topblog Ivoire blogs

mercredi, 28 décembre 2011

BONJOUR, LA ROUTE!

LOGO AGEROUTE.gif

Quelques jours passés en Alassanie, dominion français de la côte ouest africaine, convaincront même les plus sceptiques sur la diligence avec laquelle la route abidjanaise est en train d'être remise dans des habits dignes d'une capitale économique.

On comprend mieux les « ADO a goudronné ! » dont nous parlions en octobre dernier. Ils expriment l'enthousiasme de citadins complètement dégoutés de l'état de dégradation du réseau routier abidjanais, trop longtemps « abandonné » à son triste sort... Mais voilà qu'aujourd'hui, les travaux de réfection de la route sont tellement avancés qu'ils causent même de gigantesques embouteillages par endroit ; le sacrifice requis pour pouvoir, enfin, bénéficier d'un bitume conséquent.

C'est un plaisir difficile à bouder. La dette ? La pauvreté ? L'insécurité ? En réalité, toutes ces questions devraient être prioritaires. Mais, à vrai dire, peu importe au touriste assez courageux pour braver les « alertes » sécuritaires du Département d'Etat américain concernant la troisième ville la plus « dangereuse » du monde. Une fois à Abidjan, ébloui par « ces lumières [qui] illuminent le cœur des Ivoiriens et symbolisent la renaissance de la Côte d'Ivoire » (dixit Dominique Ouattara), ce qui ravit immédiatement le visiteur, c'est la facilité avec laquelle il déambule à 120 km/h sur l'asphalte flambant neuf qui relie les quartiers de la ville, sans s'inquiéter des nids de poules qui, il y a quelques mois encore, rendaient le périple plus ou moins cruel. Aujourd'hui, des artères que personne n'imaginait pouvaient traverser des bas-fonds jamais exploités sont nées. Des quartiers qui, hier seulement, n'étaient accessibles qu'avec une bonne dose de témérité, sont en train d'être bitumés. Des désenclavements opportuns, qui facilitent le ralliement d'un point à un autre des cités, sont dument aménagés. Bref, ces travaux sont bienvenus... et l'expérience serait encore plus alléchante si seulement le racket policier (intensif un jour, minimal un autre) avait totalement disparu.

A en croire Guillaume Soro, là se trouve la preuve de l'efficacité ouattariste. Certains Abidjanais, interrogés pour l'occasion, partagent clairement ce point de vue : « Qu'est-ce que Gbagbo a fait pour la route auparavant ? En dix ans, les Refondateurs n'ont rien fait ! Voici la preuve qu'Ouattara travaille ! Quand quelqu'un fait bien les choses, il faut le reconnaitre ! ». Reconnaissons donc... en notant, au passage, la grande ignorance des populations sur la question.

En effet, contrairement à ce que le camp Ouattara enseigne à ceux qui se nourrissent exclusivement du 20h de RTI 1, de France 24 et d'abidjan.net, la remise à neuf de la route ivoirienne ne date pas d'il y a six mois. Non, le projet n'a, ni été conçu dans les laboratoires de la rébellion armée (à Bouaké), ni dans l'antre mystique du RHDP (qu'elle soit située au Golf Hôtel ou ailleurs). Le projet est bel et bien né sous la Refondation, pendant cette dernière décennie où le pays était scindé en deux.

Non ? Eh bien, retour deux ans en arrière, au premier trimestre 2009. A l'époque, Bouaké Fofana, Directeur Général de l'AGEROUTE (structure étatique en charge de la gestion de l'infrastructure routière), avait accordé un entretien à un mensuel économique ivoirien, Tycoon, en marge d'un dossier de six pages intitulé « Où va la route ivoirienne ? ». Nota béné précieux : le directeur de publication dudit Tycoon magazine est un certain Fabrice Sawégnon, artisan de la campagne de communication d'Alassane Ouattara aux élections présidentielles de 2010, que l'on dit très proche d'Hamed Bakoyoko et que l'on pourrait difficilement accuser d'être un pro-Gbagbo. C'est pourtant son magazine qui, sous la plume du journaliste Francis Yédan, a publié cet excellent travail d'investigation qui annonçait, alors, le projet de réhabilitation du réseau routier actuellement en cours :

