topblog Ivoire blogs

lundi, 16 septembre 2013

SYRIE: LA GUERRE BALISTIQUE US/RUSSIE A BIEN EU LIEU!

KERRY ET LAVROV.jpg


Un diplomate bien informé vient de faire d'importantes révélations au sujet de la crise syrienne, informations propres à prouver la maîtrise dont fait preuve la Russie dans le dossier syrien. "C'est cette maîtrise politique et militaire dont font preuve les russes qui a poussé les Etats-Unis à mettre de l'eau dans leur vin. Les Etats-Unis se sentent désemparés face à une Russie plus que jamais attachée au respect des principes éthiques, une Russie au calme et au sang froid sibérien dont les dirigeants voient juste et maîtrisent les règles du jeu"; selon AsSafir, "la guerre américaine contre la Syrie a commencé dès le tir de deux missiles balistiques en Méditerranée et elle s'est achevée au même moment. Les deux missiles qu'Israël a fini par revendiquer et que les radars russes ont bien détectés".  

"Israël a prétendu avoir tiré ces deux missiles dans le cadre d'un exercice militaire commun avec les Etats-Unis, indépendamment de ce qui se passait en Syrie. Or la réalité est toute autre chose: ces deux missiles ont été tirés par les Etats-Unis depuis une base de l'Otan en Espagne. Les radars russes les ont détectés immédiatement et ce sont les systèmes de défense anti-missile russes qui ont intercepté et détruit l'un d'entre eux en plein air et ont dévié l'autre de sa trajectoire, de façon à ce qu'il s'abîme en mer". Et AsSafir d'ajouter: "Dans le communiqué qu'il a publié, le ministère russe de la Défense a omis de mentionner deux choses: la base à partir de laquelle les missiles avaient été tirés et l'interception et la destruction de ces deux missiles. Mais pourquoi? En effet, aussitôt après le tir de ces missiles, les services du renseignement russe ont contacté leurs homologues US pour leur dire que "toute attaque contre Damas est comme si Moscou était pris pour cible". Le renseignement russe a également indiqué aux américains sa décision de supprimer dans son communiqué la partie qui précise "la destruction des missiles US" pour éviter que les tensions s’accroissent. "Nous vous demandons de revoir vos politiques et votre ligne de conduite à l'égard de la Syrie et, soyez-en sûrs, vous ne pouvez pas empêcher notre présence en Méditerranée".

"Ce face à face non déclaré Moscou/Washington a ajouté à la confusion de l'administration Obama qui s'est aperçue du sérieux de Poutine dans le dossier syrien et de sa volonté d'aller jusqu'au bout. Obama a compris qu'il n'existe pas de voie de sortie autre que la proposition russe". "L'entrée en scène d'Israël s'est effectuée en second lieu. Aussitôt après l'attaque, Israël a dit ne pas savoir qui en est l'origine, ce qui était vrai mais les américains ont demandé à Tel-Aviv de revendiquer le double tir de missile Anchor, ce qu'Israël a fait pour éviter à Washington une perte irréparable de crédit. Bref, Obama voulait se rendre au G20 en chef de guerre, il s'y est rendu en président désœuvré et en quête d'une échappatoire!". Et AsSafir de poursuivre: "Après ce face à face, Moscou a envoyé un nombre plus important de ses experts militaires en Syrie ainsi qu'une armada de navires. Le plan russe a été élaboré en concertation avec le vice-ministre iranien des Affaires Etrangères, Amie Abdollahoyan, le ministre syrien des Affaires Etrangères, Walid Moallem, et les russes ont remis à l'après-G20 la signature d'un accord destiné à éviter à Damas toute action armée en échange du contrôle de son arsenal chimique. La première et dernière guerre missilière US/Russie a eu pour effet le vote négatif du parlement britannique à la guerre, vote qui a fait des émules puisque la chancelière allemande a elle aussi refusé le principe d'une guerre".


Source: IRIB RADIO FRANCOPHONE