au moins une balle dans la bouche (ou a été victime d’une lame particulièrement acérée), a la mâchoire explosé – comme l’ancien ministre de Gbagbo, Désiré Tagro, qui succombera d’un «traitement» similaire neuf jours plus tard –  et lutte – pour combien de temps encore ? – contre la mort, est une victime des «soldats pro-Ouattara».

VICTIME DES MILICES PRO-OUATTARA.jpg

Les traces de sang que l’on peut voir sur la même image, prise d’un point de vue différent (ci-haut), permettent de se rendre compte que la victime a été «touchée» à deux pas de là où elle git et à trois pas de là où se trouvent les soudards des Forces républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI). Elle se vide lentement de son sang et on peut imaginer que sa mésaventure a eu lieu quelques minutes plus tôt. Ces événements se sont déroulés le 2 avril 2011 au corridor d’Abidjan Nord (Yopougon Gesco) momentanément tenu par des FRCI repoussées le même jour par les Forces de défense et de sécurité (FDS) nationales. Emmanuel Braun, l’auteur de la photo, était «embedded» avec les FRCI – il les suivait dans leur épopée militaire qui devait les conduire du Nord du pays au palais présidentiel d’Abidjan. L’attitude générale des «soldats» qui assistent à l’agonie de l’infortuné laissent à penser qu’il ne s’agit pas d’un des leurs, qu’il soit simple «opposant» civil ou milicien armé.

Un modus operandi typique des soudards pro-Ouattara

De plus, le jeune homme qui gît là a d’abord été déshabillé avant d’être grièvement blessé. Or, déshabiller les suspects avant de les soumettre à la «question» voire de les éliminer a fait partie du modus operandi des miliciens pro-Ouattara durant la crise post-électorale comme le montrent l’image qui suit, dont l’auteur est un photographe de l’agence américaine Associated Press. Le jeune homme menacé d’égorgement, et que l’on a souvent confondu avec celui que l’on voit sur la photo choisie par Marianne – en réalité, la scène se déroule dans la commune de Cocody, à la Riviera, sur la route d’Abatta, et non à Yopougon –, a lui aussi un boxer rouge.

PRISONNIER DES FRCI. RIVIERA.jpg

Une scène similaire – un homme dévêtu et martyrisé par les FRCI – a par ailleurs été filmée par une équipe de la chaîne de télévision Arte le 4 avril 2011, lors du « reflux » des forces pro-Ouattara dans le quartier de Yopougon Gesco, où la scène qui illustre l’article de Marianne s’est nouée…

CAPTURE. ARTE.jpg

Bien entendu, tout ce background qui devait pour le moins inciter à la prudence est inconnu du secrétaire de rédaction qui a rédigé la légende catégorique de l’article de l’hebdomadaire français du samedi. Et son interprétation absolument discutable de la photo de l’agence Reuters témoigne des effets de la «clameur publique» et des préjugés ambiants sur un individu moyennement «informé». La légende de Marianne illustre en tout cas de manière assez ironique l’impasse conceptuelle dans laquelle les accusateurs de Gbagbo se trouvent aujourd’hui. Puisque c’est lui le «méchant» désigné par ceux qui structurent le «récit majoritaire», on lui attribue tout et n’importe quoi, sans trop y penser et sans rien vérifier. Et dès lors qu’un discours opposé, tout aussi légitime mais étouffé ou délégitimé, est convoqué à la barre, l’édifice narratif que l’on ne croyait plus nécessaire d’interroger ou de mettre en cause s’en trouve profondément ébranlé.

 

Théophile Kouamouo


Source: LE NOUVEAU COURRIER

vendredi, 14 juin 2013

MANDELA, LE SYMBOLE D'UN «OECUMENISME» AMBIGU, PAR THEOPHILE KOUAMOUO

monde,afrique,afrique du sud,mandela,le symbole d’un «œcuménisme» ambigu,théophile kouamouo,«il est temps de le laisser partir»,le quotidien ivoirien "le nouveau courrier"

 

« Il est temps de le laisser partir ». La « Une » de l’hebdomadaire sud-africain Sunday Times traduit très clairement l’état d’esprit des compatriotes de Nelson Mandela alors qu’il semble cheminer lentement vers sa destination éternelle. Dans une atmosphère d’effervescence médiatique assez glauque, les télévisions du monde entier multiplient les directs devant l’hôpital dans lequel il est interné. Le décès à venir de Nelson Mandela – comme hier celui du pape Jean-Paul II ou du leader palestinien Yasser Arafat – est un événement programmé depuis de nombreuses années par les plus grands médias de la planète, qui ont déjà préparé des centaines de minutes de biographies et de papiers d’angle pour les uns, et des hors-série quasiment prêts à être mis sur le marché pour les autres.

Normal, d’un certain point de vue. Nelson Rolihlala Mandela est une icône globale. De son vivant, il a été érigé au rang d’icône laïque universelle. Il le mérite amplement. Cela dit, l’œcuménisme politique qui l’entoure a quelque chose de profondément ambigu. Certes, un seul homme peut jouir du respect et de l’admiration de personnes qui ont des points de vue opposés sur quasiment tous les sujets. Mais en grattant un peu, l’on s’aperçoit vite, en général, que ce ne sont pas les mêmes raisons qui motivent les différentes cohortes de «fans».

- L’Afrique révère Nelson Mandela, le héros intransigeant du combat contre l’apartheid, acceptant de rester en prison durant 27 longues années et refusant d’abandonner la lutte armée tant que l’inique système de ségrégation raciale qui règne sur son pays n’aura pas été démantelé. Que pensait le leadership occidental du Mandela de ces années-là ? Les Etats-Unis se hâtaient d’inscrire le nom de son parti sur la liste des organisations terroristes – l’ANC n’en sera ôtée qu’en 2008. Un député britannique conservateur Teddy Taylor affirmait sans sourciller que Mandela devait « être abattu ». Jacques Chirac, maire de Paris, traitant l’ANC de parti tribal xhosa, quelques mois après l’assassinat aujourd’hui classé sans suites de Dulcie September, sa représentante à Paris. Au moins jusqu’à la fin des années 1980, le premier président de l’Afrique du Sud non raciale était loin d’être un symbole consensuel en Occident. Certes, des progressistes courageux comme l’ancien président Jimmy Carter combattaient, en cohérence avec leurs valeurs, l’odieuse politique ayant cours en Afrique du Sud. Mais les conservateurs de tout poil soutenaient, expliquaient, toléraient ou « comprenaient » l’inacceptable.

- L’Afrique admire le Nelson Mandela qui, en 1997, brave l’embargo aérien qui frappe la Libye de Muammar Kadhafi. Et qui répond aux critiques de Washington par une phrase catégorique et emplie de dignité : « Aucun Etat ne peut s’arroger le rôle de gendarme du monde, et aucun Etat ne peut dicter aux autres ce qu’ils doivent faire. » Que pensent donc de ce Mandela ceux qui, aujourd’hui, estiment qu’ils sont dans leur bon droit quand ils « interviennent » en Libye, en Côte d’Ivoire, en Syrie, semant au passage un chaos qu’ils font semblant de ne pas voir ? Il est évident qu’ils sont plus « confortables » avec le symbole muet auprès duquel ils ont tous accouru ces dernières années pour une photo-souvenir. Dans l’espoir d’attirer à eux un peu de lumière.

- L’Afrique respecte Nelson Mandela parce qu’il a su partir, contrairement à ses «tyrans éternels» accrochés au pouvoir après plusieurs décennies, et alors qu’ils sont tellement sclérosés qu’ils ne peuvent plus rien apporter à leurs peuples. Mandela a su passer la main et a, par voie de conséquence, renforcé son parti et fait avancer les notions d’alternance et de modernité politique dans son pays. En principe, l’Occident n’a rien contre cet « art de savoir partir ». Mais il se trouve que les alliés sûrs de la diplomatie française en Afrique – pour prendre un exemple –  sont souvent des hommes qui ont détricoté la Constitution de leurs pays pour pouvoir s’imposer au-delà des termes légaux. En Afrique de l’Ouest, le médiateur attitré est le Burkinabé Blaise Compaoré, arrivé au pouvoir en 1987 suite à un coup d’Etat doublé d’un assassinat politique. L’homme fort de l’Afrique centrale est le Tchadien Idriss Déby Itno, qui a conquis le pouvoir à la suite d’une rébellion victorieuse en 1990. Et les Africains se demandent pourquoi la permanence du Zimbabwéen Robert Mugabe à la tête du Zimbabwe irrite plus, au-delà de la mer Méditerranée, que celle du Camerounais Paul Biya.

- La question de la gestion de la réconciliation en Afrique du Sud concentre à elle seule un grand nombre de « malentendus » au sujet de la perception de Mandela. Les Africains ont plébiscité la formule « vérité-pardon-réconciliation » parce qu’elle leur semblait à même de triompher du cycle de la violence, des représailles et des affrontements à caractère plus ou moins ethnique. En restituant aux peuples, dans la sérénité, la complexité de leur Histoire. Les Occidentaux ont, eux aussi, glorifié la formule de « sortie de crise » sud-africaine. Et pourtant, ils considèrent qu’ailleurs en Afrique, la « justice transitionnelle » telle que pratiquée par Mandela, reviendrait à consacrer « l’impunité ». Inspirés par l’Occident et ses ONG, les tribunaux pénaux internationaux spécialisés sur le Rwanda et la Yougoslavie puis la Cour pénale internationale sont-ils autre chose (et en dehors de toute référence morale) que des « petits Nuremberg » viciés dès le départ, chargés de professer un « plus jamais ça » sélectif et de graver dans le marbre des « récits nationaux » faussés toujours favorables à ceux auprès de qui la « communauté internationale » s’est battue ? Si Mandela avait, à l’image d’un Alassane Ouattara, arrêté son prédécesseur, laissé scalper sa blanche épouse dans sa Résidence, jeté tous les ministres du gouvernement précédent dans des prisons sommaires loin des leurs, pillé les biens de ses opposants, fait occuper leurs résidences, traqué leurs soutiens financiers… aurait-il été adoubé comme l’actuel chef de l’Etat ivoirien l’a été et continue de l’être ? En réalité, Mandela est devenu un héros consensuel en Occident tout simplement parce qu’il a épargné les Blancs et a préservé leurs intérêts économiques. C’est pourtant cette modération qui a préservé la paix et le « vivre ensemble » que certains Africains réprouvent et voudraient voir « corrigée ».

