topblog Ivoire blogs

mercredi, 25 décembre 2013

PAUVRE PENDA! (1ère et 2ème PARTIES)

SAÏD PENDA 2.jpg

 

PREMIERE PARTIE

Said Penda. C’est le nom du réalisateur du triste film-documentaire, pompeusement titré: «Laurent Gbagbo: despote ou anticolonialiste… le verbe et le sang».  C’est un journaliste de nationalité camerounaise, comme le sont aussi Théophile Kouamouo (Fondateur du quotidien bleu, « Le Nouveau Courrier ») ou encore Charles Onana (auteur de l’œuvre : « Côte d’Ivoire le coup d’Etat »).

Encore un camerounais qui vient se jeter à corps perdu dans la mare de la crise socio-politique en Côte d’Ivoire, nous nous sommes dit. Sauf que, contrairement à ses concitoyens, il entend prendre le contre-pied du complot occidental contre la Côte d’Ivoire et Laurent Gbagbo. Sa réalisation, comme l’indique le périodique français « La Lettre du Continent », dans sa parution N° 670 du 13 novembre 2013, est un véritable «documentaire à charge» contre Laurent Gbagbo, actuellement incarcéré à la CPI. Said Penda vient donc s’ajouter – pour ainsi dire - à la longue liste des ennemis de Laurent Gbagbo et sur laquelle figurent déjà Alassane Ouattara et ses partisans, la France néocolonialiste et ses alliés, la procureure de la CPI, Fatou Bensouda… Bref, tous ceux qui, tant bien que mal, manœuvrent pour que Laurent Gbagbo passe le restant de ses jours, derrière les barreaux.

Peut-être s’agit-il pour ce réalisateur, de donner son point de vue sur l’homme, Laurent Gbagbo. C’est son droit et nous respectons ce droit. A la question : qu’est ce qui l’a poussé à s’intéresser à la vie de Laurent Gbagbo ? Said Penda répond invariablement : c’est parce que très peu de personnes connaissent en réalité Laurent Gbagbo ». Lui-même, avoue le connaitre « plus ou moins bien ». Mais dit avoir donné la parole – comme on peut le voir dans la bande annonce du film - à des personnes qui ont côtoyées ce dernier. D’ailleurs pourquoi Said Penda ne tenterait-il pas de surfer sur la popularité de Laurent Gbagbo, histoire de sortir quelque peu de l’anonymat et de se faire, au passage, un peu de sous ? C’est en tout cas - à première vue - plausible.

Jusqu’ici, rien de sérieux. Mais là où, nous nous sommes sentis interpellés, c’est quand le nommé Said Penda présente son œuvre comme « une vérité irréfutable » ; et lorsque, dans la même foulée, il s’autoproclame « crédible », sous prétexte d’avoir « travaillé presque deux décennies » à la BBC, une chaine de radio qu’il présente comme « crédible » pour s’être toujours - selon ses dires - « basée sur les faits ». Ce qui nous a poussés à nous intéresser de près à cet obscur réalisateur qui prétend détenir « la vérité » sur Laurent Gbagbo et qui, pour des besoins publicitaires, arpente en ce moment, plateaux de télé et de radios.

D’abord, sur la radio BBC et la chaine de télé Africa 24, Said Penda utilise un ton mesuré. Il se veut dans le rôle du journaliste impartial et objectif. Lorsque le journaliste Jean-Célestin Edjangué de Africa 24 lui demande son avis sur la question soulevée par le titre de son documentaire, à savoir si pour lui, Gbagbo est  un panafricaniste ou un despote, il déclare: « (…) Ce n’est pas mon rôle à moi, en tant que journaliste-investigateur de répondre à cette question. Mais cette question a été répondue par des personnes qui l’ont très bien connues (…)». Mais ensuite, une fois, sur le plateau de la radio Africa N°1, au cours de l’émission « Le grand débat » présentée par un certain Francis Laloupo, dont l’hostilité à l’égard Laurent Gbagbo, n’est plus à démontrer, Said Penda, en compagnie du journaliste-barbouze français Jean-Pau Ney, laisse tomber son masque : « Je pense que Laurent Gbagbo, c’était en réalité, un illusionniste, et un prestidigitateur. Honnêtement. Tout ce qu’on avait l’impression de voir était faux ». Puis, après avoir dépeint Laurent Gbagbo comme un faux anticolonialiste, il poursuit : « Ce que j’aimerais dire à tous les compatriotes africains, c’est qu’il faut sortir de l’anticolonialisme dogmatique». Vous avez bien lu. Il reprend ici à son compte, ce qu’il appelle l’«anticolonialisme dogmatique», ce concept boiteux, qui n’est autre que celui prôné par un certain Franklin Nyamsi. Lui aussi camerounais, idéologue et rédacteur connu des discours de l’ex-chef de la rébellion Soro Guillaume, mais aussi  et surtout défenseur indéfectible du régime d’Alassane Ouattara. Enfin, plus rien n’arrête Said Penda. Il se déchaîne. Allant jusqu’à comparer Gbagbo à Hitler, le chef nazi. Arguant que bien que ce dernier ait été très populaire, il «était quelqu’un de mauvais et de monstrueux ». Transporté, il distille son venin: « Laurent Gbagbo nous a entrainé dans son piège. (…) Tous les partisans de Laurent Gbagbo me font pitié. En réalité, les partisans de Laurent Gbagbo comptent parmi ses premières victimes. Parce que c’est à eux qu’il a menti. C’est eux qu’il a trompé».

