topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

jeudi, 04 octobre 2012

NOUVELLE UNIVERSITE A L'ENSEIGNE DU DEMON!

 

côte d'ivoire,nouvelle université à l'enseigne du démon

Démon guerrier (homme géant  et cornu) à l'université d'Abobo-Adjamé comme emblème, monté sur la carte de la Côte d'Ivoire. Effroyable de symbolisme!!! Une alliance de mort sur la Côte d'Ivoire. A bon entendeur...! 

 

A l’Université Nangui Abrogoua, Ex Abobo-Adjamé, on est accueilli par la statue d'un dozo, violent symbole du vaste programme pour cette nouvelle université de la Côte d’Ivoire nouvelle, où le savoir et la connaissance se déclinent par rapport à ces illustres chasseurs dont les 9/10ème ont été importés des pays limitrophes, afin d’encourager les locaux à traquer et chasser un gibier nouveau : les sympathisants du président Laurent Gbagbo et déclarés comme tels à cause de leur nom, de leur ethnie.

Nous ne savons pas encore si parmi le corps enseignant, il y aura des membres éminents de cette confrérie pour partager avec les étudiants les secrets des amulettes et autres gris-gris puissants, offrant l’immunité médicale et judiciaire à ses porteurs, leur apprendre l’art ancestral de la chasse et la nouvelle, la chasse à l’homme, le maniement de la machette et sa version 21ème siècle actualisée de la kalache ? Gageons que le professeur d’économie issu de cette noble caste, se rit du « budget sécurisé », il basera ses cours sur le principe fondamental des braquages de banques, l’art du racket, et cette loi universelle, redécouverte après avoir gratté le verni constitutionnel : «  ce qui est à toi est à moi » et « ma vie a plus d’importance que la tienne » !

Ce qui frappe aussi, une fois que l’on a découvert le Goliath des dozos, avec son bouclier, sa lance immense, ses colifichets, ses flèches et son grand poignard d’égorgeur, ce sont ses cornes, des cornes de bouc immenses ; le Dozo est moitié homme, moitié bouc, et son visage oscille à la limite de l’humanité et de la bestialité ! Le Dozo de l’université Nangui Abrogoua a des cornes gigantesques, à l’image de son Maitre, car ce que nous livre cette culture dozo, -telle qu’elle nous a été servie, telle qu’elle a été instrumentalisée-, c’est son rapport à la magie, au mal, à l’anarchie et au néant, le retour à l’état de sous-homme, sans foi ni loi.

Alors que dans la représentation par Michel-Ange de Moïse, descendant du Sinaï et porteur des tables de la loi, ces dix paroles qui sont à l’origine de la « charte universelle des droits de l’homme », les cornes symbolisaient la présence divine, concentrée en lieu, le haut de la tête, lieu de la réflexion et de la pensée ; ici nous sommes en présence d’un Maitre qui enlève toute humanité à celui qu’il habite, en en faisant un animal à cornes, où la bonté et la justice ne sont plus l’apanage premier, mais plutôt le mensonge et la force. Ainsi dans le discours déformé des dirigeants actuels, Laurent Gbagbo et les siens sont représentés comme des occultes, des magiciens jetant des sortilèges, et Ouattara celui qui a apporté la laïcité, la démocratie et la lumière !

Par ses proportions impressionnantes, cette œuvre d’art nous renvoie à l’histoire biblique de David et Goliath, tous deux les arrière arrière petits enfants de Naomi: David par Ruth qui a choisi la fidélité et l’obéissance, et Goliath par Orpa, qui s’est détournée de sa belle-mère. Alors que l’impressionnant géant voit David, nous relevons qu’il ne voit pas sa beauté, que c’est un enfant, aux cheveux blonds et au beau visage. Il ne connait et ne réagit plus qu’à la laideur, la violence, le crime, la malédiction…

La suite de l’histoire nous la connaissons, mais il est bon de la relire (1 Samuel 18) . Alors que le géant tout caparaçonné, avec ses amulettes, son bouclier, ses armes semble invincible, la menace vient de là où on ne l’attendait pas: quelques centimètres de front offerts à la fronde du petit berger suffisent pour déstabiliser le colosse, et c’est avec le propre couteau du Dozo de l’époque qu’il l’achève! Les autres dozos auraient pu encercler le petit David, mais c’est le sauve qui peut, les cornes du diable et les gris-gris n’enseignent ni le courage ni le sens des responsabilités!

Pour le reste de l’histoire, il serait bon que les David, les « bien-aimé » en hébreu, se lèvent avec assurance et confiance, parce que ces centimètres de vulnérabilité dans cet enfer carcéral ivoirien existent, les horreurs et les scandales que nous comptabilisons chaque semaine, chaque jour, nous révèlent bien que ces hommes et ces femmes au pouvoir sont aux abois et se dépêchent d’engranger parce qu’il va falloir bientôt fuir, que la situation est sans issue, sans avenir.

Ouattara lui-même, rappelons-le, par le simple fait qu’il n’a jamais écrit le moindre opuscule, ne laissera aucune trace dans les bibliothèques universitaires, pas même celle des dozos, et peu de traces dans l’histoire si ce ne sont des gravas et des ruines, des charniers et des cimetières dont il est le co-auteur avec d’autres, et toute cette confrérie du mal sera balayée par les dignes fils et héritiers de leurs pères, qui reconstruiront sur ces ruines un édifice pour la paix et le vrai vivre ensemble, dans la justice et la vérité. La réconciliation ne se cherchera plus, elle se vivra !

 

Shlomit Abel

 

Post-Scriptum de Shlomit Abel: Je rajoute un détail à mon texte parce que des pro-Ouattara m’ont prise à parti sur mon manque d'informations sur Nangui Abrogoua, représenté par cette statue.


Effectivement, je ne me suis pas renseignée sur Nangui Abrogoua parce que j'ignorais que la statue était sa représentation. En général, les gens qui donnent leur nom aux universités sont des gens de lettres, de science, parce qu'on enseigne dans les universités un savoir en rapport avec le leur... Mais n'imaginez pas à cause de cette ignorance que vous avez clos le débat. Pouvez-vous me dire pourquoi cet Ebrié du siècle passé, chasseur, cueilleur, homme respecté, se transforme en épouvantail du Diable à l'entrée d'une université? Tout le monde pense aux Dozo parce qu'ils sont d'actualité, et malheureusement pas de la meilleure, alors franchement offusquez-vous plutôt de ce qu'avec cette statue "on" a sali la mémoire d'un homme de bien, et plus encore demandez-vous pourquoi on l'a affublé de ces cornes sataniques! Demandez au petit-fils de ce grand homme qui est actuellement le chef de la communauté Djemian, s'il est heureux d'apprendre que son grand-père est un sataniste et le chef de file de tous les satanistes! C'est ça la vraie question: êtes-vous heureux que votre histoire devienne une vulgaire histoire d'illuminatis et de sorciers et égorgeurs des temps modernes? Votre Nangui Abrogoua mérite-t-il vraiment cela?