« Pourquoi aimez-vous Nelson Mandela et que lui reprochez-vous éventuellement ? » : posée à un maximum d’hommes politiques, de capitaines d’industrie et de citoyens ordinaires du monde entier, cette question mettrait en lumière le grand malentendu qui flottera sur le concert de louanges excessif donc insignifiant qui commencera dès que Dieu rappellera à Lui « Madiba ».


Théophile Kouamouo


Source: LE NOUVEAU COURRIER

mercredi, 15 mai 2013

A PROPOS DE VENANCE KONAN ET DE L'ARGENT QUI NE CIRCULE PAS

 

VENANCE KONAN.jpg

 

Il y a des suicides intellectuels qui sont tout aussi spectaculaires que des dégringolades du douzième étage d’un gratte-ciel. Prenons, par exemple, le cas de l’inénarrable Venance Konan, journaliste et patron du quotidien d’Etat ivoirien Fraternité-Matin. Dans un récent éditorial, intitulé « L’argent ne circule plus », ce confrère qui ne cache pas son engagement – tout comme l’auteur de ces lignes – tente de défendre l’indéfendable de la plus piteuse des manières. Et se crucifie lui-même, à vouloir complaire à son employeur du moment, Alassane Ouattara. Au moment même où son collègue Lazare Aka Sayé, jusqu’ici directeur général de la RTI, vient d’être brutalement mis à l’écart malgré les « services rendus »…

Que nous dit l’auteur des Prisonniers de la haine ? Que si l’argent « ne circule plus » en Côte d’Ivoire, c’est parce que le régime Ouattara traque les cybercriminels (« les brouteurs »), qui se cachent désormais, et ne consomment plus. Que les fonctionnaires ne sont plus corrompus et ne « rackettent » plus comme par le passé, et du coup ne font plus tourner les « maquis ». Que les « barons » du café-cacao prévaricateurs ne prévariquent plus… et que c’est leur « argent sale » qui manque aux Ivoiriens, notamment aux jeunes filles qu’ils couvraient de largesses. Finalement, la « sécheresse financière » actuelle serait, si on suit ce raisonnement, une bonne nouvelle…

Des théories diabolisatrices… des lieux communs…

Venance Konan est un habitué de ce type de raccourci intellectuel stupéfiant, et il suffit de relire sa prose depuis plus de quinze ans pour se rendre compte qu’il n’a jamais fait autre chose que de désigner des boucs émissaires et de construire des théories diabolisatrices en se fondant – et en renforçant – un certain nombre de lieux communs vides de sens. Et pourtant… S’il n’y avait que les jeunes filles aux moeurs légères, les tenancières de glô glô et les receleurs des diverses rapines des « corps habillés » qui étaient frappés par la féroce austérité que nous connaissons, la grogne populaire aurait-elle pris l’ampleur qu’elle a pris aujourd’hui, et que le dernier édito du patron de « Frat-Mat » veut contribuer à calmer ?

Hier, Venance Konan attribuait à Gbagbo l’expansion des églises évangéliques en Côte d’Ivoire ou la (timide) progression économique chinoise, des phénomènes qui relèvent plus de la marche du monde que du microcosme ivoirien. Aujourd’hui, il essaie d’expliquer des réalités macroéconomiques avec des méthodes de faits-diversier. Remettons donc de la rationalité là où le grand frère fait de la démagogie. Et posons-nous un certain nombre de questions simples.

SOTRA - LICENCIEMENT.jpg

Une vague inédite de licenciements

- Si l’argent ne circule pas, n’est-ce pas AUSSI parce que la féroce prise d’Abidjan par des hordes de FRCI pillant tout ce qu’elles trouvaient devant leur chemin a contribué directement à la destruction de 80 000 emplois, si l’on en croit les chiffres diffusés l’année dernière par l’Union générale des travailleurs de Côte d’Ivoire (UGTCI) ?

- Si l’argent ne circule pas, n’est-ce pas AUSSI parce que la guerre postélectorale déclarée par un Alassane Ouattara ayant utilisé toutes les formes de violence pour s’emparer du pouvoir a occasionné la destruction de 120 000 emplois, selon les chiffres de Jean-Louis Billon, alors président de la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) ?

- Si l’argent ne circule pas, n’est-ce pas AUSSI parce que de la Présidence aux entreprises parapubliques – notamment à la SOTRA, au Port autonome d’Abidjan et à la RTI -, une vague inédite de licenciements a sévi, souvent suivie de recrutements de profils plus ethniquement et/ou politiquement conformes ?

- Si l’argent ne circule pas, n’est-ce pas AUSSI parce que le non-apurement d’une très grosse partie de la dette intérieure de l’Etat a tué un nombre traumatisant de petites et moyennes entreprises (PME) ?

- Si l’argent ne circule pas, n’est-ce pas AUSSI parce que le gouvernement s’avère incapable d’enrayer la hausse des prix des produits de première nécessité, et se contente de faire avaliser par le FMI des taux d’inflation qui jurent avec la réalité quotidienne ?

Pourquoi « oublier » les rapines des ex-Comzones ?

Venance Konan évoque subrepticement, dans son édito, « le train de vie des barons de la rébellion »… sous Gbagbo. Mais pourquoi ne parle-t-il pas du « réseau militaro-économique » spécialisé à la fois dans le racket et la contrebande de matières premières qui fait perdre à la Côte d’Ivoire 400 millions de dollars, soit 1,6% de son produit intérieur brut (PIB), selon des chiffres fournis aux Experts de l’ONU par le gouvernement qu’il soutient ? Pourtant, l’ « extension du domaine des rapines » des ex-comzones est une des clés permettant d’expliquer le phénomène de non-circulation de l’argent. En effet, hier comme aujourd’hui, le fruit de leurs pillages va directement à l’étranger, notamment au Burkina Faso, où nombre d’entre eux possèdent des biens immobiliers impressionnants. Et si l’argent de Côte d’Ivoire circulait… ailleurs ?

Pourquoi Venance Konan n’invoque-t-il pas les différents scandales de mauvaise gouvernance qui parsèment les deux années du régime Ouattara, notamment le dossier de la surfacturation des travaux de réhabilitation des Universités, dénoncé puis enterré par son « employeur suprême » ?
Venance Konan essaie de justifier la morosité économique par… les grands travaux d’infrastructures ! Mais comment peut-il expliquer que la Côte d’Ivoire soit en chantier sans que le secteur de l’emploi local s’en trouve boosté ?

Venance Konan est un spécialiste de la diabolisation outrancière et il préfère les préjugés grossiers aux réalités froides. Ses méthodes pouvaient fonctionner avec les plus crédules alors qu’il était dans l’opposition. Mais elles sont moins efficaces dès lors qu’il les met au service du pouvoir. Car le pouvoir ne peut se contenter de dénoncer le passé, même en le déformant pour le pire. Il doit relever les défis d’aujourd’hui. Ou admettre son incompétence et en tirer toutes les conséquences.


Théophile Kouamouo


Source: LE NOUVEAU COURRIER

lundi, 04 février 2013

OUATTARA LANCE UNE FATWA CONTRE LES PRO-GBAGBO A ACCRA

 

EXILES IVOIRIENS AU GHANA.jpg


Depuis qu’ils ont réussi à pécher le président du Cojep dans le marigot ghanéen, des agents d’Interpol, appuyés de certains éléments des forces de sécurité du pays de Jerry Rawlings et d’autres venus d’Abidjan, ne se donnent pas de répit pour mettre le grappin sur les Ivoiriens exilés.

 

Plus de peur que de mal pour Mosis Christian-Pierre, un exilé ivoirien au Ghana. Enlevé mercredi 23 janvier dernier à Accra, il a finalement été libéré le 29 janvier à 19 heures par le Bureau of National Investigation (BNI), équivalent local de la DST. Un autre réfugié ivoirien, Koffi Serge alias «Anaconda», a eu moins de chance. Arrêté selon le même modus operandi, il est toujours porté disparu au moment où nous mettons sous presse. Que lui est-il arrivé ? A-t-il été extradé dans des conditions extrajudiciaires ou enlevé par des éléments venus directement d’Abidjan dans le cadre d’une opération en marge de la légalité ? En tout cas, il ne se trouve pas au BNI, ce qui inquiète profondément la communauté des réfugiés ivoiriens…

Dans ce climat de traque des réfugiés politiques ivoiriens au Ghana par le régime Ouattara, l’ancien ministre du gouvernement Aké N’Gbo, Charles Rodel Dosso, le leader de la galaxie patriotique et Gohourou Claude, ancien responsable d’association de défense des victimes des déchets toxiques, en conflit avec Adama Bictogo dans le cadre du scandale qui lui a valu son poste de ministre de l’Intégration africaine, ont échappé récemment à un enlèvement, alors qu’ils se trouvaient ensemble, selon des informations parvenues à la rédaction du Nouveau Courrier. Il y a une dizaine de jours, poursuivent nos sources, l’ex-DG de la douane, Alphonse Mangly, a vu sa maison d’Accra attaquée par des hommes armés qui seraient vraisemblablement venus le kidnapper. Il a échappé in extremis à un enlèvement.