« Avec la période post-crise qui s'annonce, le financement des bailleurs de fonds dans ce secteur [routier] a repris. La réhabilitation d'infrastructures routières à Abidjan et à Bouaké, d'un coût total de 28 millions de dollars E.U [14 milliards de francs CFA, ndlr] est effective. Ce, dans le cadre du Projet d'Urgence d'Infrastructures Urbaines (PUIUR) financé par la Banque Mondiale. La composante 4 de ce projet est réservée aux infrastructures routières. Les routes exploitées par les services de transport public, les travaux d'amélioration, la fourniture et l'installation de panneaux routiers verticaux sont les principaux axes de cette composante. Egalement au nombre de cette composante, le marquage horizontal sur le plus de routes possibles et la réhabilitation de 7,2 km de voirie revêtue à Bouaké. Huit axes routiers (12,4 km de voirie revêtus) empruntés par la SOTRA seront réhabilités à Abidjan. Ajoutée à cela, la construction d'une passerelle à piétons, d'un pont de 120 mètres [à la Riviera 2, ndlr] et d'une route à la Riviera Palmeraie [celle réalisée depuis 2009-2010 qui relie la Riviera Attoban à la Riviera Palmeraie, ndlr]. La composante 3 du PUIUR financée à hauteur de 12 millions de dollars E.U est consacrée à l'élimination des principaux dépôts sauvages dans l'agglomération urbaine d'Abidjan. Quand on sait que les ordures jonchant les routes déversent un liquide corrosif. L'assainissement urbain (eaux usées) constitue la composante 2 du PUIUR. 15,2 millions de dollars E.U [7,6 milliards de francs CFA, ndlr] sont déjà mobilisés. La réhabilitation des principales stations de pré-pompage, de pompage, des égouts secondaires constitueront une bouffée d'oxygène pour le réseau routier abidjanais. Vu le nombre de canalisations bouchées et autres problèmes d'assainissement. La phase active du PUIUR [composante 1] est prévue, dans quelques semaines, pour une durée allant de quatre (4) mois à quatre (4) années [...] ».

Voilà qui balaie deux niaiseries fortement médiatisées :

a) l'arrêt total du financement des bailleurs de fonds à la Côte d'Ivoire avant le 11 avril 2011 ;

b) le manque de volonté et/ou l'inaptitude de l'ancien pouvoir à faire face au problème de l'insalubrité publique.

Mais voilà, surtout, qui atomise l'opportunisme trompeur qui tente de faire croire que ce qui se fait aujourd'hui est le résultat du génie d'Alassane Ouattara. C'est tout simplement faux. L'équipe gouvernementale actuelle ne fait que poursuivre un projet qui était déjà amorcé avant que la crise postélectorale ne le mette en veilleuse, temporairement.

Là, pourtant, n'est pas le plus important. L'article du magazine Tycoon rappelle surtout que la restauration des routes ivoiriennes est le résultat d'un processus qui s'est étendu sur plusieurs années et qui a rassemblé diverses compétences nationales, en matière de finances, d'ingénierie technique, etc. Quelles sont les chances que ces personnes partagent tous la même opinion politique ? Elles sont quasiment nulles. D'ailleurs, n'est-ce pas sous la férule d'un nommé Patrick Achi, Ministre des Infrastructures (hier et aujourd'hui), que la réhabilitation du réseau routier ivoirien a été pensée, étudiée, financée et lancée ? Si. A qui Patrick Achi rendait-il compte à cette époque ? A Laurent Gbagbo.

Le meilleur des responsables politiques ivoiriens se dévoile donc quand ils savent s'élever au-dessus de la basse-cour partisane pour faire ce que la population attend d'eux : travailler. Hélas, la sorcellerie politique reste le dénominateur commun des chapelles politiques ivoiriennes. Elles excellent dans la négation de leurs acquis communs et sont conscientes que les électeurs raffolent de ce type de palabres. Aussi, les leçons de novembre 2010 n'ayant jamais été apprises et l'attention des uns et des autres restant focalisée sur les intérêts partisans, les politiques ivoiriens misent sur une nouvelle ronde de fébrilité militante qui se prépare déjà pour 2015. En témoigne le sempiternel débat sur qui est président et qui ne l'est pas, dans lequel tombent tous les somnambules trop groguis pour noter les réalisations concrètes qui impactent leur propre qualité de vie.

