topblog Ivoire blogs

vendredi, 13 février 2015

LIBYE: KADHAFI EST MORT, VIVE TOTAL!

 

Dans la nuit du mardi au mercredi 4 fevrier 2015 un champ pétrolier conjointement exploité par TOTAL et par la compagnie nationale libyenne NOC, a été attaqué par des hommes armés à Syrte, faisant 11 morts dont 10 libyens et 1 nigériens.

Cette information n’a ému personne. Il est bien évident que tant que les droits de pomper du  pétrole par  TOTAL sont garantis, le respect des droits de l'homme en Libye  ne constituent pas une préoccupation majeure pour les pourvoyeurs d'émotions sélectives et les  champions des droits de l'homme.

Je me suis demandé que fait Total dans le chaos complet qu’est devenu la Libye de l’après Kadhafi, surtout ces derniers mois. J’ai compris pourquoi il n’y a pas de sanctions économiques contre ces groupes armées qui contrôlent la Libye, y massacrent les populations, exploitent et mettent sous coupe réglée le territoire libyen, désormais éclaté entre 4 provinces hétéroclites (Bengazi, Syrte, Tripoli, le Faisan) : une « somalisation » complète. La compagnie nationale de pétrole libyenne représente qui dans un tel contexte? Que valent les contrats et quelle est la légalité et la légitimité des opérations des compagnies pétrolières en cours dans le pays ? Peut-on être aussi cynique et fermer les yeux sur le drame des populations libyennes à ce point ?

Déjà à la veille de la chute de Kadhafi, le Conseil national de transition (CNT) libyen annonçait en avril 2011 sa décision « attribuant 35 % du total du pétrole brut aux Français en échange du soutien total et permanent à notre conseil » : ceci représenterait une production de plus de 542 000 bb/j sur sa production journalière de 1 550 000 bb/j d’avant la guerre.

Dans le contexte de la guerre menée par l’OTAN pour tuer Kadhafi en 2011, une telle annonce pouvait apparaitre comme une contribution du groupe français à l’installation de la démocratie en Libye.

Aujourd’hui, 4 ans après, avec ce qui se passe sur le terrain en Libye on est bien loin de l’installation de la démocratie, le pays est en ruine, le semblant d’Etat qui existait sous Kadhafi est totalement délité, c’est le règne des groupes djihadistes qui se partagent le pays et rivalisent dans les exactions et les actions les plus horribles.

Alors comment comprendre que TOTAL, une entreprise « citoyenne » en France, puisse intervenir à l’aise dans un tel merdier.   

En fait, la Libye, qui recèle les plus vastes réserves de pétrole d'Afrique et 9eme dans le monde (44-46.5 milliards de barils), est déjà à elle seule la troisième source d'approvisionnement de la France, ex aequo avec la Mer du Nord (16 % du total en 2010), derrière les pays du Proche-Orient (17 %) et ceux de l'ex-URSS (32 %), selon l'Insee. La France importe plus de pétrole libyen (10,25 millions de tonnes en 2010) que de pétrole saoudien (6 millions de tonnes).

Le groupe français TOTAL, tout comme les firmes pétrolières liées à la Grande-Bretagne, avait peu à perdre et beaucoup à gagner dans la guerre en Libye ; Paris et Londres ont été les plus impliqués dans l'offensive de l'Otan en Libye.

Avant le début du conflit, le groupe français TOTAL était assez mal implanté en Libye, avec seulement deux champs fournissant une modeste production de 55 000 barils par jour (b/j) : très loin derrière l'italien Eni (244 000 b/j), les compagnies américaines (124 000 b/j), et même l'allemand BASF (100 000 b/j), d'après les chiffres du département de l'énergie américain pour 2010.

Plus généralement, l'Occident, qui est à court de nouvelles découvertes de pétrole, est dans la crainte d’une chute de la production contrôlée par les compagnies occidentales. Dès 2005, l'économiste en chef de l'Agence internationale de l'énergie (AIE) avait annoncé, pour Le Monde, un déclin de la production hors-Opep « peu après 2010 ».