Depuis ces différentes tentatives d’enlèvements ciblés à Accra, c’est la psychose au sein des exilés pro-Gbagbo qui soupçonnent certains des leurs de servir d’infiltrés à la solde du régime d’Abidjan, en échange d’espèces sonnantes et trébuchantes.

L’attitude des autorités ghanéennes difficilement lisible

Le hic, c’est que Interpol et des agents venus de Côte d’Ivoire en mission opèrent à leur guise. Alors que le Parlement ghanéen avait voté une loi en session extraordinaire accordant le statut de refugiés politiques à tous les Ivoiriens exilés au Ghana depuis la guerre post-électorale. Et ce, deux jours avant la visite à Accra d’Alassane Dramane Ouattara, le 6 octobre 2011. La carte bleue d’exilé avait été ensuite distribuée. Elle place les victimes du régime d’Abidjan sous la protection de la Constitution ghanéenne et interdit l’extradition d’un exilé politique dans son pays.

Les autorités ghanéennes vont-elles laisser piétiner leur propre loi en regardant opérer librement Interpol sur leur territoire ? Cette traque sournoise s’opère-t-elle avec leur bénédiction ?

Au cours d’une de ses sorties publiques en décembre dernier, après l’élection de John Dramani à la tête de l’Etat ghanéen, le Premier ministre Daniel Kablan Duncan, avait déclaré que le rapatriement des exilés politiques était une question de temps. Est-ce ce processus qui s’opère de la façon la plus brutale ? Les autorités ghanéennes gagneraient à éclairer la lanterne de l’opinion.

 

Gilles Naismon, in le quotidien ivoirien "Le Nouveau Courrier".


Lu sur RESISTANCE COTE D'IVOIRE ISRAEL


SourceEBURNIENEWS

samedi, 24 novembre 2012

COTE D'IVOIRE: OU VA ALASSANE OUATTARA?

ALASSANE OUATTARA - ADO MAGELLAN.jpg

 

Au pouvoir depuis 19 mois, Alassane Ouattara n’a toujours pas stabilisé la Côte d’Ivoire, malgré une campagne propagandiste visant à montrer une Côte d’Ivoire où tout va pour le mieux. Malheureusement, le pays semble toujours plongé dans un engrenage aux conséquences incalculables. Avec une cristallisation des positions et une fracture sociale qui peine à se ressouder. 

Violations permanentes des droits de l’homme, justice des vainqueurs, rattrapage ethnique, traque, enlèvements, arrestations tous azimuts des partisans de Laurent Gbagbo… Une situation qui n’est pas près de prendre fin, dix-neuf mois après la prise du pouvoir par Alassane Dramane Ouattara. Malgré les interpellations - en catimini - de l’Onuci et de certaines chancelleries occidentales accréditées à Abidjan, le régime Ouattara continue de s’accommoder de la situation de terreur et d’insécurité rapprochée qui prévaut. 

Aggravant de plus en plus la détérioration déjà grande de la cohésion sociale. En fait, Ouattara et ses lieutenants veulent- ils vraiment d’une Côte d’Ivoire définitivement réconciliée? Où va Ouattara qui semble courir dans tous les sens sans toutefois réussir à mettre le doigt sur le véritable blocage? Malgré son hymne à la réconciliation entonné depuis mai 2011, le chef de l’Etat a-t-il de réelles dispositions à aller à une véritable réconciliation qui passe nécessairement par le règlement politique de la crise postélectorale? Bâillonner l’opposition, museler la presse libre, maintenir une politique de terreur qui se résume en une traque effrénée des pro-Gbagbo, à des enlèvements et arrestations à échelle industrielle, et à des actes de tortures à profusion. 

Peut-on vouloir une chose et son contraire à la fois? En tout cas, Alassane Dramane Ouattara est en passe de réussir cette prouesse. Car, pendant qu’il continue d’asphyxier économiquement des centaines de familles dont les comptes bancaires sont gelés depuis deux ans, pendant qu’il maintient en détention les personnalités proches de Laurent Gbagbo, pendant qu’il «éternise » l’exil de centaines de milliers d’Ivoiriens, Ouattara appelle à la réconciliation. A quelle réconciliation fait-il allusion? L’institution sortie de sa besace pour conduire le processus de réconciliation va à vau-l’eau. Banny, le président de la Cdvr, a vraisemblablement des difficultés pour faire bouger le train de la réconciliation. A cause du manque de volonté politique affichée de la part du régime Ouattara. 

Dans un tel environnement, près de deux ans après la fin de la crise postélectorale, les violations des droits de l’homme sont aussi récurrentes qu’après l’arrestation du président Gbagbo. La vague de répression des Frci sur les populations et partisans de Laurent Gbagbo en particulier semble sans fin. Malgré les dénonciations de l’Onuci, d’Amnesty International, la FIDH et tout récemment de Human Rights Watch (HRW), Ouattara reste toujours de marbre. Les principaux mis en cause de cette vague de répression et de tortures sont toujours des pions clés du régime Ouattara. Pis, ces ex-chefs de guerre, au lendemain des accusations et dénonciations des organisations de défense des droits humains, ont eu des promotions. Alassane Ouattara, ce «démocrate» imposé à coup de bombes, reste insensible au martyre que vivent des milliers d’Ivoiriens, détenus, déportés, traqués au quotidien ou en exil. 

Une hyper-présidence dans un environnement de terreur 

Depuis le 11 avril 2011, les Ivoiriens vivent sous un pouvoir d’exception, à la limite du régime militaire. Avec un retour progressif puis en force des «Com’zones» comme du temps de la rébellion de septembre 2002. Le pays est codirigé par l’aile politique, tenue par Alassane Ouattara et l’aile militaire, avec la montée en puissance des ex-chefs de guerre, derrière qui transparait l’ombre d’un certain Guillaume Soro. Au-delà de cette évidence, Alassane Ouattara exerce une hyper-présidence. Violant à maintes reprises la Constitution ivoirienne, sans sourciller. Sa récente décision de dissolution du gouvernement suite à un débat au Parlement est symptomatique de son «hyper-présidence», si on veut faire dans la litote. Une «hyper-présidence» qui admet difficilement le fait de la séparation des pouvoirs exécutif et législatif. Il a selon toute vraisemblance la dictature à fleur de peau. A défaut de ne pouvoir dissoudre l’Assemblée nationale, le chef de l’Etat s’est empressé de dissoudre son gouvernement. 

Histoire de mettre la pression sur les députés PDCI qui osent contrarier les projets de lois émanant de l’exécutif. En réagissant ainsi Ouattara entend dicter une certaine attitude à ses alliés du Pdci qui estiment avoir légitimement certains droits. L’hyper-président a voulu ainsi montrer à ses alliés qu’il n’est redevable qu’à ses soutiens extérieurs qui l’ont permis de s’installer au palais présidentiel. Où va Ouattara avec cette radicalisation de sa gouvernance. Peut-il prendre le risque de se mettre à dos le Pdci? Osera-t-il fâcher davantage le Pdci avec la formation de son nouveau Gouvernement, qui sera dirigé par Daniel Kablan Duncan? Pas si sûr, même s’il ne jure que par sa fidélité à ses parrains. 



Franck Toti, in le quotidien ivoirien "Le Nouveau Courrier".

mardi, 16 octobre 2012

UN RAPPORT DU MINISTERE FRANÇAIS DE LA DEFENSE FAIT FROID DANS LE DOS


SARKOZY ET HOLLANDE.jpg


Un rapport du ministère français de la défense fait froid dans le dos - Le nationalisme africain et le panafricanisme présentés comme des menaces pour l'Occident!


Et si les rapports des experts en questions stratégiques, dans toute leur aridité, étaient plus à même de nous éclairer sur les vrais enjeux de notre monde que le storytelling des médias occidentaux dominants dégoulinants de «bons sentiments» manipulatoires ? En tout cas, le dernier rapport édité par le ministère français de la Défense, et qui est plus que jamais «à la mode» alors que le sommet de la Francophonie de Kinshasa se prépare fiévreusement [cet article a été publié pour la première fois le 10 octobre 2012, ndlr], gagne à être lu et analysé. Le rapport prospectif à 30 ans dénommé «Horizons stratégiques» décrit les tendances lourdes de la politique extérieure et de défense française à long terme. Ce qui signifie qu’il est, peu ou prou, endossé par les deux principaux partis de gouvernement qui dirigent alternativement la France – et qui se prémunissent avec une solidarité exemplaire contre toute menace qui viendrait troubler leur confortable jeu de ping-pong.