Que penser vis-à-vis de tels propos qui, visiblement transpirent la haine contre Laurent Gbagbo ? Que dire face à ce qui s’avère être, sans conteste, une grave insulte à l’intelligence de tous ceux qui ont soutenu et  qui continuent de soutenir Laurent Gbagbo ? Mais aussi et surtout un refus d’admettre qu’entre l’époque d’Hitler et ce 21ème siècle, l’humanité a réalisé des progrès significatifs en matière de changements de mentalités et des Droits de l’Homme? Quel est finalement, le véritable mobile de cet individu, Said Penda ?

SECONDE PARTIE

Said Penda, auteur du film-documentaire, sorti en octobre dernier : « Laurent Gbagbo, despote ou anticolonialiste… le verbe et le sang », aurait pu simplement intituler son film-documentaire : « Laurent Gbagbo, le despote sanguinaire » (car c’est en réalité, ce qu’il n’a pas eu le courage de faire), que cela n’aurait étonné personne. Mais qu’en piètre réalisateur, il puisse se cacher derrière des paravents franchement contestables, pour finalement laisser tomber le masque, est tout à fait pitoyable.

Certes, nous n’allons pas le suivre dans ses agitations. Mais sans hystérie aucune, interrogeons-nous: Said Penda n’aurait-il pu pas aller jusqu’au bout de ce qu’il avance comme « faits » ou « vérité irréfutable » ? Pourquoi s’est-il volontairement et visiblement imposé des limites à ne pas franchir sur  le cas Laurent Gbagbo ?

D’entrée de jeu, Said Penda lui-même reconnait : «Laurent Gbagbo est très populaire au Cameroun (…) Pour nous journalistes africains qui avions suivis le parcours de Laurent Gbagbo dans l’opposition, il était une sorte de modèle (…) Laurent Gbagbo était pour  nous à l’époque, le genre de président que nous rêvions pour chacun de nos pays  (…) s’était pour nous un espoir énorme de voir Laurent Gbagbo arriver au pouvoir ». Alors, à quel moment Laurent Gbagbo serait-il devenu le « despote sanguinaire » que tente de nous démontrer Penda ? Allons au-delà de ses allégations. Il faut que Laurent Gbagbo soit replacé dans son véritable contexte.

L’an 2000. Laurent Gbagbo arrive au pouvoir avec un ambitieux programme de société qui dérangeait certainement certains. En 2002, en à peine deux ans d’exercice du pouvoir, il est victime d’un coup d’Etat manqué. Par pour le reste de sa présence au pouvoir, soit en 8 ans, il sera confronté à une rébellion armée qui occupe de fait et régente toute la partie nord de la Côte d’Ivoire. Volonté de l’empêcher de mettre en œuvre son ambitieux programme de société pour la Côte d’Ivoire ? Désir de mettre fin à une supposée  exclusion dont seraient victimes les ressortissants du nord? Toujours est-il qu’il fit face à une rébellion armée, dans une Côte d’Ivoire qui continue de susciter des convoitises de la part des puissances occidentales. Il affiche clairement son intransigeance à céder sans discernement à ce qui s’avère être le système « françafrique ». Un général français, Renaud de Malaussene, adjoint du général Poncet, à l’époque à la tête de la force Licorne, revèle au sujet de l’intervention française en Côte d’Ivoire en 2004, qu’il s’agissait « d’un projet politique qui visait à mettre Ouattara en place et dégommer Gbagbo », puis il ajoute: « La mouvance Gbagbo est tombée dans un piège ». 