La conséquence serait que les grandes compagnies pétrolières occidentales, celles que l'on a pris l'habitude d'appeler les « majors », alors même que depuis les années 70 et l'émergence de l'Opep, elles ne contrôlent plus qu'à peine un septième des réserves de la planète, perdent leur place de leaders incontestables du marché. En effet, malgré leurs capitaux fantastiques, qui les placent toujours aux tout premiers rangs des plus grandes firmes privées de la planète, les majors sont désormais des « minors », du point de vue du contrôle des réserves, face aux firmes publiques des grands pays exportateurs.

Plus le temps passera, plus la proportion des réserves de pétrole contrôlées par les pays exportateurs augmentera, tandis que la part des compagnies occidentales, elle, s'amenuisera, et cela « mécaniquement », répète Fatih Birol à l'AIE.

N’est-ce pas ici que se trouve la réponse à toutes ces guerres fomentées opportunément dans les pays abritant les plus grandes réserves d’or noir au cours des dernières décennies (Irak, Lybie, Syrie, menaces contre l’Iran, Soudan puis Sud Soudan, Côte d’Ivoire, Mali, République centrafricaine, Tchétchénie et pays d’Asie de l’ancienne URSS, menace de guerre contre la Russie elle-même, instabilité au Nigeria avec la secte BokoHaram, etc.).

La présence et les activités de TOTAL et des autres grandes firmes pétrolières occidentales en Libye finissent de nous convaincre de l’hypocrisie des dirigeants occidentaux, pour lesquels en réalité ne comptent que leurs intérêts mesquins, loin des vociférations et agitations officielles se référant cyniquement à la défense de valeurs démocratiques et de respect des droits de l’homme à travers le monde.

Sous le masque de la protection des droits de l’homme et de la lutte contre le terrorisme que porte l’occident, se cache le contrôle et la protection des ressources de matières premières notamment le pétrole. La concurrence des pays émergents pousse l’occident vers un monopole de type colonial ou l’installation du chaos qui laisse la place au plus fort donc aux pays qui interviennent par la force au non de la démocratie ou de la lutte contre le terrorisme.

En Afrique de l’ouest, outre le Nigeria, cinq États de la région sont actuellement producteurs de pétrole : le Bénin, la Côte d’Ivoire, le Ghana, la Mauritanie et le Niger. Tandis que les dix autres États sont encore au stade de l’exploration. En termes de réserves avérées, l’Afrique de l’Ouest affiche des proportions identiques à celles de la production : elles s’élèveraient à près de 40 milliards de barils (en 2012), soit environ 30 % des réserves totales de l’Afrique.

S’agissant tout particulièrement du Nord Mali, là d’où est partie la guerre et où persistent les principales tensions, même si cette région contribue très peu – à l’heure actuelle – au PIB du pays, le sous-sol des régions de Gao, Kidal et Tombouctou suscite beaucoup d’espoir : 850 000 km2 de potentiel gazier et pétrolier, selon les études menées par l’Autorité pour la recherche pétrolière (Aurep). Un contexte qui pourrait  expliquer en partie la situation actuelle  et qui pourrait justifier  les velléités de partition du pays.

Quoi  qu’il en soit, 4 bassins principaux ont été identifiés dans cette zone : Tamesna (à cheval entre le Mali et le Niger), Taoudeni (qui couvre également une partie de l’Algérie et de la Mauritanie), le graben de Gao et le rift de Nara (vers Mopti). Le pyromane Barkhane a bien de l’avenir surtout que le pompier est déjà opérationnel : cette zone se situe dans le prolongement de la poudrière libyenne et aux confins de la région convoitée par Boko Haram.

Quand est-ce que les élites et les peuples africains vont-ils comprendre ce fait pour savoir la force que représentent les richesses du continent et prendre conscience de la nécessité de les exploiter pour le développement de nos populations tout en rejetant l’hypocrisie de l’occident et ses prétextes fallacieux pour intervenir dans nos pays.

