topblog Ivoire blogs

dimanche, 25 février 2018

MUHAMMADU BUHARI: «LES PAYS DE L’UEMOA DOIVENT PRESENTER UNE FEUILLE DE ROUTE CLAIRE SUR LEUR DECONNEXION DU TRESOR FRANÇAIS»

 

 

CEDEAO. ECOWAS. SIEGE.jpg

 

Le Nigeria appelle à la prudence sur la proposition d’intégration monétaire de la Cedeao


Loin des annonces vuvuzela et creuses des pays de la zone cfa, le Nigeria pointe du doigt les défaillances et manquements qui font que l’intégration monétaire est très loin de devenir une réalité en Afrique de l’ouest. 

Chijoke Nelson | The Guardian | 22 février 2018


Le président du Nigeria, Muhammadu Buhari, a mis en garde les pays membres de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) contre le passage à l’intégration monétaire prévue dans la sous-région d’ici 2020.

M. Buhari, qui était représenté par le gouverneur de la Banque centrale du Nigéria (Bcn), Godwin Emefiele, a lancé cet avertissement mardi lors de la cinquième réunion du Groupe de travail présidentiel sur le programme monétaire de la Cedeao à Accra, au Ghana.

Il a noté que les chefs de gouvernement n’avaient pas correctement articulé et analysé l’état de préparation de chaque pays pour l’intégration monétaire d’ici 2020.

Il a réitéré que la non-préparation de certains pays membres, ainsi que la tentative d’édulcorer les critères et les disparités persistantes entre les conditions macroéconomiques des pays de la Cedeao, continuaient d’être des sujets de préoccupation majeure que les membres devaient examiner pour progresser.

Le président a en outre fait observer que les chefs de gouvernement de la Cedeao n’avaient pas été suffisamment informés sur toutes les implications de l’intégration à l’horizon 2020, en particulier concernant certains pays qui ne sont pas prêts individuellement au niveau national.

Tout en soulignant qu’il restait des questions en suspens dans la feuille de route d’une union monétaire intégrée, il a noté que les fondements macro-économiques de nombreux pays de la Cedeao étaient disparates et incertains.

Selon lui, le régime de ciblage de l’inflation recommandé comme cadre n’est pas viable, car il repose sur l’adoption d’un régime de taux de change flexible alors que la convergence réelle est loin d’être réalisée, malgré les efforts déployés jusqu’à présent.

M. Buhari a donc appelé à impulser la ratification et l’intégration, au niveau national, des instruments juridiques et des protocoles connexes, ainsi qu’à l’harmonisation de toutes les politiques fiscales, commerciales et monétaires et des systèmes statistiques, afin de limiter l’ampleur des divergences politiques actuelles.

Il a également conseillé aux pays de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa) de présenter une feuille de route claire sur leur déconnexion du trésor français.

Par ailleurs, le président a appelé à un réexamen de l’approche accélérée de l’intégration monétaire et de l’harmonisation des plans des membres de la Cedeao avec celui du Programme de convergence monétaire de l’Union africaine, qui préconisait un objectif de convergence en 2034 pour la création des Banques centrales régionales dans toutes les sous-régions du continent.

Le dirigeant nigérian a également profité de l’occasion de la réunion pour appeler à la création d’un médiateur ayant le pouvoir d’imposer des sanctions lorsque les pays membres violent les normes, protocoles et critères de convergence convenus.

De même, le président a appelé à la transformation de l’Institut monétaire ouest-africain (Imao) en une Commission de la zone monétaire de l’Afrique de l’Ouest, équivalente à la commission de l’Uemoa.

Il a souligné que sa proposition de fusionner l’Imao et l’Agence monétaire ouest africaine (Amao) de la Commission de la Cedeao, en un Institut monétaire de la Cedeao serait décisif pour réaliser l’union monétaire dans la sous-région ouest-africaine.

Pour rappel, ici la vidéo du Professeur Mamadou Koulibaly (LIDER) qui, déjà en août 2017, soulignait exactement les mêmes manquements que le président Buhari aujourd’hui.

 

Source : LIDER-CI.ORG

mercredi, 16 mars 2011

ALERTE: UN COMMANDO DE PLUS DE 300 SOLDATS DE L'ARMEE NIGERIANE ARRIVE A BOUAKE MARDI SOIR



SOLDATS DE L'ECOMOG.jpg

Plus de 300 commandos de l'armée nigériane, qu'on appelle là-bas, les « gros bras », ont été déversés le mardi 15 mars 2011, à 18h, à l'aéroport de Bouaké, en provenance de Lagos. Selon les sources, au Nigéria, de INFOSCOTEDIVOIRE.NET qui vous livre cette information en exclusivité, ces tueurs de l'ECOMOG, ont été convoyés le mardi matin, dans 70 cars (bien comptés) à l'aéroport de Lagos. D'où ils ont décollé à bord d'un gros porteur militaire pour Bouaké, seconde ville de Côte d'Ivoire occupée par les terroristes de Dramane Ouattara qui endeuillent la Côte d'Ivoire depuis 2002.

Selon une autre source diplomatique très au fait de ce dossier mais qui désapprouve totalement ce qui se passe en Côte d'Ivoire, c'est de l'envoi de ces tueurs qu'ont discuté Dramane Ouattara et Jonathan Goodluck lors de sa toute récente visite à Abuja. On se souvient que la presse ivoirienne, proche de lui, avait annoncé, tambours battants, que de retour d'Addis-Abeba, le candidat malheureux à l'élection présidentielle ivoirienne, que la communauté internationale veut pourtant imposer à la Côte d'Ivoire, a effectué une escale au Nigéria. Eh bien, le « cadeau » que Goodluck a promis à Ouattara est bien arrivé en terre ivoirienne !

Les 300 tueurs commandos de l'armée nigériane que Jonathan Goodluck, vient d'envoyer ont pour mission, en liaison avec l'ONUCI et la Licorne, de travailler à l'installation immédiate au pouvoir d'Etat de Dramane Ouattara. Cette information d'une extrême gravité pour la lourde responsabilité que prend Jonathan Goodluck dans le conflit ivoirien, a été confirmée par une autre de nos sources, proche de l'ONUCI, mais qui désapprouve totalement la folie meurtrière qui s'est également emparée du représentant spécial de Ban Ki-moon en Côte d'Ivoire, Young J. Choï.

On le voit bien, le limogeage du général Hafiz, le chef d'Etat-major bangladeshi de l'ONUCI, jugé trop timide selon les plans de Barack Obama et Nicolas Sarkozy, et accusé d'être à l'origine des fuites dans la presse, n'empêchera pas de disposer d'informations de première main. Il faut en convenir donc, il y aura sans doute un terrible bain de sang en Côte d'Ivoire, si les soutiens extérieurs de cette bande de comploteurs et impérialistes n'arrêtent pas maintenant leurs plans diaboliques que Dieu, lui-même, aide à démasquer chaque jour.

Les Ivoiriens vont se défendre et nombre de ces 300 soldats nigérians qui ne connaissent même pas le terrain ivoirien vont périr ici, comme les commandos sénégalais ou burkinabé et autres français, à vouloir défendre une cause si injuste. Car la majorité des Ivoiriens vomissent Dramane Ouattara. Ils n'accepteront jamais l'installation à la tête de ce pays de cet homme, bourreau des paisibles Ivoiriens depuis 2002, qu'ils n'ont pas voté et qui a donc perdu le second tour de l'élection présidentielle du 28 novembre 2010 face à Laurent Gbagbo.


Nialamanson Ateignan


Source : INFOS COTE D'IVOIRE.NET