On se demande : comment et pourquoi Gbagbo dérangeait-il, à ce qui semble, les intérêts français au point d’être dans le viseur de l’armée française ? Qui est en réalité le soutien et le véritable financier de la rébellion armée survenue en 2002 ?

Ce qu’il faut savoir, c’est que la Côte d’Ivoire, n’est pas un cas isolé. Elle fait partie des victimes d’un vaste programme entrepris par les puissances occidentales dans le but de remodeler le monde en fonction de la nouvelle guerre économique mondiale, comme nous le revèle, une fois de plus les médias russes. Il consiste, pour les puissances occidentales telles que la France, de s’assurer le contrôle des ressources naturelles des pays faibles, et s’il le faut, pour ce faire, déstabiliser les régimes jugés trop récalcitrants et dont les chefs d’Etat n’ont d’autre choix que d’obtempérer au risque de se voir exposer à des rebellions. Des rebellions qui trouvent « miraculeusement » les financements nécessaires. Laurent Gbagbo, tout comme ses paires que sont Patrice Lumumba ou encore Thomas Sankara, s’est malheureusement retrouvé au centre de cette guerre à l’issue de laquelle, il a été défait militairement. Au cours de son mandat, il s’est longtemps battu contre toutes sortes de tentatives de déstabilisation de son régime et de son pays. Est-ce pour avoir lutté contre tout cela qu’il est aujourd’hui mis au banc des accusés et traité par des individus comme Said Penda, de despote ? Sans doute.

Ce qu’il ne faut surtout pas enfin négliger, c’est rôle et la puissance des médias. Les médias habilement manipulés, sont capables, en l’espace d’un instant, d’avilir l’image d’une personnalité ou d’en faire un héros. Les médias servent aujourd’hui d’armes de destruction massives aux mains de ceux qui ont les moyens les mettre en œuvre et de les manipuler à leur guise. C’est ce que certains observateurs ont appelés la « médiacratie ». C’est un pouvoir où les médias nous imposent ce qu’ils veulent et qui  ne vont pas jusqu’au bout de qu’ils nous montrent ou nous disent. La BBC, radio sous la couverture de laquelle se cache aujourd’hui Said Penda, échappe-t-elle à cette règle ? Pas du tout.

Cela, Said Penda le sait pertinemment. Et, c’est de cette arme qu’il use à travers son film documentaire à charge contre Laurent Gbagbo, au point de prendre, tous ceux qui soutiennent ce dernier, pour des idiots.

De ce qui précède, l’on comprend et l’on saisit enfin et mieux les motivations du sieur Penda. Pas besoin alors de perdre son temps à vouloir regarder ce ramassis de montages soigneusement ficelés, appelé film-documentaire, dans le seul but d’enfoncer d’avantage Laurent Gbagbo, vue sa trame viscéralement haineuse et propagandiste à souhait. Même pour Dame Fatou Bensouda, désespérément à la recherche de preuves contre  Laurent Gbagbo, il ne servirait absolument à rien. Encore moins pour la Côte d’Ivoire, en quête d’unité et de réconciliation.

Pauvre Penda, qui s’est donné tant de peine (12 mois de tournage et 108 millions) pour finalement parvenir au résultat contraire : Laurent Gbagbo demeure et demeurera le héros contemporain de la lutte contre l’asservissement de l’Afrique.


Marc Micael

mardi, 31 juillet 2012

AUGMENTATION DES FRAIS D'INSCRIPTION A L'UNIVERSITE, UN COUP DE BLUFF DE OUATTARA?

 

ALASSANE OUATTARA 9.jpg



Jamais une décision n’a créé une telle « unanimité » en cette période post-électorale. Est-ce (enfin?) le sujet qui réconcilie tous les ivoiriens ? Même le Rdr, parti au pouvoir et ses partis satellites, Pdci, Udpci, etc, ont tous exprimé le même désaccord face à la décision prise par les présidents d’université de faire passer les frais d’inscription de 6000 Fcfa, à 100.000 Fcfa, jusqu’à 300.000 Fcfa.