Bertrand Badie, un des plus éminents spécialistes des relations internationales de l’Hexagone, qui dirige L’Etat du monde, encyclopédie géopolitique de référence et enseigne à Sciences-Po Paris, ne s’y est pas trompé. «Hollande est dans la continuité de Sarkozy. Pas tellement sur le verbe et la forme, car les deux hommes n'ont pas le même tempérament, mais sur le plan thématique, sur la ligne politique, François Hollande n'a pas montré de volonté forte de rupture. La politique étrangère a été la grande absente de la campagne électorale, aucun thème n'a été soumis au débat public, il n'est donc pas étonnant que Hollande n'ait annoncé ni proposition nouvelle, ni initiative spectaculaire, ni virage politique. (…) Depuis le début de la Vè république, la gauche n'a jamais fait l'effort de définir ce qu'est une politique étrangère de gauche. François Mitterrand qui avait vilipendé la politique étrangère du général de Gaulle s'est finalement aligné lorsqu'il a accédé à l'Elysée en 1981. Et ses successeurs ne se sont pas beaucoup intéressés à la politique étrangère. Il y a là un manque. Le travail de critique et de réflexion en profondeur n'est pas mené. D'ailleurs, la politique étrangère de Nicolas Sarkozy a été très peu critiquée par la gauche. Il n'y a pas eu de débat sur l'intervention en Libye. Celui sur la réintégration de la France dans l'Otan a été extraordinairement discret», a-t-il expliqué le 27 septembre dernier dans Le Journal du dimanche.
Le style change, mais le fond demeure, donc. Du coup, le document stratégique du ministère de la Défense, visiblement finalisé fin avril dernier – avant donc la débâcle de Nicolas Sarkozy – reste d’actualité. Que dit ce document sur le monde, la France et l’Afrique ?
 
Le déclin de l’Occident anticipé… et redouté
 
Le texte indique que parmi les «lignes de force» des décennies qui viennent, il y a «la fin de la domination occidentale». Nous nous dirigeons manifestement vers «un monde post-américain». Il existe «un risque de déclassement de l’Europe», et «l’affirmation de nouvelles grandes puissances, aux trajectoires toutefois incertaines» (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud), devrait se poursuivre. «L’accélération de la mondialisation» est également une ligne de force dans un contexte de «transition géopolitique marquée par une instabilité et une volatilité croissantes». Tout cela, on s’en doutait un peu…
Qu’anticipe donc le document stratégique français en ce qui concerne l’Afrique subsaharienne ? «Vingt ans après la fin de la guerre froide, le continent devrait continuer à voir son importance géopolitique s’accroître sous l’effet de la concurrence économique entre puissances émergentes «du Sud» (Chine, Inde, Brésil) et puissances en déclin relatif (Etats-Unis, France, Royaume-Uni, Russie). Néanmoins, les sous-régions d’Afrique pourraient évoluer distinctement en fonction de leur environnement extérieur (systèmes Corne/péninsule arabique), Sahel/Maghreb/Europe, Afrique de l’Est/sous-continent indien». Est-ce à dire que, de par la proximité géographique, l’Europe a un «rôle à jouer» bien plus important en Afrique de l’Ouest et en Afrique du Nord qu’ailleurs ? Sans doute. La question qui se pose est la suivante : par quels moyens, dans ces zones spécifiques, les Occidentaux déclinants mèneront-ils la «guerre économique» contre leurs nouveaux concurrents émergents ? L’actualité nous fournit quelques débuts de réponse à cette interrogation, et ils peuvent paraître effrayants.
 
Des «printemps arabes» en Afrique ? Non merci
 
Pourquoi la presse française se passionne-t-elle pour les processus de changements de régime dans le Moyen-Orient, tout en s'indignant si peu des dénis démocratiques dans les pays d’Afrique francophone, où Paris a pourtant les moyens de faire avancer les choses dans le bon sens, à coups d’amicales pressions, loin de la «démocratie des bombes» à laquelle la Côte d’Ivoire, par exemple, a payé un lourd tribut ? Pourquoi, en plein printemps arabe, Ségolène Royal débarque-t-elle à Ouagadougou pour apporter un soutien sans équivoque à un Blaise Compaoré qui veut modifier la Constitution et fait face à la colère de son peuple ? Peut-être parce que les «policy-makers» français ne croient pas en l’avènement d’une émancipation démocratique au sud du Sahara. La pauvreté et le tribalisme seraient des facteurs bloquants. «Une extension généralisée en Afrique subsaharienne des poussées démocratiques arabes paraît peu probable. Si certains éléments structurels (alternance bloquée, jeunesse diplômée au chômage, marginalisation d’une partie de l’armée) peuvent constituer un terreau favorable à un soulèvement populaire, plusieurs caractéristiques limitent de fait les évolutions politiques en Afrique à court et à moyen terme : l’absence de classe moyenne, les divisions identitaires et la faible institutionnalisation de l’État, notamment. Seuls quelques pays, dans lesquels une société civile solide, produit de l’histoire locale (syndicats, églises, chefferies traditionnelles), fait face à un État fort ou à un pouvoir bloqué, sont susceptibles de suivre la voie arabe, si certaines circonstances sont réunies (crise économique, élection grossièrement truquée…)», indique le document. L’analyse n’est pas tout à fait dénuée de fondement, mais les références obsessionnellement ethnographiques de la France officielle quand il s’agit de l’Afrique, par exemple, indiquent d’une certaine manière qu’elle n’est pas pressée que la situation change. Les pouvoirs qu’elle soutient n’encouragent pas, généralement, une plus forte institutionnalisation de l’Etat. N’accompagne-t-elle pas avec enthousiasme un régime Ouattara qui a substitué des milices tribales à une armée nationale et n’a-t-elle pas longtemps soutenu une rébellion ivoirienne qui détruisait l’Etat pour le remplacer par des baronnies féodales dont les «Com'zones» sont des figures emblématiques ?
 
Sécessions et migrations
 
«La remise en cause des frontières actuelles pourrait aboutir à la création de nouveaux États ou à des redécoupages plus ou moins violents (Sud-Soudan, Somalie…). La rupture du tabou de l’intangibilité des frontières pourrait avoir des effets en cascade sur l’ensemble du continent, voire au-delà», anticipe le rapport. L’on se souvient forcément qu’à Paris, la perspective d’une sécession du Nord-Mali, tant qu’elle ne disait pas son nom et qu’elle était incarnée par le MNLA, était une option sérieuse. Le soutien à des irrédentismes ou à des séparatismes sera-t-il demain, plus que jamais, un moyen de peser sur des situations géopolitiques ou de «semer l’effroi» parmi des nations africaines désireuses de s’affranchir ou de tester certaines formes d’indocilité? «Des catastrophes écologiques majeures liées aux premiers effets du changement climatique, notamment dans les zones les plus fragiles, pourraient déboucher sur de vastes mouvements de populations, intra et intercontinentaux, sources de déstabilisation majeure», écrit l’étude. Ce qui se passe dans l’Ouest de la Côte d’Ivoire, militairement conquis par des hommes faisant face chez eux à l’avancée du désert, est-il une préfiguration de ce type de «catastrophes» ? Les grandes villes de la côte ouest-africaine, épuisées par l’exode rural et de «l’abandon» d’une partie du Sahel, pourraient-elles vraiment, en partie, être noyées dans les flots de l’érosion côtière ? Ces questions interpellent les pouvoirs et l’intelligentsia du continent.
 
Le nationalisme africain… menace pour l’Occident !
 
Ce qui est inédit dans ce rapport produit par les experts du ministère français de la Défense, c’est qu’il classe désormais les souverainistes africains comme des ennemis potentiels. «Des crises dites «identitaires», fruit de l’instrumentalisation de catégories communautaires par certains acteurs politiques et économiques (partage du pouvoir et des richesses), pourront encore survenir. Le fondamentalisme, voire le radicalisme, religieux, tant musulman que chrétien, pourrait progresser, en l’absence de perspective d’intégration économique et politique des populations les plus pauvres et, surtout, des jeunes. Parallèlement – et paradoxalement – les sentiments nationalistes et/ou panafricains pourraient se développer, parfois au détriment des intérêts occidentaux». Vous avez bien lu ! Ceux qui pensent une Afrique forte, indépendante, libre de ses choix, y compris en matière économique, sont des menaces pour l’Occident ! Et cela est dit de manière «décomplexée», dans un pays où le discours ambiant, certes souvent en contradiction avec les actes et les pratiques, tient, de Charles de Gaulle à Dominique de Villepin, l’indépendance des nations pour une sorte d’absolu ! Comme si cela n’était pas assez clair, le journaliste Adrien Hart, dans un article publié par Slate Afrique, précise la pensée des rédacteurs du rapport : «Tout le monde garde à l’esprit les violents appels anti-français de leaders politiques pro-Gbagbo lors de la crise postélectorale en Côte d’Ivoire. L’avenir africain verra-t-il la multiplication de clones de leaders populistes comme Charles Blé Goudé ou de Julius Malema ? On ne le souhaite pas.» Et si ce background structurel était une clé permettant de comprendre la structure intellectuelle de ceux qui ont «pensé» l’assimilation grotesque du groupe islamiste Ançar Dine et de l’opposition ivoirienne en exil ? N’était-il pas question, au final, d’assimiler deux types d’acteurs qui représentent les menaces absolues ? Et si, au fond, la France officielle «préférait» d’une certaine manière les salafistes, dont la dangerosité est facile à «vendre», aux nationalistes africains, contre qui les opinions européennes comprendraient moins que l’on aille en guerre ? Ce débat n’est pas superficiel. Dès lors que l’on se convainc de ce que la principale menace identifiée par les stratèges officiels de l’Hexagone est le réveil de ce que nous appelons volontiers «l’Afrique digne», il devient évident que l’alliance avec des forces représentant la féodalité tribale voire le fanatisme religieux peut être envisagée contre les souverainistes africains. Les guerres civiles et les sécessions deviennent dans ce contexte des «problèmes» certes. Mais des «problèmes» qui légitiment une présence militaire, donc stratégique, accrue et vertueusement présentée. Puisqu’il s’agit de sauver l’Afrique contre elle-même en «empêchant les massacres».
 
