topblog Ivoire blogs

dimanche, 16 janvier 2011

SORTIE DE CRISE - SIMONE GBAGBO AUX FDS: «IL FAUT RECUPERER LA TOTALITE DU TERRITOIRE»

 

SIMONNE GBAGBO.jpg

Simone Ehivet Gbagbo, épouse du Président Laurent Gbagbo a animé ce samedi un meeting au Palais de la culture d'Abidjan, à l'initiative du Congrès national de la Résistance et de la Démocratie (Cnrd) et des partis membres de La Majorité Présidentielle (Lmp). Elle a exhorté les Ivoiriens à se mobiliser pour « l'indépendance totale de la Côte d'Ivoire ».

Simone Gbagbo a conseillé aux Ivoiriens, de s'apprêter à «relever tous les défis y compris récupérer la totalité du territoire», même si elle reconnaît que cela revient en premier aux Forces de défense et de sécurité (Fds).

Simone Gbagbo, oratrice principale de ce grand rassemblement a imputé la responsabilité de cette crise post-électorale au « chef bandit », Alassane Ouattara et ses soutiens notamment  les Présidents français, Nicolas Sarkozy et américain, Barack Obama et l'Organisation des Nations Unies (Onu).

Selon la deuxième vice-présidente du Front populaire ivoirien (Fpi), cette volonté du « chef bandit », désignation faite d'Alassane Ouattara après que l'assistance ait exigé que ne soit pas prononcé son nom, de gouverner la Côte d'Ivoire, résulte du constat fait par celui-ci à l'orée des années 90, des richesses dont dispose la Côte d'Ivoire. Elle a indiqué que « ce qui caractérise ce chef rebelle, ce sont les tueries », évoquant les massacres de Guitrozon et plus récemment ceux de Duékoué et Lakota.

La Première Dame a expliqué que «Alassane Ouattara n'a pas gagné au premier tour », quoiqu'il en fût certain, pour la simple raison que « les Ivoiriens ne peuvent pas voter pour un chef bandit ».

Simone Gbagbo estime que la crise survenue au lendemain de la proclamation des résultats du second tour de l'élection présidentielle s'inscrit dans la droite ligne de la lutte pour l'obtention totale de l'indépendance. Qualifiant l'indépendance de 1960, d'«indépendance à oreille percée», faisant allusion à une histoire biblique. Selon la Première Dame, dans la Bible, l'esclave qui refusait de recouvrer la liberté après que son maître lui ait donné l'opportunité, se faisait percer l'oreille pour témoigner aux yeux de tous son refus de liberté.

«Nous allons recouvrer notre indépendance totale, notre souveraineté totale», a-t-elle martelé. Pour cette indépendance, «la Côte d'Ivoire a besoin de chacun de ses enfants», a indiqué Simone Gbagbo.

Le Palais de la culture a refusé du monde pour ce premier grand rendez-vous des mouvements et associations de soutien à Laurent Gbagbo, depuis le déclenchement de la crise post-électorale.


Source: AFREEKELECTION.COM