Le Rdr a qualifié cette décision de « disproportionnée ». Tous les syndicats d’élèves et d’étudiants, ont dénoncé cette décision unilatérale et ont exigé qu’elle soit revue au plus vite. Même Blé Goudé, en sa qualité d’ex-secrétaire général de la Fesci a exprimé son « cri du cœur », en adressant à son ex-camarade de syndicat, Soro Guillaume un courrier. Courrier dans lequel il se dit d’abord « choqué et sidéré par une telle décision», avant d’inviter son ex-compagnon à dire « Non » à une telle décision qui visiblement, va à l’encontre des étudiants issus de familles pauvres.

C’est une donc une décision en définitive impopulaire qui provoque une levée de bois verts contre les autorités universitaires et le ministère de l’enseignement supérieur, sinon contre le régime actuel. « C’est un génocide intellectuel », disent certains. Pour d’autres, « c’est un vrai suicide collectif ». Cela, pour traduire leur colère et leur l’indignation et partant, celui de tous les ivoiriens.

Ainsi, élèves et étudiants, parents d’élèves, leader d’opinion et partis politiques, sont unanimes. Cette décision d’augmenter les frais d’inscription dans les universités publiques revêt un caractère impopulaire et risque de perturber la rentrée universitaire fixée au 03 septembre prochain. Soit.

Cependant, quelques détails assez curieux dans cette affaire « d’augmentation des frais d’inscription », ont attiré notre attention.

Le contexte de misère post-crise avéré

Dans son communiqué relatif à cette décision, le Rdr parti politique dont monsieur Ouattara est encore le président, décrit la période post-crise actuelle comme une période de « paupérisation galopante ».

D’autres ivoiriens interrogés sur le contexte inapproprié de cette cynique décision, ont évoqué « la vie chère et le manque d’emploi ».

Si donc le Rdr et monsieur Ouattara sont conscients que le contexte actuel ne se prête nullement à de telles décisions et que l’ivoirien lambda s’en plaint au point d’exprimer ouvertement toute sa colère, pensez-vous que monsieur Ouattara et son régime en perte de vitesse, puissent prendre néanmoins le risque de laisser prospérer cette décision si impopulaire soit-elle?

Par ailleurs, comment se fait-il que cette décision, annoncée le 25 juillet dernier, se situe juste à un mois seulement de la rentrée universitaire prévue pour le 03 septembre ?

N’est-ce pas cette même Côte d’Ivoire, version Ouattara, qui annonçait fièrement avoir atteint le point d’achèvement de l’initiative Ppte et son récent corolaire d’annulation quasi-totale de la dette ivoirienne par la France ?

Pourquoi monsieur Ouattara, de retour d’une tournée internationale, garde encore le silence, alors que la colère des populations se fait de plus en plus entendre ?

Toutes ces questions nous ont interpellé et nous ont poussés à dire que nous sommes bien en face d’un coup de bluff en préparation. Ce coup consiste à faire « mijoter » la colère et l’indignation des ivoiriens avant de venir jouer les « pompiers sauveurs de l’humanité ».

On se rappelle comment, au temps de Laurent Gbagbo, ce dernier a réussi à « décanter » certaines situations que l’on pensait irréversiblement perdues d’avance. Ce qui lui a valu une certaine sympathie de la population ivoirienne. Monsieur Ouattara va-t-il s’inscrire dans cette voie ? Alors, le scénario (monté de toutes pièces) pourrait bien être celui où ce dernier se dressera comme le dernier recours, la Solution ultime, juste pour faire grimper sa côte de popularité et celle de son régime.

C’est donc mécontents que les étudiants et les parents d’élèves, chercherons alors à voir « le grand chef » pour lui présenter leurs doléances. Bien évidemment pour que les frais d’inscription soient revus à la baisse. Alors, celui-ci, en homme « providentiel », présenté comme « le libéral à visage humain », interviendra, tout naturellement, pour que ces tarifs connaissent une baisse significative. C’est alors que ses « ADOrateurs » crieront victoire ! Quel coup ! En cette période de crispation socio-politique et de drames récents. Ne soyez donc pas étonnés qu’après, notre cher « grand cousin et bluffeur patenté » se prévale d’être la Solution à nos malheurs. Bien sûr, puisque c’est lui qui les a créés.