La France veut continuer d’occuper militairement l’Afrique
 
Il y a une quinzaine d’années, la mode était aux concepts mettant en avant le retrait progressif de l’armée française du continent au profit de forces africaines de maintien de la paix. Ce n’est plus le cas. Ainsi, le rapport «Horizons stratégiques» met en valeur deux tendances lourdes attendues : un affaiblissement économique de l’Europe et un maintien plus que jamais d’actualité de la présence militaire française. L’amoindrissement de la part relative de l’Europe en tant que principal fournisseur d’aide publique au développement est susceptible d’affecter le tropisme européen des pays d’Afrique subsaharienne au profit des puissances émergentes majeures», peut-on ainsi lire. «Résultant de l’incapacité des États à contrôler leur territoire, la multiplication et l’extension des « zones grises », concentrant groupes criminels organisés (trafiquants, terroristes) et groupes rebelles, pourraient nécessiter des interventions occidentales auxquelles des pays européens, et la France en particulier, pourraient être amenés à participer», indique le rapport. La France a l’intention, dans les prochaines décennies, d’investir plus que jamais l’Afrique, qui «restera une zone de convoitises et de confrontations potentielles et une zone d’intérêt stratégique prioritaire pour la France». Le rapport trace les contours d’un mode d’intervention qui n’entend pas changer en Afrique, y compris au cœur des grandes villes. «Le renouvellement des accords de défense avec plusieurs partenaires africains confère à la France des responsabilités particulières en matière d’assistance, appelées à s’inscrire dans la durée. La présence de nombreux ressortissants français dans les villes, dans un contexte de forte insécurité, devrait renforcer la nécessité de disposer de capacités d’évacuation adaptées. Celles-ci devront de plus en plus être coordonnées au niveau international et avec les acteurs locaux, notamment privés», écrivent les rapporteurs. Qui préfèrent nourrir la perplexité quant aux capacités de l’Union africaine qu’il est plus que jamais question de contourner, voire de délégitimer. Au profit, sans doute, d’institutions vassales (comme la CEDEAO) ou d’institutions en partie contrôlées par Paris : Union européenne, ONU, etc… «La France continuera d’accompagner les organisations continentales et sous-régionales africaines dans le développement des instruments de sécurité collective, en privilégiant les cadres multilatéraux (UE, Onu, etc.). L’insuffisance probablement persistante des instruments de sécurité collectifs placés sous l’égide de l’Union africaine, quels qu’en soient les progrès en termes capacitaires, renforcera le besoin de politiques globales alliant sécurité, développement et gouvernance selon des axes bilatéraux et multilatéraux ad hoc et la mise en place de partenariats régionaux efficaces», écrivent les rapports. Voilà qui est clair. Il revient désormais au leadership africain «non aligné» d’en tirer toutes les conséquences. Froidement.
 


Théophile Kouamouo


samedi, 13 octobre 2012

DECOUVERTE DE CHARNIERS LIES AU MASSACRE DE NAHIBLY - LE PROCUREUR DE MAN S'OPPOSE AUX RECHERCHES


DUEKOUE - CAMP DES REFUGIES 16.jpg

 

Trois puits remplis de cadavres et constituant visiblement des charniers, ont été découverts mercredi dernier à Duékoué, à la suite d’informations livrées par un rescapé du massacre de Nahibly. Hier jeudi 11 octobre 2012, l’exhumation des cadavres avait débuté en présence du procureur adjoint de Man quand ce dernier a unilatéralement interrompu les fouilles, sans que les deux autres puits où l’on apercevait des crânes humains n’aient été explorés. Que cache donc cette attitude du procureur ?

C’est peu après 10 heures, hier jeudi 11 octobre 2012, que les exhumations des cadavres jetés dans trois puits dans les environs de l’usine de traitement d’eau au quartier «Toh Guéï», ont débuté en présence du procureur adjoint de Man, Olivier Bouaffou, du Commissaire de police et du Commandant de Brigade de Duékoué. Une fois sur les lieux, le procureur tient à l’écart et l’Onuci et les organisations de défense des droits de l’homme, notamment la Fidh. Les agents de la mairie réquisitionnés pour l’exhumation des corps des puits, peuvent alors débuter le travail, à l’abri des «regards indiscrets». Six corps sont extraits du puits numéro un. Des corps dans un état de putréfaction avancée, mais qui gardent encore leurs habits quasiment identifiables. A peine une quarantaine de minutes après le début des opérations de fouille et contre toute attente, le procureur adjoint de Man fait arrêter tout. Sans même que les fouilles n’aient débouché sur les deuxième et troisième puits situés à quelques pas du premier dans lequel les six premiers corps avaient été découverts. C’est un procureur excité et nerveux qui donne des ordres. «Arrêtez-moi tout», ordonne-t-il. Il demande à la force publique de dégager tout le monde du site au grand étonnement des représentants de l’Onuci et de la Fidh. Qui s’expliquent difficilement cette attitude de l’homme de droit. Plus grave, il demande à ce qu’on conduise ces corps illico au cimetière pour les enterrer.

La FIDH saisit le ministre de la Justice

«On ne peut pas inhumer ces corps sans un début d’enquête, sans même connaitre l’origine de leur mort», s’est indigné Florent Geel de la Fidh. Qui face au mutisme et à l’indifférence notoire affiché par le procureur adjoint de Man, joint directement le ministre de la Justice pour lui rapporter les faits. Et expliquer comment la justice tente de s’opposer au fait que les organisations des droits de l’homme fassent leur travail. Le ministère de la justice enjoint ledit procureur pour que ce dernier donne suite à la requête de la Fidh. Aussitôt, le procureur adjoint de Man demande à ce que finalement ces six corps soient conduits à la morgue, pour conservation. Mais n’autorise tout de même pas la poursuite des fouilles dans les deux autres puits qui n’ont jusque-là pas été «explorés». En quittant les lieux malgré eux, les quelques témoins ont pu apercevoir dans le deuxième puits trois crânes humains qui flottaient. Une preuve patente de ce que ces deux autres puits ont «recueilli» des cadavres du massacre de Nahibly. Les six corps ont été envoyés à la morgue où tout le monde s’est retrouvé. Malheureusement, les responsables de la morgue ont déclaré ne pas disposer du matériel adéquat pour la conservation de ces corps en putréfaction avancée. Finalement ces six corps, dont 5 hommes et une femme, sont exposés dans la cour de la morgue. En attendant l’arrivée de spécialistes qui arrivent aujourd’hui à Duékoué.

Ce que cache l’attitude du procureur

La suspension des fouilles par le procureur de la république adjoint de Man a surpris plus d’un. Et l’on s’interroge encore sur les raisons profondes de cette attitude. Comment un homme de droit a-t-il pu s’opposer à la manifestation de la vérité? Il affirme avoir reçu des ordres. Voudrait-on empêcher que la vérité sur le massacre de Nahibly éclate au grand jour? Manifestement oui. Sinon, comment comprendre que le procureur de la République adjoint empêche l’exhumation d’autres corps dans les deux autres puits jouxtant pratiquement le premier? Les cadres Wê avaient évoqué environ 211 morts et de nombreux portés disparus, après la folie meurtrière du 20 juillet dernier. Quand le gouvernement martelait bec et ongle le chiffre de douze morts. Si trois charniers ont été découverts, qu’en est-il des nombreux disparus et de ceux qui ont été exécutés, selon des témoignages, dans la forêt?

Le Gouvernement minimise la découverte du charnier

C’est par la voix du Directeur de cabinet du ministre de la justice que le gouvernement s’exprimera. Tout en minimisant à la limite cette découverte, il a fait savoir qu’un médecin légiste se rendra sur les lieux et qu’une enquête est ouverte. Sans même évoquer la poursuite des fouilles sur les sites soupçonnés d’abriter des charniers. A Duékoué, c’est l’indignation au sein des populations.


Frank Toti


Source: LE NOUVEAU COURRIER

mardi, 02 octobre 2012

LE MINISTRE EMILE GUIRIEOULOU A COEUR OUVERT DEPUIS L'EXIL


EMILE GUIRIEOULOU.jpg

 

Emile Guiriéoulou, depuis l’exil: «A écouter les partisans de Ouattara, les populations de l’Ouest remercient certainement monsieur Ouattara de les avoir débarrassés des «fils indésirables» que nous sommes.»


Ministre de l’Intérieur dans le dernier gouvernement de l’ex-Premier ministre Gilbert Aké Marie N’Gbo, après avoir géré le portefeuille de la Fonction publique dans une précédente équipe, Emile Guiriéoulou a été l’un des acteurs majeurs dans la gestion de la crise post-électorale. Il a bien voulu s’ouvrir aux lecteurs du Nouveau Courrier pour se prononcer sur les attaques récurrentes que subissent les Frci, mais surtout sur le processus de réconciliation nationale de façon générale.

 

Depuis le début du mois d’août, on constate un regain de violence dans le pays. Les FRCI ont subi plusieurs attaques armées. Comment réagissezvous à cette situation?

Je voudrais vous dire que ce n’est pas depuis début août qu’il y a regain de violence. C’est depuis fin novembre 2010 que la trêve que l’on observait dans le pays depuis 2007 a été rompue par le RDR et sa branche armée. Depuis le 11 avril 2011, vous pensez que la violence a cessé en Côte d’Ivoire? Vous-mêmes, journalistes, ne cessez de nous rapporter quotidiennement les exactions des FRCI à travers le pays avec des dizaines voire des centaines de morts. Ce qui est nouveau, c’est que les FRCI sont maintenant eux aussi victimes de la violence.

