topblog Ivoire blogs

samedi, 26 janvier 2013

AFFAIRE BLE GOUDE: DU «NOUVEAU» QUI EN RAJOUTE AU FLOU?

 

CHARLES BLE GOUDE.jpg


L'auteur de cet article, publié sur la page Facebook "Blé Goudé Les Amis", espérait peut-être (avec les Amis en question) nous apporter une nouvelle lumière sur le dossier, mais semble plutôt y avoir apporté un peu plus de flou. Quelle affaire! Bonne lecture.

Exclusif! - Depuis La Haye - Gbagbo impose au FPI une déclaration de soutien et confie: "Il faut laisser Blé Goudé tranquille"

Blé Goudé: "A quoi ça sert d'être libre et dans la clandestinité quand le Président Gbagbo est en prison?"


Après la banalisation du départ, le FPI a fini par produire une déclaration de soutien réclamant la libération immédiate de Charles Blé Goudé. Dans la querelle et la polémique liées à un éventuel deal, le parti de Laurent Gbagbo coupe court, demande aux militants de rester mobilisés et de ne pas se laisser distraire. De bonne source, Laurent Gbagbo n'est pas étranger à cette attitude. Quelques personnes ayant été en contact avec lui, indiquent que l'ex-Président, devant toutes les accusations dont fait l'objet l'un de ses fidèles soutiens, a eu cette réaction: "Il faut laisser Blé Goudé tranquille". 

L'on apprend que Laurent Gbagbo, qui attend avec sérénité son procès pour dire sa part de vérité et démontrer qu'il est innocent, encourage son parti et ses partisans à entrer dans un dialogue politique avec le pouvoir." On a toujours été un parti démocratique et un parti de non-violence. De plus, nous n'avons pas d'armes. Obligeons l'animal de ville à entrer dans la démocratie et dans le dialogue politique. En dehors de la violence et en dehors de la force, l'animal de ville qu'est l'autre ne peut rien. (...) Nous devons parvenir à le sortir de ses méthodes de prédilection. Nous avons eu le temps de voir leurs lacunes et leurs faiblesses, nous ne devons pas continuer à leur laisser seuls le terrain pour profiter des ressources de notre patrie et maintenir dans la pauvreté nos populations et notre peuple", révèle en guise de Verbatim de la pensée, un homme de droit et membre par alliance de la famille Laurent Gbagbo, après une visite à La Haye. 

Blé Goudé confond adversaires et détracteurs: "A quoi ça sert d'être libre, et dans la clandestinité quand le Président Gbagbo est en prison?"

On en sait un peu plus sur la sérénité des membres du Cojep et des partisans indéfectibles de Charles Blé Goudé. Avant son arrestation, Blé Goudé avait émis à haute voix cette réflexion: "A quoi cela sert-il d'être en exil, dans une fausse liberté alors que Laurent Gbagbo est en prison. Mon objectif était de continuer le combat en partant d'Abidjan avant le 11 avril 2011, avec la bénédiction du Président. Mais aujourd'hui l'exil, la clandestinité et cette illusion de liberté valent-elles mieux que la prison, tant que je ne suis pas en mesure d'interagir en faveur du Président Laurent Gbagbo? Moi je suis libre et lui, il n'est pas libre. Par solidarité pour lui, ne devons- nous pas nous constituer tous prisonniers?".

Cette réflexion a le mérite de dérouter aussi bien partisans qu'adversaires de Blé Goudé. Au niveau des adversaires, tout en saluant l'efficacité de la politique et tout en étant prêts à applaudir une éventuelle ruse politique du Président de la République Alassane Ouattara en cas de deal avéré, les pro-Ouattara sont davantage nombreux à penser que Blé Goudé ne mérite aucune rémission de ses fautes. A ce titre, ils supportent mal, très mal même, l'idée d'un deal. Même s'ils rappellent qu'à plusieurs reprises, Blé Goudé a tendu la main aux autorités et s'était porté volontaire pour accompagner la réconciliation nationale. Le carton rouge à Blé Goudé dans le camp Ouattara est une réalité. Mais les partisans de Gbagbo restent eux aussi désorientés et attendent de voir plus clair. Tout en disant qu'il se calmerait, Touré Zeguen a maintenu hier, ses soupçons à l'encontre de Blé Goudé. Pour leur part, depuis l'arrestation de leur leader, les membres du Cojep n'ont de cesse d'inviter les autres exilés à rentrer au pays, disant que la lutte se fait sur le terrain, et non sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter...).

"La souveraineté de la Côte d'Ivoire, c'est Laurent Gbagbo, l'avenir de la souveraineté, c'est Blé Goudé", a déclaré un porte-parole de Blé Goudé, qui en dehors du FPI dispose d'une organisation et de soutiens bien structurés avec le Cojep. Les positions du Cojep qui sonnent comme un regard froid et réaliste, en écho au combattant Blé Goudé, qui affronte la justice de son pays et de ses "bourreaux", donnent du grain à moudre aux soupçons de collusion. Face aux soupçons de deal et aux accusations de trahison, à la suite de Zap Krasso, qui rappelle à Moussa Touré Zeguen in l'Intelligent d’Abidjan, que personne n'a le monopole de l'amour de Laurent Gbagbo, un analyste et observateur averti de la maison Ivoire révèle: "Tout est possible, Blé Goudé peut soigner son image à condition de ne jamais renier Laurent Gbagbo. Là, réside la clé de sa survie politique. Tant qu'il revendiquera l'héritage de Laurent Gbagbo et ne se hasardera pas dans son supposé deal, à devenir Alassaniste, il peut rebondir malgré une peine de prison à vie. La prison à vie ne signifie rien, dans la perspective de l'après-Ouattara, et l'horizon 2020. Blé Goudé aura alors 48 ans, Guillaume Soro 47 ans et Hamed Bakayoko sera l'aîné des deux. Avant cela, Mamadou Koulibaly et d'autres personnalités auront déjà joué leur première carte présidentielle en 2015. Pas de quoi s'alarmer". Est-ce à dire que Charles Blé Goudé a eu le temps de se préparer mentalement et psychologiquement à cette autre étape de sa vie? Une autre question qui attend réponse, comme tant d'autres interrogations. 

 

Charles Kouassi in L'Intelligent d'Abidjan, Mercredi 23 Janvier 2013.