 

Par Jean Charles TIEMELE, Expert Economiste Financier.

mercredi, 19 octobre 2011

LIBYE - L'IMPOSSIBLE VICTOIRE DES GUEUX DU CNT


CNT - MOUSTAFA ABDELDJEIL.jpg

Ratée pour l'Otan et surtout pour Sarkozy, qui a mis la France du général de Gaulle dans une situation désastreuse. Celle qui ne sera pas prête de se ressaisir avant plusieurs années, quel que soit le parti au pouvoir. Ratée parce qu'il croyait sans doute avoir trouvé l'argument de s'en tirer à bon compte, par une sortie honorable de ce guêpier, lorsque le CNT adoubé par l'occident annoncerait, même mensongèrement, « la libération de Syrte » - considérée ville symbole qui confirmerait la déchéance de Kadhafi est donc signifierait la fin d'un pouvoir. La seule issue, qu'il cherche mordicus, qui doit lui permettre d'annoncer la « fin de mission » par la victoire d'une « libération du dernier fief de Kadhafi » pour s'en sortir, semble lui échapper et s'éloigner avec les coups de boutoirs d'une résistance organisée et disciplinée qui maîtrise le terrain et fortement motivée au regard de ses actes de bravoure et des pertes énormes qu'elle inflige aux renégats, cette chair à canon libyenne bon marché, aux mercenaires engagés et surtout des terrains repris aux usurpateurs.

Il est malheureusement soutenu par presque toute la classe politique française; peut-être aveuglément par incrédulité ou par tactique, mais le résultat est le même quand il s'agit d'une guerre injuste contre un pays en paix qui n'a absolument rien fait de condamnable qui permet de justifier une telle agression et destruction. Quand on observe l'activisme de ce myrmidon dans cette aventure dans laquelle il s'est volontairement mis, en entraînant l'Europe, et les manipulations de ce sinistre entremetteur chargé de faire  sous-traiter par la France cette « opération Libye », ce « philosophe » du mal,  on comprend dès lors que des maîtres autrement plus rusés ont  à dessein choisi cette France historique et des valeurs pour bien distraire et abuser le monde afin de servir leurs intérêts. En conséquence, le voilà qui se retrouve, dans un cul de sac, embourbé dans la gadoue sans autres possibilités que l'enlisement face à une farouche résistance ou le retrait sans gloire et dans le déshonneur !

Parions que si ce CNT déclare, demain, que la Libye est  « entièrement sous contrôle » cet énergumène saisira  au vol cette occasion, pour se retirer au plus vite pour déclarer à son tour au monde que  «  notre mission est terminée » quitte à imputer - s'il y a retournement de situation, ce qui est certain - la faute à ses marionnettes du CNT en leur faisant assumer toutes les conséquences. L'argument qu'il souhaitait part en fumée car, l'injustice se paie toujours et le mal n'a jamais été une vertu. La situation actuelle en Libye confine à l'anarchie, entre les ambitions de tribus rivales, un Conseil de transition abandonné et sans pouvoir, un gouvernement fantôme, des groupes d'insurgés sans but ni conviction voire sans réel chef... C'est donc bien le chaos que l'Otan a instauré dans un pays considéré, il y a seulement 8 mois, comme  le plus équilibré socialement et économiquement!

Le CNT a dû comprendre sa position de faiblesse et ce jeu malsain, c'est sûrement la raison pour laquelle il tergiverse en mettant l'Otan, en permanence, dans l'attente et l'espoir tout en réclamant encore plus de moyens et plus de frappes pour éviter la résignation en ces moments d'incertitudes et de grands doutes. Mais ce  jeu de « je te tiens, tu me tiens...» - qui  a ses limites que sont le temps, l'argent et l'opinion - cache en fait une déroute  que l'on essaye de dissimuler par la propagande subversive tout azimut, le mensonge, la tromperie et surtout le verrouillage sans précédent des médias pour cacher la vérité. Cette vérité qui est la falsification, l'escroquerie, le génocide de Syrte en particulier où une population est pilonnée jour et nuit dans une ville en ruines, le vol, la rapine et les viols, mais aussi l'importance de leurs morts.