 

Marc Micael

Zemami1er@yahoo.fr

lundi, 24 octobre 2011

MASSACRER LES AFRICAINS AU NOM DE LA DEMOCRATIE: LA FIN QUI JUSTIFIE LES MOYENS



KADHAFI MORT 2.jpg

Mouammar Kadhafi, celui que l'on a appelé ''le guide libyen'' est mort, assassiné. Les images de sa dépouille malmenée, foulée aux pieds et exhibée comme celle d'un vulgaire bandit, resteront longtemps gravées dans notre mémoire collective. Des images dégradantes, déshonorantes, voire déshumanisantes d'africains, on en a vu ces dernières années. Certaines personnes, nullement choquées, en ont même applaudis ! De l'image de Laurent Gbagbo kidnappé, sa famille et ses collaborateurs faits prisonniers, en passant par celle des populations somaliennes fuyant la guerre, en proie à la pire des famines, jusqu'à celle de Kadhafi aujourd'hui, c'est à croire que les africains se complaisent dans le déshonneur.

La mort de Kadhafi est l'aboutissement d'une guerre injustifiée, menée de main de maître par l'organisation du traité de l'atlantique nord (OTAN), avec dans son sillage, les insurgés du CNT (conseil national de transition), qui n'étaient en fait là que pour du vent. Des libyens massacrant d'autres libyens. C'est à ce schéma que les puissances occidentales ont bien voulu nous habituer. Certains libyens ont été entraînés, armés par l'OTAN, dans le but de tuer d'autres libyens.

Kadhafi est mort. Ceux qui l'ont tué s'en félicitent et se congratulent. De même, ceux qui l'ont naguère fréquenté et qui ont bénéficié de ses largesses, toute honte bue, saluent aussi sa mort. Kadhafi a été assassiné. C'est un crime, un crime signé OTAN. Kadhafi est mort, c'est l'avènement d'une Libye nouvelle, celle qui sera à tout jamais redevable aux occidentaux de la coalition de l'OTAN. Dans les bureaux feutrés de l'Elysée, en passant par ceux de Washington, le champagne coulera à flot, tout comme coulera à flot le pétrole libyen, de l'Afrique vers l'occident, ne laissant au peuple libyen que l'illusion d'avoir acquis la liberté, passant sous silence le chaos et l'appauvrissement dans lesquels sera plongé ce pays pour les années à venir.

Hier la Côte d'Ivoire, aujourd'hui, la Libye. Des milliers d'africains sont massacrés et avec l'appui des occidentaux, au nom de la démocratie. Alors nous nous interrogeons: Si la démocratie qui est le pouvoir du peuple - tel que définit par ces occidentaux - préconise de massacrer ce peuple, pour s'imposer, alors il y a des raisons de s'inquiéter sur ce genre de démocratie, que ces mêmes occidentaux tentent insidieusement d'exporter en l'Afrique.

Dans cet exercice de réflexion, nous tenterons d'apporter quelques éclaircis à cette nébuleuse doctrine dont les moyens (guerres, tueries, massacres) justifient la fin (démocratie).

Ces 60 dernières années, l'Afrique est devenue un vaste champ de batailles. Disséminés un peu partout sur le continent, des foyers de conflits sont suscités, attisés et entretenus par les impérialistes occidentaux dont la devise est: « diviser pour mieux régner ». L'Afrique est devenue pour ces prédateurs un vaste laboratoire d'expérimentations, où ils viennent vendre et expérimenter leurs armes, donner de l'exercice à leurs soldats et assouvir leurs plus noirs envies. Pendant que le reste du monde s'emploi à rechercher des voies de développement plus accrues, l'Afrique est en proie à des querelles intestines à n'en point finir. Conséquences : des africains perdent chaque jour la vie, par centaines de milliers, voire par millions. Les chiffres officiels parlent d'eux-mêmes: RDC (4 millions de morts), Somalie (300 000 morts), Rwanda (800 000 morts), Côte d'Ivoire (3000 morts) ; Libye (60 000 morts), etc.