Ceci étant, je trouve regrettable tout ce qui arrive aujourd’hui à la Côte d’Ivoire et qu’on aurait pu éviter en acceptant un règlement négocié, pacifique du contentieux électoral plutôt que, fort de soutiens extérieurs, de se lancer dans la voie des armes. On a ouvert une boite de pandore avec la rébellion déclenchée en septembre 2002 et fièrement revendiquée même aujourd’hui encore. Quand Soro Guillaume déclare que son parcours est un modèle pour la jeunesse africaine, faut-il s’étonner de voir des jeunes chercher à avoir le même parcours afin de ressembler à ce modèle?

Le chef de l’Etat, Alassane Ouattara a effectué en avril dernier une visite d’Etat dans l’Ouest. En tant que cadre et élu de cette région, qu’en pensez-vous?

Au vu des réactions qui me sont parvenues, cette visite d’Etat n’a rien apporté et n’a pas donné satisfaction aux populations dont aucune des préoccupations n’a trouvé de réponse ni même été discutée, à savoir la question du retrait des dozos de la région, l’épineux problème du burkinabé Amadé Ouérémi qui sévit dans la forêt classée du mont Péko, l’occupation et l’exploitation illégale des plantations, l’envahissement de la région par de nouveaux migrants qui accourent de toute la sous région et qui s’y installent sans aucune autorisation, encadrés par des groupes armés. A propos d’ailleurs d’Amadé, vous ne trouvez pas curieux que le gouvernement annonce à l’avance qu’il va lancer une opération militaire pour le déloger du mont Péko? N’est ce pas une façon de lui dire : «Frère, sois rassuré on te fera rien et prends tes dispositions pour la mise en scène le moment venu».

A Duékoué, ville martyre, monsieur Ouattara aurait pu au moins visiter le quartier Diaye Bernard incendié et détruit en janvier 2011 par ses partisans ou encore se rendre sur les ruines du village de Niambly pour montrer sa compassion et sa solidarité avec les populations meurtrie ; et ainsi donner une preuve de sa volonté de réconciliation par les actes. Même ses visites de compassion ont été sélectives. Par exemple à Duékoué, il est allé saluer la famille d’un imam tué pendant la crise. Mais il a ignoré la famille de feu Léhi Paul, chef du village de Diahouin, un des chefs les plus écoutés dans ce département, tué dans son campement par les FRCI en avril 2011.

Mais pour la réconciliation, il a lancé un appel aux exilés originaires de la région que vous êtes, vous demandant de rentrer au pays.

Pour lancer deux mois après des mandats d’arrêt contre le ministre Kahé Eric et moi-même. Vous comprenez donc que cet appel n’était pas sincère. D’ailleurs, s’il était vraiment de bonne foi, M. Ouattara aurait pu, comme gage de sa volonté de réconciliation, commencer à l’occasion de cette visite par libérer le frère Basile Mahan Gahé qu’il maintient en prison uniquement au motif qu’il a demandé, pendant la crise, aux travailleurs ivoiriens de continuer d’aller au travail alors que lui Ouattara le leur avait interdit. Et pourtant, comme Mahan Gahé, de nombreux collaborateurs actuels du pouvoir, y compris ceux qui distribuent aujourd’hui les mandats d’arrêt contre nous, ne se sont pas à l’époque pliés à sa décision. Mais comme pour ses partisans, M. Ouattara, avec cette visite, a réussi à faire la réconciliation à l’Ouest et que tout est bien dans le meilleur des mondes, je dis Alléluia! Si vous les écoutez, les populations de cette région qui étaient «manipulées» sont maintenant désenvoutées et heureuses. Pour cela, elles remercient certainement monsieur Ouattara de les avoir débarrassés des «fils indésirables» que nous sommes.

Dans cette logique, je crois que Toulépleu a dû saluer le départ en exil des Voho Sahi, Pol Dokoui, Tahi Zoué quand Bloléquin bénit le Seigneur parce que Marcel Gossio et Mahan Gahé n’y seront plus vus. Guiglo ne cessera jamais d’exprimer sa joie de voir Hubert Oulaye et moi-même éloignés du département. Exit Kahé Eric et Déhé Gnahou à Duékoué. Facobly doit maintenant être soulagé par la mort au Togo du maire Gnan Raymond. Comment voulez vous qu’après avoir réussi cette « «éradication», la région ainsi «désinfectée et aseptisée», selon la volonté publiquement exprimée d’Amadou Soumahoro, ne soit pas «réconciliée»? Quel drame ! Mais si cela peut faire le bonheur de ceux qui le pensent, le croient ou le souhaitent, je dis encore Alléluia! Mais hélas, la réalité est autre et les souffrances des parents sont là qui nous interpellent.

Certains acteurs politiques disent qu’il y a des retombées pour les populations.

Oui, une très grande retombée : le camp de Nahibly n’existe plus et avec lui au moins 230 personnes innocentes parce que ce camp serait «infesté de miliciens». Parlant des jeunes de la région taxés de miliciens, je voudrais rappeler ceci. En 2002, on vivait tranquillement dans la région quand les rebelles, ayant en leur sein des mercenaires libériens et sierra léonais dont le tristement célèbre Sam Bockarie, ont attaqué Toulépleu et ont poursuivi leur avancée jusqu’à Bédi Goazon, village situé à 30 km de Guiglo après avoir pris Bloléquin. Les récits des survivants qui déferlaient sur Guiglo faisaient état de tueries effroyables de meurtres, de viols, de mutilations avec les fameux «manches longues ou manches courtes». C’est alors que des jeunes s’organisent en groupes d’auto-défense pour protéger leurs parents, mettre fin aux massacres et repousser les envahisseurs. Ce sont ceux-là qu’on accuse de tous les maux pendant que les vrais criminels sont encensés.

M. le ministre, vous êtes l’une des figures marquantes de la précédente législature, au niveau de l’Assemblée nationale. Quel regard portez-vous sur l’actuel parlement ivoirien?

Vous savez, beaucoup a été dit sur cette nouvelle Assemble nationale. Déjà le «désert électoral», le terme est de la presse internationale, qui a sanctionné l’élection qui l’a mise en place, est un indicateur de son déficit de légitimité. Si vous ajoutez à cela l’absence de représentation d’au moins la moitié de la population ivoirienne, vous comprenez que cette Assemblée n’a de nationale que le nom. Et puis, quel crédit démocratique peut-on accorder à un parlement sans groupe d’opposition? Mais si les tenants actuels du pouvoir sont satisfaits et heureux d’avoir une telle Assemblée Nationale, je leur souhaite bon vent!

Mais en 2000, l’absence du RDR ne vous avait pas empêchés d’aller aux législatives!

Ah non, les choses ne sont pas comparables! En 2000, le RDR avait décidé de boycotter les législatives au motif que la candidature de Alassane Dramane Ouattara avait été rejetée par la Cour Suprême. Donc par solidarité, les candidats RDR ont décidé de lier leur sort à celui de leur leader. Sinon le RDR n’avait contesté ni la liste électorale d’alors ni les conditions d’organisation des élections encore moins l’organe chargé de les organiser, à savoir la CNE dirigée à l’époque par Honoré Guié. Les candidats issus du RDR avaient le plus normalement du monde déposé leurs dossiers qui ont été validés, à l’exception de celui de Ouattara. Donc en 2000, pour le RDR c’était «si Alassane Dramane Ouattara n’est pas député alors pas de députés RDR en Côte d’Ivoire ».

Vous voyez que cela est complètement différent de la situation qui a contraint le FPI à ne pas participer aux législatives de 2010 : insécurité généralisée dans le pays, emprisonnement des responsables du parti, exil forcé de ses cadres, virtuels candidats, gel de leurs avoirs, CEI monocolore avec à sa tête un président à problèmes, découpage électoral scandaleux d’ailleurs dénoncé après coup par le PDCI, etc.

N’empêche que le RDR était absent pendant 10 ans de l’Assemblée nationale.

Oui, cela est vrai mais seulement en apparence, car le RDR n’était pas absent de l’hémicycle pendant la législature passée. En effet, le groupe parlementaire solidarité qui comprenait une dizaine de députés était en réalité RDR. En effet, en dehors de Mel Théodore et Anaky Kobénan, les autres membres étaient tous des militants du RDR qui s’étaient fait élire malgré l’appel au boycott et qui ont décidé de siéger contre l’avis de leur parti sans pour autant se voir infliger des sanctions pour cette «indiscipline».

Comment ça ?

Comment? C’est simple à comprendre. En effet, non reconnus comme «députés RDR» à l’assemblée nationale, certains d’entre eux ont pourtant été investis candidats RDR pour les élections municipales de 2001 et reconnus «maires RDR» pour ceux qui ont pu être élus. Le RDR était donc présent à l’Assemblée nationale. De plus, la pluralité des opinions politiques qui fait la force d’un parlement démocratique était garantie au cours de notre législature. Le PDCI disposait d’un groupe parlementaire aussi important en termes de membres que celui du FPI. L’UDPCI avait son groupe. Donc face au groupe parlementaire FPI, il y avait trois groupes parlementaires RHDP. Peut-on en dire autant aujourd’hui?

Cela fait près d’un an et demi que M. Alassane Ouattara est aux affaires. Quelle est votre appréciation de sa gouvernance?