REBELLES DU CNT.jpg

Comme l'humanité ne peut évoluer que sur le bien, le monde sait maintenant qu'il a affaire, en ce qui concerne la Libye, à des rebelles non authentiques, une racaille d'abrutis que dirigent un ramassis hétéroclite d'ex-ministres congédiés pour corruption par Kadhafi, d'islamistes d'Al-Qaïda, de prisonniers relâchés et de voyous qu'encadrent des commandos et des ''conseillers'' de l'« intelligence service » américains, anglais et français soutenus financièrement et matériellement par le Qatar et les Émirats arabes, deux États feudataires au service de l'Empire. Le monde sait aussi que l'Otan tue intentionnellement les populations civiles, sans distinction, par vengeance pour leur soutien au Guide ; que le temps a bien montré que les « énormes pertes civiles infligées par l'impitoyable Kadhafi à son peuple » n'était que tromperie, pour justifier une agression afin d'installer un pouvoir-lige comme du temps du roi Senoussi, concoctée dans les 'labos' américains, londoniens et parisiens en collaboration avec des traîtres libyens. Il est clair aussi que les « révoltes » surtout de Libye, de Syrie et d'autres non réussies ou en préparation  ne sont et ne seront que des complots des forces occidentales que dominent les USA, l'Angleterre et la France, derrière les révolutions de «couleur», sous l'égide de la NED/CIA, le MI6 et le Mossad dans le but de créer le chaos selon le modèle irakien suivant les doctrines israélo-étasuniennes sur l'art d'instaurer le «chaos constructif».

Dans cet océan de menteries, de duperies et de subversion se détache, par surprise, de façon solennelle, une « fausse note » - qui dame le pion à la doxa ambiante et dominante - celle de Le Pen que l'on nous a fait croire sulfureux, des  décennies durant, et comme l'homme par qui passent tous les malheurs. Le voilà saluant les « combattants de Syrte qui résistent contre le monde entier », en Libye. « Je tire mon chapeau, je le dis carrément, aux combattants de Syrte qui donnent un exemple de courage et de détermination », lance-t-il avant de juger également que le gouvernement syrien était « légitimé dans sa lutte contre les bandes armées ». Qui l'eut cru ? Le Pen devient, en effet, comme le juge notre ami 'Kataliseur' « le dernier gramme d'honneur de la France sauvée, in extremis, dans sa chute dans les abîmes, par celui que nous attendions le moins ! ».

Conseillons que chaque Libyen se doit, par devoir, de participer à la lutte pour sauver son pays de la prédation et lui rendre sa liberté car, la victoire est la sienne. Son sacrifice est un acte suprême et sa mort, selon l'Islam, un grand honneur. Le Guide en est un parfait exemple de l'honnêteté et de l'honneur. Il a bien engagé ses propres enfants dans le combat contrairement aux renégats du CNT qui ont mis les leurs à l'abri, en Europe, pendant qu'ils se servent des enfants des autres, comme chair à canon, pour confisquer le pouvoir. En somme « prête-moi ton fils pour mourir à la place du mien » aiment répondre narquoisement les  Algériens à ceux qui les incitent à se révolter contre l'ordre établi.

Nos amis et frères Libyens doivent savoir que la lutte sera âpre, douloureuse, destructrice  mais l'issue est certaine car, leur sacrifice vient d'un combat juste pour l'honneur et la dignité contre des forces du mal sans principes et sans vertu. La disparition d'un dirigeant même charismatique n'a jamais mis un terme à la volonté de libérer son pays de l'oppression ou d'une colonisation.