La route fait partie de ces réalisations. En tant qu'infrastructure de développement, le seul débat qui devrait l'entourer relève, à la rigueur, des conditions de son financement. Seulement, combien s'intéressent même à ce point d'interrogation ? A Abidjan, tout ce que l'on sait, c'est que « ADO a goudronné ! ». Ce qui suffit à l'argumentation ou à la diabolisation. Le reste ? On s'en fiche éperdument. Bonjour la route... à vive allure, en ignorant les feux tricolores, les passages piétons... et l'essentiel de la question.


Fabien D'Almeida

fdalmeida007@gmail.com
Fabien D'Almeida ...Correctement politique


Source: PENSEES NOIRES.INFO

vendredi, 07 octobre 2011

LA CPI, UNE COUR D'INJUSTICE INTERNATIONALE


COUR PENALE INTERNATIONALE 2.jpg

Elaborée après les massacres de la seconde guerre mondiale, l'idée d'une justice internationale a pris forme en 1998 avec l'adoption du statut de Rome qui crée la Cour Pénale Internationale (CPI). Treize ans après, l'esprit du statut de Rome a fait long feu. Certains pays (Chine, Israël, Inde ...) n'ont pas signé le statut. D'autres (USA, Russie ...) l'ont fait mais refusent tout processus de ratification.

La France qui a signé et ratifié le statut de Rome, s'est longtemps singularisée en se soustrayant à la compétence de la Cour pour l'une des catégories de crimes qui sont de son ressort: les crimes de guerre. Mettant ainsi à l'abri de toute poursuite internationale, les crimes de guerre commis par des soldats français en territoire étranger. La loi d'adaptation d'août 2010 n'a pas fait taire toutes les critiques.

La volonté des grandes puissances de mettre leurs ressortissants au-delà des lois internationales a pour principal effet de faire de la CPI, un tribunal pour juger et condamner uniquement les crimes des autres.

A ce jour, la Cour a ouvert une procédure d'enquête dans 7 cas. Tous en Afrique (Ouganda, République Démocratique du Congo, Centrafrique, Darfour, Kenya, Libye et Côte d'Ivoire). Depuis sa création, la CPI n'est rien d'autre qu'une Cour Pénale Africaine. La colère du président de la commission de l'Union Africaine, Jean Ping contestant « l'africanisation des poursuites de la Cour » est donc légitime. Les victimes des crimes contre l'humanité en Irak (plus de 650 000 morts), des crimes de guerre en Tchétchénie (160 000 morts), en Afghanistan et à Gaza etc. méritent mieux que le silence coupable qui leur est destiné.

Il ne s'agit ni d'encourager l'impunité en Afrique, ni de contester la compétence de la CPI sur le continent noir. Il est simplement question de dénoncer une justice instrumentalisée et à double vitesse. De contester une justice de dominants pour les puissants. Et d'appeler de tous nos vœux, une justice internationale enfin égale pour tous.

L'indépendance et l'impartialité sont pourtant deux principes fondamentaux du système judiciaire international. La CPI, dans ses règles de fonctionnement est censée être indépendante du pouvoir politique.

LUIS MORENO-OCAMPO 2.jpg

Dans les faits, en Libye notamment, le Conseil de Sécurité a, dans la résolution 1970 du 26 février 2011, saisi le procureur de la CPI de la situation qui régnait en Libye depuis le 15 février 2011. Peu importe que la Libye n'ait pas signé le statut de Rome (l'affaire étant transmise ad hoc par le Conseil de Sécurité, point besoin donc de ratification du statut). Peu importe que 3 des 5 membres permanents ne reconnaissent, pas pour leurs ressortissants, la compétence de la Cour qu'ils souhaitent voir appliquer à d'autres.

Le 3 mars 2011, 5 jours à peine après la saisine de la Cour par le Conseil de Sécurité, le procureur décide quasi-simultanément de l'ouverture d'une enquête sur la situation en Libye. Sait-il que le déferrement par le Conseil de Sécurité d'une situation ne déclenche pas systématiquement une enquête de la CPI? Sait-il aussi que les textes du statut de Rome donnent au procureur le pouvoir et le temps d'apprécier par le biais d'un examen approfondi des données préliminaires, s'il existe un motif raisonnable de procéder à une enquête?