Résultat: au plan social et économique, les conséquences sont dramatiques. Le continent est en retard sur les autres malgré ses énormes potentialités. ''La main habile'' africaine préfère s'expatrier et rester en occident. La situation est alarmante et l'Afrique ne semble pas avoir plus avancé qu'à l'époque de la traite négrière. En effet, un parallèle avec cette époque permet de constater que les conséquences de la traite et celles des guerres actuelles sont les mêmes pour le continent. Selon les historiens, la traite négrière: « c'est entre 20 et 100 millions d'hommes et de femmes, de surcroît jeunes et donc en âge de procréer, qui furent perdus pour le continent africain ». Puis ils ajoutent : « Cette déportation fut à l'origine d'un bouleversement majeur des structures politiques et économiques de l'Afrique ». Dès lors, l'Afrique ne pouvait pas résister à la conquête coloniale du XIXe siècle.

C'est en ce 21ème siècle, sous nos yeux, avec la bénédiction de certains africains, que l'histoire se répète. Les occidentaux sont en passe de rééditer la traite négrière, ou la colonisation, peu importe le nom donné. Cette fois, la funeste machination revêt un caractère plus subtil, plus vicieux, mais les conséquences sont les mêmes: retard de l'Afrique, appauvrissement du continent, pertes en vies humaines incalculables, bouleversement majeur des structures politiques et économiques de l'Afrique.

Alors, question : qui meurt ? Ou Qui tue t-on ? Les occidentaux enlèvent à l'Afrique ce qu'elle a de plus cher : ses fils et ses filles. Car ils le savent bien : « il n'y a de richesse que d'hommes ». Des africains tuent d'autres africains avec la complicité des occidentaux qui n'hésitent pas, eux-mêmes, à participer au massacre quand cela leur chante. A ce jour, la Côte d'Ivoire continue de pleurer ses enfants, sortis mains nues pour défendre leur patrie et massacrés par l'armée française. Des milliers d'africains meurent chaque jour comme des mouches, du fait des conflits, orchestrés par les occidentaux.

A cette allure, c'est croire que la vie d'un africain n'a aucun prix, aucune valeur ! Or la déclaration universelle des doits de l'homme en son article premier stipule: « Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits ». Mais en Afrique le caractère humain de l'homme et sa dignité semblent être niés. Les occidentaux quant à eux, n'hésitent pas à brandir, le cliché de l'africain sauvage et prompt à la vengeance bestiale. Comment présentent-ils l'Afrique à leurs concitoyens ? Un continent certes riche, mais peuplé d'imbéciles barbares, prêts à s'entre-tuer pour un oui ou pour un non. Les occidentaux sont venus avec leurs chars, leurs fusils, leurs hélicoptères, leurs avions de chasse, leurs missiles sophistiqués..., ils ont massacré des africains, armé certains africains pour que ceux-ci, en retour, tuent leurs frères, sans en éprouver le moindre remords.

Alors nous insistons: que vaut la vie d'un africain ? Mais surtout que vaut la vie d'un africain face à celle d'un occidental ? Pendant la guerre née la crise électorale en Côte d'Ivoire, l'armée française et les rebelles qu'elle a armé ont massacré des milliers ivoiriens. Mais Sarkozy, le président français, lors de sa visite en Côte d'Ivoire, n'en a eu cure. Il s'est plutôt préoccupé de deux ressortissants français, dit-on, enlevés. Les paroles qu'il a prononcé à cette occasion, doivent interpeller tous les africains: « On ne peut pas toucher à des citoyens français en toute impunité. Ca ne serait pas juste, ça ne serait pas conforme à l'idée que je me fais de la morale ».

Lorsque des africains sont massacrés, cela est perçu comme allant dans le sens normal des choses. Par contre, dès qu'il y a des risques d'embrasement d'une situation dans un tierce pays africain, à quoi assistons-nous ? A l'évacuation immédiate des ressortissants occidentaux. Même les animaux de compagnie tels que les chiens et les chats font partie de cette opération d'évacuation ! Au Rwanda, nous avons pu le voir, peu avant le déclenchement du génocide: les images de ressortissants occidentaux systématiquement évacués, laissant les rwandais à leur malheureux sort. De même, lorsqu'un ressortissant occidental, ne serait-ce qu'un seul, est porté disparu ou kidnappé, c'est le branle-bas. Les média occidentaux, la diplomatie, les politiques, l'armée..., bref, tous les services, sont mis à contribution. Ciel et terre seront remués pour les retrouver. Alors, nous reposons la question : que vaut la vie d'un africain face à celle d'un occidental ?