A une question d' « Atlantico » sur la nécessité de diriger « d'une main de fer » les pays fondés sur un amas de peuplades ou sur des bases tribales souvent hostiles les unes aux autres, Gérard de Villiers qui a visité la Libye répond « Mais bien sûr, il n'y a pas d'autre moyen. Sinon, regardez l'exemple de la Yougoslavie... Son unité ne tenait qu'à la force et la personnalité de Tito. En Libye, ils n'ont personne actuellement pour fédérer et contrôler les groupes. Ils n'ont pas un de Gaulle, tel que la France l'a eu en 1945... Kadhafi agrégeait des groupes qui ne se sont jamais supportés. »

 

DJERRAD Amar.

lundi, 03 octobre 2011

LIBYE: LES VERITES VOIENT LE JOUR

MOUAMMAR KADHAFI 11.jpg

L'Alliance atlantique peut-elle plus, veut-elle plus en Libye ? Le fait est qu'elle se trouve dans une sale situation, parce que les initiateurs du bourbier actuel avaient des informations particulièrement optimistes, quand la réalité se trouvait dans l'anticolonialisme exacerbé du peuple libyen, dans ses capacités de résistance et dans son entêtement à ne jamais se soumettre, quel que soit le prix à payer. Les bombardements criminels et leur lot de victimes ont achevé de le convaincre qu'il doit se battre jusqu'au bout. Il ne reste plus aux agresseurs et à leurs supplétifs qu'à se gargariser d'une «victoire» que personne ne voit sur le terrain et à la fabriquer, coûte que coûte, en crédibilité, à une presse mondialisée et fédérée dans l'ignominie du mensonge.

Mais, inévitablement, le système médiatique commence à s'épuiser devant les faits. Il ne peut plus continuer indéfiniment à annoncer presque quotidiennement la prise de Béni Walid et, depuis quelques jours, il ne peut plus cacher pourquoi l'OTAN continue de bombarder et pourquoi le «nouveau pouvoir» ne trouve à s'installer nulle part. Les canaux alternatifs ont fini par gagner en audience et à attirer ceux, en masse, qui ont fini par être écœurés par les ridicules contorsions d'une presse qui n'arrive même plus à trouver les ressorts qu'il lui faut pour se renouveler. La faute est parfois imputée à l'inconséquence de l'OTAN/CNT, pour se dédouaner, ce qui arrive assez tard pour faire oublier des mois de mépris de téléspectateurs, d'auditeurs ou de lecteurs trompés. Sur des sites sourcilleux vis-à-vis de l'authenticité des informations postées, une leçon aux monopolisateurs de la démocratie, on peut accéder à une actualité qui ne met pas en scène les seuls «révolutionnaires» et qui n'est pas fabriquée par les centres de propagande.

MOUAMMAR KADHAFI 9.jpg

On peut apprendre qu'il n'y a pas de «victoire» mais un massacre continu que la «communauté internationale» ignore. On peut apprendre que les ONG humanitaires refusent ou sont interdites de porter secours aux habitants de Syrte qui paient le prix de défendre leur dignité et qui manquent cruellement de médicaments. On peut apprendre que le «nouveau pouvoir» ne contrôle pas grand-chose dans le pays et qu'à l'inverse, sans les bombes des avions occidentaux, il ne tiendrait pas une journée. On peut apprendre que des quartiers de Benghazi et de Tobrouk sont insurgés et que Tripoli vit un face à face où ce sont les résistants qui ont l'initiative avec le soutien de la population, dont les manifestations anti-OTAN sont sauvagement réprimées. On peut apprendre, surtout, malgré les prévisions de l'OPEP et de la presse spécialisée que la production de pétrole est loin de faire l'objet de la moindre prévision, puisque tout bonnement Brega et Ras Lanouf sont sous contrôle de la résistance libyenne et que Zaouiah connaît des assauts incessants.

MOUAMMAR KADHAFI 10.jpg

Ceci n'est qu'une partie de la liste des vérités qui ont fini par gagner une opinion qui grossit à vue d'œil. A leur lumière on pourra comprendre pourquoi le «nouveau pouvoir» reproche à l'OTAN de «ne pas faire assez» et pourquoi le colonel Roland Lavoie, porte-parole de l'opération «protecteur unifié» lui répond que «l'Otan n'a pas pour objectif d'apporter un soutien aux forces du CNT au sol». Dans la foulée, bientôt, il faudra bien que soit mise sur la table cette escroquerie criminelle de «protection des civils».


Par Ahmed Halfaoui


Source : LES DEBATS.COM

vendredi, 23 septembre 2011

LA LIBYE NE SERA JAMAIS CONQUISE !