Le cas ivoirien est lui aussi édifiant. La guerre y a fait une dizaine de milliers de morts depuis 2002, et une rébellion partie du Burkina Faso voisin. Mais il faut attendre 2011, et l'intervention militaire de la France aux côtés d'un des belligérants pour voir le procureur s'auto-saisir (deuxième cas d'auto-saisine du procureur après le Kenya); en ouvrant une enquête visant quasi-exclusivement l'autre partie. Peu importe aussi que la Côte d'Ivoire qui a signé le statut de Rome ne l'ait pas ratifié.

En Côte d'Ivoire, la CPI veut enquêter uniquement sur les crimes commis après le 28 novembre 2010. Est-ce une manière habile d'exclure de la compétence de la Cour, les crimes de guerre commis par des soldats d'une puissance étrangère faisant, en novembre 2004, près d'une centaine de victimes civiles et plus d'un millier de blessés? A quelles victimes ivoiriennes, le procureur peut-il expliquer qu'elles n'obtiendront pas réparation du préjudice subi, pour la simple raison que l'obus qui les a blessées a été tiré par un assassin se trouvant du bon côté de l'histoire? A quelles familles, Mr Moreno-Ocampo pourra-t-il expliquer que justice ne sera pas rendue aux leurs, parce que la balle qui les a tués a été tirée avant le 28 novembre 2010? Le rôle de la justice est de dire le droit, pas de régler des comptes ou de faire de la politique.

Est-ce la raison pour laquelle les Etats-Unis souhaitent voir leurs ressortissants au-dessus des textes internationaux? Faut-il dès lors comprendre les réticences de certains Etats vis-à-vis de cette Cour ? Soucieuse de sa souveraineté, la Russie refuse toute ratification du statut de Rome. Inquiète du rôle politique que peut jouer le procureur, la Chine ne veut toujours pas signer le statut.

Le principe de subsidiarité permet pourtant aux Etats de conserver, à titre principal, la responsabilité de poursuivre et juger les crimes les plus graves. La CPI n'étant compétente qu'en cas de défaillance ou de mauvaise volonté des Etats.

Il n'y a donc qu'en Afrique qu'on peut voir un État organiser artificiellement sa propre défaillance (en limitant sa compétence aux seuls crimes économiques); et appeler de vive voix l'intervention de la CPI. Il n'y a qu'en Côte d'Ivoire qu'on peut apercevoir un ministre des Droits de l'Homme faire le tour des capitales occidentales, pour livrer un de ses compatriotes à la vindicte d'une grande injustice internationale.

 

Anicet Djéhoury, Essayiste.

 

Source: PENSEES NOIRES

mardi, 05 juillet 2011

PSYCHANALYSE D'UN POUVOIR INQUIETANT

ADO ET SORO.jpg

« Ces névrosés qui veulent nous gouverner ». Ce titre provocateur barre la "Une" de la dernière édition de l'hebdomadaire français Marianne. Le newsmagazine part du postulat que la psychanalyse est une grille de lecture pertinente, permettant de connaître les motivations cachées des puissants, leurs ressorts secrets et, au final, leur nature profonde. Une chose est sûre : quand on passe les actuels gouvernants de la Côte d'Ivoire au scanner de la discipline de Sigmund Freud, le résultat est ravageur. Il est surtout criant de vérité. Il permet de connecter le passé et le présent, et de ne pas se faire trop d'illusions sur l'avenir.

La transgression permanente

La psychanalyse appelle "transgression" l'état, la situation ou l'action « dans lesquels une personne ou un groupe de personnes font courir à autrui ou aux biens un risque important de violence, de dommage ou de destruction ». Le personnage transgressif refuse les règles et les lois dont la société s'est dotée. Il les contourne, les ignore, voire les défie. Ces lois et ces règles sont à la fois d'ordre juridique, moral et formel.

Même pour l'observateur lambda, le caractère profondément transgressif de la pratique du pouvoir telle qu'elle se décline depuis bientôt trois mois en Côte d'Ivoire apparaît dans toute sa crudité. Le nouveau pouvoir ivoirien ne respecte rien d'autre que sa propre volonté de puissance. Il ne respecte pas la Constitution. Il ne respecte pas l'Accord Politique de Ouagadougou. Il brise le  pacte de coexistence pacifique entre Ivoiriens en assumant un revanchisme brutal et régressif. « Et puis ça fait quoi ? », répètent inlassablement, les yeux injectés de sang, les plus extrémistes du clan. « Faites ce que vous pouvez alors ! », assènent-ils dans un rire méchant. Ils sont ivres d'une force qui, et ils le savent très bien, n'est pas vraiment la leur.