Avant de répondre à cette question, je voudrais d’abord qu’on pose une autre qui de mon point de vue est capitale, j’allais dire préjudicielle et qu’on y réponde. Voyez-vous, que ce soit la presse proche du pouvoir, les membres du gouvernement ou le chef de l’Etat lui-même, tout ce monde dit que Ouattara n’est au pouvoir que depuis le 11 avril 2011. Alors la question est : qui exerçait donc le pouvoir du 4 décembre 2010 au 11 avril 2011 ? Je ne veux même pas ici discuter la question de la légitimité et/ou de la légalité de ce pouvoir. Un homme politique ivoirien disait récemment : «Etre président, c’est quand on est assis dans le fauteuil». Et moi j’ajoute: «Dans le fauteuil qui se trouve au palais présidentiel». Qui donc était assis dans le fauteuil qui se trouve au palais présidentiel entre le 4 décembre 2010 et le 11 avril 2011 ? Evidemment, c’est Laurent Gbagbo.

Alors si c’est Gbagbo, il faut arrêter de proclamer la nullité des décisions prises sous son autorité et de brimer ceux qui ont pu en bénéficier. Il ne faut plus pénaliser des journaux parce qu’ils auront écrit que Aké N’Gbo a été Premier Ministre en Côte d’Ivoire. Il faut rétablir dans leurs droits tous ces jeunes Ivoiriens qui ont pu réussir à des concours dont les résultats ont été proclamés pendant cette période. Alassane Ouattara, dans son discours lors de la récente rentrée solennelle du Conseil Constitutionnel, a déclaré que ceux des Ivoiriens qui ont cru que la décision du Conseil Constitutionnel proclamant Laurent Gbagbo vainqueur de l’élection présidentielle était juste l’ont fait «de bonne foi». Pourquoi donc pourchasser, brimer, pénaliser, frustrer des citoyens qui, «de bonne foi», ont cru aux institutions de leur pays?

Revenons, s’il vous plait, à ma question précédente.

Oui d’accord. Vous m’avez demandé ce que je pense du pouvoir Ouattara? Oh, je constate qu’on fait beaucoup de bruits pour rien. En matière d’infrastructures par exemple, je constate que tous les projets qui sont annoncés à grands frais publicitaires sont des projets qui étaient déjà là sous Laurent Gbagbo, avec des financements bouclés ou en voie de l’être. Certains étaient en cours de réalisation : Pont d’Azito, Pont de Jacqueville, prolongement de l’autoroute du nord, pipeline Abidjan – Burkina, troisième pont qui date de Bédié, échangeur de la Riviera 2, autoroute de Bassam, stade de Bassam, approvisionnement d’Abidjan en eau à partir de Bonoua. Pour ce dernier projet, je me souviens parfaitement de la communication faite en conseil des ministres en 2010 par Dagobert Banzio, à l’époque ministre des Infrastructures économiques. On nous a annoncé que les problèmes de l’échangeur de l’Indénié étaient définitivement réglés mais la réalité est là, rien n’a été fait.

Au plan social, le chômage s’accroit, le gouvernement est impuissant face à la cherté de la vie et le délai de 3 mois donnés aux Ivoiriens par le Premier ministre Ahoussou Jeannot pour y mettre fin est derrière nous. L’insécurité a atteint des proportions inquiétantes d’autant plus qu’elle est l’oeuvre de ceux supposés lutter contre ce fléau. Vous vous souvenez que ce gouvernement avait donné jusqu’au 30 juin 2012 aux FRCI pour libérer les bâtiments aussi bien de l’Etat que des personnes privées ainsi que les plantations qu’ils occupent et exploitent illégalement. Nous sommes fin septembre 2012 et on attend toujours la réaction vigoureuse promise par le gouvernement. En un mot, le pouvoir Ouattara a montré ses limites et son incapacité à offrir aux Ivoiriens le bien-être qu’ils sont en droit d’attendre de leurs dirigeants de circonstance.

Que dites vous de la conduite du processus de réconciliation nationale?

La réconciliation? Comme beaucoup d’autres Ivoiriens, je me pose encore la question de savoir qui on veut réconcilier en Côte d’Ivoire. Parce que quand j’entends ceux qui sont au pouvoir, je ne perçois aucune volonté de réconciliation. Et pourtant, ce sont eux qui ont créé une commission appelée Commission dialogue, vérité et réconciliation (CDVR). Vous voyez bien que dans la dénomination de cette commission, «dialogue et vérité» viennent avant «réconciliation». Or nous avons face à nous des gens qui refusent le Dialogue et ne veulent entendre que leur Vérité. Comment allons-nous alors arriver à la Réconciliation?

Mais on dit que c’est le FPI qui ne veut pas saisir la main tendue du président pour aller à la réconciliation.

Ah oui? Nous sommes en Côte d’Ivoire et les événements sont vieux même pas de deux ans. Ce n’est pas Laurent Gbagbo qui, en décembre 2010, a proposé le dialogue pour régler le contentieux électoral par le recomptage des voix ? Ce n’est pas le même Laurent Gbagbo qui, le 11 avril 2011, a demandé qu’après les armes on passe à la partie civile de la crise? Ce n’est pas Affi N’guessan qui, en avril 2011, a demandé l’ouverture de discussions politiques en appelant à la fin des violences? Ce n’est pas le FPI qui le premier a tendu la main au pouvoir en sollicitant une rencontre avec le Chef de l’Etat en août 2011?

Ce n’est pas Miaka Ouretto qui, en compagnie d’Akoun Laurent, Dano Djédjé et Marie Odette Lorougnon, est allé à Daoukro pour y rencontrer Bédié? En réponse, que voyons nous sinon menaces, mandats d’arrêt, arrestations, enlèvements, emprisonnements, tortures, assassinats. Le FPI a pris toutes ces initiatives et bien d’autres parce qu’il veut la paix, fidèle à son slogan «Asseyons-nous et discutons». Sinon, en temps normal, c’est celui qui est au pouvoir qui a intérêt à prendre de telles initiatives. Mais ceux qui sont là aujourd’hui pensent que c’est par la terreur et la répression tous azimuts, par la négation de l’autre qu’ils vont réussir. On les regarde.

Il est dit aussi que le FPI ne veut pas reconnaitre le pouvoir de Ouattara.

Ceux qui disent cela peuvent-ils produire une déclaration du FPI affirmant que M. Ouattara n’est pas le chef de l’Etat actuel de la Côte d’Ivoire? Non. Par contre, nous disons que M. Ouattara n’est pas le vainqueur de l’élection présidentielle du 28 novembre 2010. (…) Aujourd’hui, c’est un fait, il est assis dans le fauteuil présidentiel grâce à cela. Voici ce que nous disons.

Le pouvoir ne comprend pas que le FPI pose des préalables et tienne à un dialogue direct alors qu’un cadre de discussion existe avec les autres partis pro-Gbagbo.

Mais qu’appelle-t-on préalables? Le FPI a soumis au chef de l’Etat et au gouvernement les préoccupations qui sont les siennes et autour desquelles il souhaite voir les discussions se tenir et attend l’ouverture du dialogue. Le FPI dit : «Nous sommes d’accord pour le dialogue mais voici nos préoccupations sur lesquelles doivent porter les négociations : libération des prisonniers y compris le Président Laurent Gbagbo, retour apaisé des exilés, dégel des avoirs de ses militants, etc.». C’est çà les préalables? Non, ce sont des points de discussion.

Par ailleurs, le FPI demande un dialogue direct avec le gouvernement parce qu’il y a des problèmes qui lui sont spécifiques et qui lui tiennent à coeur. Quand après l’accord politique de Ouagadougou, il a été institué le CPC, seuls le RDR et le PDCI y ont été associés alors qu’ils n’étaient les seuls partis d’opposition. Le MFA et l’UDPCI membres du RHDP n’y étaient pas, le PIT non plus. Donc si aujourd’hui le FPI en raison de préoccupations spécifiques demande un dialogue direct entre lui et le pouvoir, qu’est ce que cela coûte à celui-ci d’accéder à cette requête et qui motive son refus? D’autant que ça n’empêche pas le gouvernement de continuer de discuter avec les autres. Quand on est au pouvoir et qu’on veut la paix, on y met le prix, on ne compte pas son temps.


Interview réalisée par Saint-Claver Oula, in le quotidien ivoirien "Le Nouveau Courrier".


Source: EBURNIE NEWS

dimanche, 26 février 2012

OPERATION «100 ABONNES EN UN MOIS POUR LE QUOTIDIEN LE NOUVEAU COURRIER»


UNE N° 413 LE NOUVEAU COURRIER.jpg

Abonnez-vous au quotidien ivoirien "Le Nouveau Courrier", pour le recevoir en copie numérique PDF, parrainez d'autres lecteurs, abonnez vos proches. Seulement 10 Euro par mois.

Soutenez le journalisme d'investigation, optez pour le décriptage professionnel et objectif, choisissez la vraie information.


Soutenez "Le Nouveau Courrier"!


DINDE Fernand AGBO

 


Aidez-nous à vous aider : abonnez-vous au... par legrigriinternational

 

mardi, 01 novembre 2011

POUR LA PREMIERE FOIS, UNE SŒUR DE SIMONE GBAGBO FAIT DES REVELATIONS SUR LE 11 AVRIL



SIMONE GBAGBO.jpg

Près de sept mois après l'arrestation du président Gbagbo, de son épouse, Simone Gbagbo et de tous les autres, une proche de la famille, une des soeurs de l'ex-première dame, revient pour la première fois sur les évènements du 11 avril dernier.