SNIPER - SYRTE.jpg

Tribune libre de Djerrad Amar.



Sept mois de bombardements par l’OTAN. Contre des civils, un carnage, de la rapine, des mensonges, de la tromperie, de la diversion et de la désinformation perpétuelle n’ont pas pu arriver à faire plier un peuple de 6 millions d’habitants et qui vient de surcroît de commencer sa résistance ! Quelle victoire a bien remporté l’OTAN ? L’OTAN – dont-il ne reste en Libye que la France de Sarkozy et la Grande-Bretagne de Cameron – connaît Pyrrhus !

Les retraits des villes des forces armées libyennes est, en effet, purement tactique car l’OTAN s’en sert comme argument– répondant à son objectif – pour viser les populations en bombardant en permanence les cités, en coupant l’eau et l’électricité mais aussi en empêchant l’approvisionnement des populations en nourriture et médicaments. C’est donc pour protéger les populations, en particulier, que ces retraits sont décidés.

Cette tactique s’avère un piège redoutable. Malgré le retrait, les « rats » de l’OTAN n’arrivent pas à occuper les villes, y compris Tripoli, car ils rencontrent une forte résistance de la population qui pratique maintenant la guérilla et subissent de lourdes pertes face aux tireurs d’élite et ce, par le témoignage même de « Reuters » qui rapporte que des centaines de cadavres « d’insurgés » jonchent les rues ayant reçu une balle soit au front soit au niveau du cœur. Ceux qui y entre n’en sortent pratiquement jamais. Selon des rapports que la presse ne diffuse pas, les « insurgés » refusent les ordres d’avancer. La débandade et la démoralisation sont réelles sur tous les fronts. De plus, l’OTAN n’arrive plus à mobiliser car la « chair à canon » n’est pas illimitée. Elle n’arrive plus à remplacer les centaines de morts que lui infligent les forces libyennes composées de dizaines de milliers de volontaires libyens (les renforts des tribus arrivent tous les jours) et de l’armée. Elle n’arrive pas aussi à renforcer un front par le transfert par manque d’effectifs au risque d’en dégarnir un autre.

Combien l’OTAN a bien pu avoir mobilisée ? 6000, 10 000 ? Exagérons à 20 000 !! Elle en a sacrifiée combien de ces clowns, sales, affreux et désorganisés ? Bien plus de 10 000. Il reste disons 10 000 au maximum (sans possibilités de remplacement sinon pourquoi en importer), totalement démoralisés car se sachant vaincus, sans but que de se faire un « capital » par le vol et la rapine (puis déguerpir), actes qui deviennent de moins en moins possibles depuis que les Libyens ont totalement réorganisés leurs troupes, changés de stratégie et de tactique face à la folie, aux turpitudes, l’empressement, la précipitation et les tâtonnements de l’OTAN. Donc 10 000 face à des dizaines de milliers motivés car défendant une cause juste ; leur pays et leur honneur ayant l’avantage du terrain, l’endurance et le temps. Au vu de l’évolution des choses ce nombre restant – inextensible –sera réduit à zéro en moins d’un mois !

C’est dans le sens de l’échec qu’il faut comprendre la diversion de Sarkozy et Cameron, singés par le vassal Erdogan de Turquie, à l’approche de la réunion du Conseil de Sécurité même s’il ne faut pas trop y compter. C’est bien de sortir de ce guêpier aux conséquences politiques et économiques, voire personnelles, désastreuses. « Nous vous avons aidé dans votre révolution, vous voici donc à la capitale, à vous de poursuivre maintenant les réformes en tenant vos promesses. Nous on se retire »semblent dire ces deux idiots utiles, à un CNT qui s’avère être un ramassis hétéroclites de bras cassés, désunis, incompétents, sans consistance et sans vision ni projet. Même l’ONU, si force de « police internationale» de 5 000 hommes il y aura, ne sera d’aucun secours ou utilité face à un peuple déterminé à défendre son pays. Le pétrole tant convoité ne dépassera pas les côtes libyennes. Il sera visé en priorité avec ses sociétés prédatrices, ses personnels, ses bateaux, ses pipe-lines etc. Toutes les forces étrangères, sur le sol libyen, seront la cible légitime des Libyens. Elles seront terrorisées et traquées en permanence jusqu’à leur disparition.