Ils sont au stade du « ça ». Qu'est-ce que le « ça » ? « Conceptuellement, le ça représente la partie pulsionnelle de la psyché humaine, il ne connaît ni normes (interdits ou exigences), ni réalité (temps ou espace) et n'est régi que par le seul principe de plaisir, satisfaction immédiate et inconditionnelle de besoins biologiques. C'est donc le centre des pulsions, des envies qui constituent l'énergie psychique de l'individu. Le ça est une instance entièrement inconsciente. C'est l'instance dominante chez un nourrisson qui ne fait pas la part entre réel et imaginaire et a un sentiment de toute-puissance », nous explique l'encyclopédie en ligne Wikipedia. Figure emblématique de ce nouveau pouvoir, le soldat FRCI débraillé, insolent, qui joue au gendarme et au voleur en se méprenant sur sa place dans le jeu est le symbole d'une personnalité collective qui n'a pas encore atteint le stade du « surmoi », « la structure morale (conception du bien et du mal) et judiciaire (capacité de récompense ou de punition) de notre psychisme ».

En général, c'est la figure du père qui impose à l'enfant refusant de limiter ses caprices une autorité structurante et qui limite son « ça ». Il faut maintenant attendre que les Occidentaux, qui ont "accouché" de notre nouveau pouvoir, tracent pour lui les limites qui permettront à notre civilisation et à notre démocratie de ne pas mourir. Tout en se souvenant que l'actuel Chef de l'Etat a toujours été considéré par ses adversaires comme un homme qui, depuis son entrée dans le sérail politique ivoirien, a sacrifié à son ambition politique tous les tabous structurants... Et que la "communauté internationale", en érigeant la satisfaction de son ambition en absolu politique indiscutable en Côte d'Ivoire, a accompagné ses transgressions.

Le complexe de Caïn

Dans un poème poignant intitulé « La Conscience », Victor Hugo a revisité l'histoire biblique de Caïn, fils d'Adam qui, après avoir tué son frère Abel, vécut tourmenté par le remords - un remords non exprimé qui se présentait sous la forme d'un oeil accusateur qui le suivait partout. L'oeil se dessinait dans le ciel. L'oeil transperçait les murs de bronze. Se moquait des inscriptions « Défense à Dieu d'entrer ».

Même quand Caïn décidait d'aller vivre sous la terre, « l'oeil était dans la tombe et regardait Caïn ». Parce qu'elles n'ont pas admis leur sentiment de culpabilité face à ce qu'ils ont fait endurer à la Côte d'Ivoire, mais aussi à Laurent Gbagbo, adversaire bien plus chevaleresque qu'elles ne sauraient l'être, les nouvelles autorités ont une manière bien spéciale de soigner leur malaise intérieur. Il faut faire disparaître « l'oeil ».

La destruction des monuments construits sous la Refondation traduit une angoisse métaphysique, une peur du Jugement, une impression insupportable que l'absent est toujours là, et peut toujours "frapper". Il faut couper ses racines pour qu'il ne repousse pas. C'est cette angoisse diffuse qui a poussé les autorités ivoiriennes à accuser le Ghana, en dépit du bon sens, de faire aujourd'hui ce qu'un autre pays de la sous-région a fait hier pour leur plus grand profit.

C'est cette grande peur de la "finitude", du retour des rivaux indécemment traités, qui explique l'épuisement judiciaire d'un pouvoir qui va jusqu'à geler les comptes de personnes qui n'en ont pas pour se prémunir de toute surprise. C'est cette incapacité à figer pour l'éternité le moment où l'Histoire semble leur sourire qui explique l'article incroyable d'un confrère paniquant à l'idée de la disparition soudaine du chef pour qui la terre ivoirienne tremble depuis plus d'une décennie.

La psychanalyse est décidément une bien belle grille de lecture...


Sylvie Kouamé, in LE NOUVEAU COURRIER

 

Source: PENSEES NOIRES