 

Il est un peu plus de 13 heures quand nous arrivons à Moossou, le village de la Première dame,Simone Ehivet Gbagbo, détenue depuis le 12 avril dernier à Odienné, dans le nord de la Côte d'Ivoire. Dans la résidence modeste où nous avons «rendez-vous» avec la proche famille du député d'Abobo. A la vue d'une dame élancée qui nous accueille avec un sourire similaire à celui de Simone Gbagbo, on se dit intérieurement «ça doit être une des soeurs de la Première». Une fois parvenue à notre niveau, on se rend à l'évidence qu'elle partage bien des traits avec sa soeur. Son timbre vocal, son teint, c'est du Simone Gbagbo tout craché. Elle garde une assurance apparente, une sérénité communicative, mais l'enfer des bombardements de la résidence présidentielle, elle l'a vécu jusqu'au 11 avril dernier,ainsi que la «déportation» du Golf Hôtel dans l'après-midi du 11.

V.E, est aussi fervente chrétienne que sa grande soeur, sa foi en Dieu reste inébranlable, malgré les évènements traumatisants qu'elle a vécus. Au détour d'une causerie décontractée, elle revient sur ce«lundi noir» d'avril 2011.

Un témoignage poignant et émouvant«Pendant les deux derniers jours (10 et 11avril, ndlr), ils ont tiré toute la nuit. Les tirs étaient vraiment intenses, à telle enseigne qu'il fallait absolument protéger le patron (le président Gbagbo, ndlr). Parce que ce n'était pas des tirs comme ça.

Puisqu'ils ont d'abord visé sa chambre, puis son bureau et la grande pièce. Mais de là où nous étions en ce moment-là, on entendait les bombardements comme s'ils étaient lointains. Mais à un moment donné, en plus des bombardements, ils ont libéré un gaz suffocant qui nous empêchait vraiment de respirer, comme si on voulait nous asphyxier. Et quand les tirs ont baissé en intensité, on a dû nous déplacer pour pouvoir aller respirer un peu. Toute la nuit, on n'a pas pu dormir, à cause des bombardements. Vers 4heures du matin, ils ont arrêté les bombardements.

Et on a eu même le temps de se débarbouiller un peu, et de prendre le petit déjeuner.

On était donc là, quand quelqu'un qui est arrivé, disait : «Ne sortez pas, ne sortez pas, ils vont vous tuer comme des lapins, parce qu'ils nous ont encerclé» parlant des militaires français.

C'est en ce moment là que Tagro est sorti avec une écharpe et il est revenu aussitôt, en disant «ils m'ont tiré dessus». Je ne l'ai pas vu, mais je l'ai entendu dire ça. Après un officier est arrivé et nous a dit qu'on était encerclé.

C'est comme ça qu'ils nous ont séparés en deux groupes. Le président, sa femme et d'autres personnalités ont été envoyés quelque part et nous, nous étions dans un autre lieu.

Jusqu'à ce qu'on voit arriver les militaires Frci qui nous insultaient, battaient... Les militaires français étaient là aussi, mais ils ont dû se retirer quand les caméras ont commencé à arriver.

Et de là, ils nous ont transféré au Golf Hôtel, où on a vécu l'enfer. A notre arrivée, il y avait une haie de militaires Frci de part et d'autre de la voie qu'il fallait traverser jusqu'au bâtiment.

Les gens nous battaient avec des cross de fusils, d'autres utilisaient des couteaux pour nous blesser, nous tracer dessus. Moi j'ai eu plus de chance, parce que j'étais au milieu, mais les autres qui étaient proches des cordons, n'ont pas eu plus de chance. Les soldats de l'Onuci qui assuraient notre sécurité, à un moment donné, nous ont abandonné entre les mains de nos bourreaux...». Elle pousse un soupir avant de lancer : «C'était l'enfer !»

Ensuite plus rien. L'émotion l'étreint, elle nous regarde et lance un sourire : «Dieu est fidèle».

Les jours vécus dans le tourbillon du Golf Hôtel, elle n'en dira pas mot.


Franck Toti, in le quotidien ivoirien « Le Nouveau Courrier » N° 356 des lundi 31 octobre et mardi 1er novembre 2011.

vendredi, 28 octobre 2011

PREMIER HADJ SOUS OUATTARA: LA GRANDE DESILLUSION DES MUSULMANS


PRIERE MUSULMANS IVOIRIENS.jpg

Un seul mot pour qualifier le ressentiment des fidèles musulmans, candidats au Hadj 2011 : la désillusion. Eux qui avaient cru, de bonne foi peut-être, qu'avec l'avènement d'Alassane Ouattara au pouvoir, tout roulerait comme sur des patins à roulettes. Que nenni!


Hier, lorsque nous arrivions dans les locaux abritant le Haut commissariat du Hadj à Cocody, dans les environs du Lycée Technique, la bousculade était indescriptible. Elle atteint son paroxysme avec la fracture de la porte de la salle de conférence, où les kits de voyage sont distribués aux candidats à la Mecque. Il aura fallu toute la détermination des policiers sur les lieux pour contenir la foule de pèlerins déchainés qui réclamaient chacun, à juste titre d'ailleurs, son kit de voyage. Face à tous ces désagréments, les pèlerins ont voulu crier leur ras-le-bol en paralysant pendant près de deux heures, le boulevard Mitterrand, à quelques encablures de l'échangeur du Lycée Technique. «Nous sommes fatigués, on veut des vols pour partir faire notre pèlerinage », criaient en chœur les pèlerins, vieillards, adultes et jeunes venus accompagnés leurs parents.

On regrette déjà le Hadj version Gbagbo

Un fidèle musulman, le regard perdu dans la foule, revient brutalement sur terre lorsque nous l'accostons : «C'est la première fois de ma vie que je vois ça. Quand les autres (Gbagbo et son régime, ndlr) étaient encore là, c'était mille fois mieux. Avec les autres qui n'étaient pas musulmans, c'était très bien organisé, mais ce sont nos propres frères qui sont aujourd'hui là et c'est n'importe quoi», lâche-t-il amèrement.

Mme Coulibaly Mandjara épouse Kouyaté ne dit pas autre chose. «Nous avons été programmé, mais il n'y a pas de vol. On nous fait espérer, pourtant il n'y a rien. Avec Gbagbo, tout était bien. Mais Ouattara est arrivé, tout est mélangé. Pourquoi ?», se lamente-telle. Plusieurs fidèles interrogés sont unanimes : la désorganisation et la pagaille organisées sont les maitre-mots des préparatifs du Hadj version Ouattara. Longtemps invités à s'acquitter des frais de transports ainsi que de toutes les formalités administratives pour obtenir le visa pour l'Arabie Saoudite, les fidèles musulmans, comme à l'accoutumée, accomplissent leur part. Ainsi, 1,5 millions de FCFA sont directement payés au Trésor public par chaque candidat au Hadj. Les formalités sont dûment remplies et ces derniers obtiennent leurs visas. Seulement, quand arrive le moment de distribuer les kits de voyage composés essentiellement d'une valise à l'intérieur duquel se trouvent plusieurs objets dont un Iram (foulard avec lequel le musulman attache la tête et prie), c'est le cafouillage.

Quand le business pointe son nez

«On ne sait pas qui fait quoi, qui donne quoi», explique un vieil homme complètement groggy par dix longs jours d'attente, sans suite. Ce désordre, plusieurs fidèles le croient organisé expressément pour leur soutirer de l'argent, comme en témoigne d'ailleurs I. Diaby : «Pour obtenir mon kit, j'ai dû décharger le camion qui les a convoyés. En plus, j'ai payé 1000 FCFA», s'indigne-t-il. Bakayoko Cheick Ibrahim révèle qu'avant-hier seulement, 10 kits ont été officiellement distribués sur les 120 prévus pour ce jour. «Les 110 autres kits ont été distribués en deal. Pour avoir ça, on devrait donner entre 1000 FCFA et 3000 FCFA voire plus», confesse-t-il. Tous ont du mal à comprendre que le Hadj subventionné à hauteur de 2 milliards de FCFA, selon le gouvernement, soit l'occasion pour certains de s'enrichir sur le dos des pèlerins.

D'ailleurs, selon un autre fidèle, les Irams sont vendus au Golf, à Adjamé et même au ministère de l'Intérieur à hauteur de 15 000 FCFA voire 16 000 FCFA. L'affichage des listes n'échappe pas également à l'organisation «wouya wouya» mise en place. «Nous avons payé ce qu'il y a à payer, ils ont toutes nos listes. Pourquoi ne pas programmer les vols sur la base des listes de paiement au lieu d'afficher une liste par jour ?», s'interroge un autre, rouge de colère. Ce dernier effectue depuis plus d'une semaine la distance Anyama - Direction des Cultes sans succès. La situation est d'autant plus préoccupante que le 30 octobre, c'est-à-dire dans trois jours, plus aucun vol ne sera admis sur le sol saoudien. Or sur les neuf vols prévus par le ministère pour évacuer les 5553 candidats ivoiriens au Hadj, seulement trois vols ont pu être effectués jusqu'à ce jour. Ils dénoncent aussi les changements souterrains de noms sur les listings. En effet, selon les manifestants, les premiers inscrits sur les listes censés être sur les premiers vols se retrouvent paradoxalement sur les 5ème, 6ème voire 7ème vol. Et pire, des pèlerins ont reçu leurs kits et billets d'avion hier à 14h 30 pour un vol qu'ils devraient prendre à 14 heures. Ils n'ont donc pu effectuer le vol et font le pied de grue à la Direction des cultes pour espérer être à nouveau programmés dans un autre vol. Toutes ces anomalies, les pèlerins ont du mal à se les expliquer. Au ministère où ils attendent des explications, aucune oreille attentive.


Benjamin Silué, in le quotidien ivoirien "Le Nouveau Courrier" N° 353 du jeudi 27 octobre 2011.


Source: NOUVEAU COURRIER.INFO