L’enlisement est bien visible. La Libye ne sera jamais conquise. L’OTAN n’est plus qu’un géant aux pieds d’argile, l’ONU une escroquerie, les médias un instrument de propagande, les «journalistes » désormais des propagandistes et agents doubles, au service de la« démocratie » des « libertés » imaginaires, bien plus au service des mensonges et des leurres ! Le monde doit donc être refait sur d’autres bases, d’autres règles, d’autres pôles. L’échec est le débouché inexorable de tout ce qui est construit sur du faux, le mensonge, la falsification et l’escroquerie !

La Libye est bien l’endroit où les prétendues « valeurs universelles », dont se prévaut l’Occident autoproclamé «gardien du bien », sont mises à nues en s’avérant tromperies, où les institutions et organisations dites « internationales » chargés de défendre des droits, des principes et prévenir les conflits, se confirment être des instruments de domination et hégémoniques au service du Grand capital.


Source : Le blog d’Allain Jules

mercredi, 31 août 2011

LIBYE - TEMOIGNAGE D'UN ANCIEN LIEUTENANT-COLONEL RUSSE PRESENT SUR PLACE: L'OTAN COMMET UN MASSACRE A SYRTE ET RASE LA VILLE




BOMBARDEMENT OTAN SYRTE.jpg

Pour la troisième journée consécutive, des avions de l'OTAN lancent des missiles et bombardent massivement la ville de Syrte, ville natale de Mouammar Kadhafi, ne permettant pas à quiconque de s'échapper. Le périmètre de la ville est entouré de points de contrôle « rebelles », derrière lesquels se trouvent des unités des forces spéciales de la Grande Bretagne, de la France, du Qatar et des Émirats arabes unis.


La sortie de la ville est complètement bloquée. Ni les femmes, ni les enfants ne sont autorisés à la quitter. Les hommes qui tentent de quitter la ville avec leurs familles, sont capturés puis fusillés. Leurs familles sont renvoyées dans la ville sous les bombardements. « Il n'y a pratiquement aucun moyen d'enterrer les cadavres », a déclaré dans une lettre qui a été reçu à Argumenty.ru, ce matin. L'auteur est un ancien officier de l'armée soviétique et des services spéciaux russes, qui est maintenant à Syrte.

Ilya Korenev, cet ancien officier de l'URSS et des forces spéciales russes, est un ancien lieutenant-colonel, que la rédaction d'Argumenti.ru a précédemment qualifié de « source », et qui assume être proche du colonel Kadhafi, a décidé de mentionner son nom dans la lettre.

« Dans la ville, jusqu'à présent, pas de troupes (ndlr : pas « d'armée » loyaliste, stricto sensu) : les rebelles ou les forces spéciales n'ont pas osé entrer. Dans la nuit, il y avait beaucoup de petites provocations afin d'essayer d'établir la présence et l'emplacement de troupes gouvernementales. Plusieurs petites escouades de rebelles ont tenté une action pour sonder dans la nuit et les reconnaître, mais ils ont été détruits. En même temps, un avion de reconnaissance télécommandé d'espionnage sans pilote, « drone », qui était en l'air, répertoriait les défenses de la ville. Une heure après, les attaques aériennes ont commencé sur les cibles ainsi repérées. Cependant, les défenseurs de la ville avaient déjà quitté leurs positions pour d'autres endroits », écrit le lieutenant-colonel.

Selon lui, « la situation ressemble au terrible hiver de 1995 à Grozny, Tchétchénie, où tout ce qui bougeait était bombardé, sans aucun bon système de guidage ou sans coordonnées précises. La seule différence était que la Russie et l'armée de l'air n'avaient pas beaucoup de combustible, donc les vols n'étaient pas aussi intenses que ceux d'aujourd'hui. Pour le moment, les forces aériennes de l'OTAN sont en opération quasiment 24 heures sur 24. ».


Source : COMITE VALMY