Tant qu'il s'agit d'imposer la démocratie dans nos Etats jugés, selon ces mêmes occidentaux, pas assez démocratiques, tous les moyens sont bons. La démocratie commande t-elle de tuer pour s'imposer ? Joseph Marat, journaliste ivoirien, s'interroge à son tour: « (...) Qui peut mesurer la dose de bon sens dans l'idée qu'il faut faire la guerre, susciter et soutenir des rébellions pour imposer la démocratie ? Tuer le peuple pour qu'advienne le pouvoir du peuple ou le pouvoir du peuple par les armes, cela n'a pas de sens ».

Certes, la démocratie est une forme d'organisation sociale, mise en place par l'homme. D'une part, comme toute œuvre humaine, elle ne peut se targuer d'être parfaite, car la perfection, reconnaissons-le, n'est pas de ce monde. D'autre part, le fait qu'elle est présentée aujourd'hui comme le meilleur des systèmes parmi tant d'autres, fait qu'elle n'est pas à l'abri des démons occidentaux qui n'hésitent pas à en dévoyer le but et s'en servir comme prétexte pour assouvir leurs intérêts personnels. Lorsqu'il s'agit de l'Afrique et des africains, plus aucune loi, plus aucune règle, plus aucun bon sens n'existent. Pour leur survie et leur hégémonie, les occidentaux appliquent une bonne vieille loi, celle de la jungle où : « les plus forts mangent les plus faibles », sans le moindre remords.

Africains, africaines, sachez-le: pour ce siècle présent à venir, l'Afrique est le continent de l'avenir. Ces occidentaux, mieux certains africains ont comprit cela. Sinon comment expliquer leur acharnement sur le continent ? Quand ils se font passer pour les ''sauveurs de l'humanité'' ? La traite négrière, l'esclavage, la colonisation ont été des signaux d'alarmes pour les africains. Mais ces derniers ne semblent pas y avoir prêté attention. Parler aujourd'hui de dignité, de liberté et de souveraineté de l'Afrique, paraît aux yeux de certains comme un conte de fées. Le plus triste, c'est que ces derniers croient dur comme fer, lorsque les occidentaux, la main sur le cœur, parlent de démocratie et des droits de l'homme. En ce 21ème siècle pensez-vous que les occidentaux sont devenus meilleurs ? Ils ont certes tiré les leçons du passé. Et ce qu'ils ont retenu, c'es qu'il faille utiliser désormais des méthodes moins brutales, moins barbares, mais plus subtiles, pour continuer à exploiter l'Afrique et les africains. Pour ce faire, mettre en avant la démocratie, et les droits de l'homme, est devenu leur leitmotiv.

Les aides, supposées être apportées par les puissances occidentales, ont-elles aidé l'Afrique ? L'Inde, la Chine, le Brésil et certains pays asiatiques, naguères au même niveau de développement économique que la plupart des pays africains, rivalisent aujourd'hui avec les puissances occidentales, pendant que l'Afrique reste derrière, en bon dernier, trainant sa misère et son lot quotidien de morts. En ce 21ème siècle, sous nos yeux, l'histoire semble se répéter : Après l'esclavage, la traite négrière, la colonisation..., le Néocolonialisme bat son plein et les africains perdent leur temps et leur énergie, dans des querelles intestines, s'enfonçant d'avantage dans le sous-développement et la pauvreté. Le temps qu'ils se réveillent, il sera peut-être, déjà trop tard.

Alors comme le dit si bien Malick Seck Noel : « Ils pourront désormais regarder leurs enfants et en toute confiance, leur promettre un avenir pire que le leur, car eux n'ont été que les larbins de la France, leurs enfants en seront les esclaves... ».

Il appartient donc aux africains de prendre leur destinée en main. Personne d'autre, mieux qu'eux-mêmes, ne viendra leur rendre leur dignité. C'est aujourd'hui et maintenant que la lutte, sans merci, doit s'engager. Elle ne doit s'arrêter que lorsque la victoire sera totale, car ceci est une lutte d'usure. Qu'ils, se le tiennent donc pour dit : « Seuls leur détermination, leur conviction, leur courage et leur foi auront raison des ennemis de l'Afrique ».

Avec Mouammar Kadhafi, nous avions en commun ces ennemis de l'Afrique. Alors disons à notre ami Kadhafi, combattant pour l'Afrique, paix à ton âme et que la terre te soit légère !


Marc Micael

 

Source : COTE D'IVOIRE LA LUTTE CONTINUE