topblog Ivoire blogs

jeudi, 30 décembre 2010

A CHARLES BLE GOUDE, LEADER DES JEUNES PATRIOTES : NE CEDEZ PAS A LA PROVOCATION !

 

CHARLES BLE GOUDE.jpg

Dans une interview accordée à la presse à la faveur d'un meeting qu'il a animé à la place CP1, dans la commune de Yopougon, en lieu et place du giga-meeting annoncé pour se tenir à la place de la République, le 29 décembre 2010, Charles BLE GOUDE, le leader des jeunes patriotes a promis donner, après le 1er janvier, un mot d'ordre de libération de l'Hôtel du Golf.

Dans le principe, il est juste de mettre fin à tous ces appels insurrectionnels (même s'ils ne sont suivis par personne) lancés par ADO et ses lieutenants depuis cet hôtel et à la bravade des autorités républicaines de Côte d'Ivoire.

Mais le risque est énorme que cette confrontation avec les rebelles et les forces étrangères qui les soutiendront immanquablement ne dégénère en une tuerie effroyable dont la Côte d'Ivoire doit absolument faire l'économie. Cela est d'autant à craindre que les jeunes qui sortiront par milliers pour déloger Alassane OUATTARA et sa clique auront les mains nues et donc seront des cibles faciles pour les canons des insurgés retranchés dans cet hôtel. En ce moment, le pays n'a pas besoin de martyrs. Ceux qui ne veulent pas du président que nous avons réélu veulent se donner les moyens de l'enlever du pouvoir. Eh bien, qu'ils le fassent eux-mêmes et qu'ils en payent les conséquences par le bras de DIEU qui ne manquera pas de les détruire. Nous ne devons pas les y aider. Même indirectement. Leur fin est déjà arrêtée par devers l'ETERNEL. Laissons-les donc venir. DIEU seul mènera ce combat pour nous. Mettons toujours la raison de notre côté et faisons confiance à la sagesse de celui qu'Il a revêtu de son autorité pour gouverner la Côte d'Ivoire, étant entendu qu'« il n'y a point d'autorité qui ne vienne de DIEU », comme nous l'enseigne les Ecritures Saintes, dans l'Epître aux Romains, chapitre 13 : verset 1.

Dans notre entendement, le peuple doit rester à l'écoute et attendre les consignes de son chef. C'est le seul chemin de salut pour nos populations qui subissent déjà des exactions assez insupportables de la part des rebelles dans les zones CNO. L'assaut final doit être enclenché par les ennemis de la Côte d'Ivoire et non par nous. Cette crise a une dimension spirituelle incommensurable, indubitable. Il faut donc manœuvrer avec prudence. Ne nous laissons pas pousser à la faute par des provocations faites à dessein. Avançons avec circonspection et sagesse. La victoire viendra au temps marqué et elle ne tardera pas. Si ADO et ses sbires veulent encore prendre quelques vacances à l'Hôtel du Golf que gêne-t-il ? Le moment venu, ils seront déguerpis par ceux dont c'est le métier et qui sont équipés à cet effet.

En conséquence de ce qui précède, nous vous prions, « Général », de renoncer à cette entreprise aux issues incertaines et qui comporte des risques de dérapage totalement imprévisibles. Vous avez donné une si brillante leçon à vos adversaires, le 29 décembre, relativement au grand rassemblement reporté de la Place de la République. Continuez sur cette lancée. Ce n'est pas de la faiblesse, bien au contraire ! Nous voulons le triomphe de la vérité et de la justice : ne prêtons donc pas le flanc aux provocations et ne menons pas notre jeunesse à une action qui pourrait déboucher sur un drame national. Prudence et sagesse, toujours prudence et sagesse, pour le triomphe de la vérité et de la justice en Côte d'Ivoire !

 

Que DIEU bénisse la Côte d'Ivoire!



DINDE Fernand AGBO

mercredi, 29 décembre 2010

L'ABECEDAIRE 2010 DE MAHALIA - SPECIAL COTE D'IVOIRE

ABECEDAIRE.jpg

Appel : Il y a des signes qui ne trompent pas. Il est difficilement imaginable qu'un homme politique qui postule à la magistrature suprême d'un pays puisse le faire avec l'intention de nuire. D'aucuns sont attirés par le pouvoir, certains viennent avec des idéaux, d'autres avec la volonté de se rendre utiles ou de faire mieux que leurs prédécesseurs, beaucoup ratent leurs objectifs et déçoivent ceux qui ont cru en eux, mais jamais il n'avait été possible d'envisager qu'un homme puisse prétendre présider aux destinées d'un pays dans le dessein de le détruire. Jamais, avant Alassane Dramane Ouattara et sa clique. Nous les avons entendus appeler la «communauté internationale» à faire usage de la force contre le peuple qu'ils prétendent diriger. Cela, rien ni personne ne pourra jamais l'effacer de notre mémoire collective et individuelle. Bien sûr, se souvenir que Ouattara n'est pas ivoirien relativisera quelque peu notre stupeur, mais enfin ! Dans la série des appels demeurés lettre morte, nous nous souvenons également de l'appel à marcher sur la primature le 17 décembre dernier, pour y installer Guillaume Soro. Pas un chat sur les routes, rien. Les quelques excités qui ont tenté de prendre d'assaut la RTI la veille se sont sans aucun doute rendus compte qu'aucun de ceux qui les avaient envoyés au casse-pipe ni aucun membre de leurs familles n'étaient à leurs côté dans cette entreprise périlleuse et hors-la-loi. Plus près de nous, l'appel à la grève générale du 27 décembre, qui a eu autant d'impact à Abidjan que le battement d'aile d'un papillon en Papouasie Nouvelle-Guinée. L'appel a été si royalement ignoré par le peuple ivoirien que même les média occidentaux, pourtant fers de lance de la conspiration anti-démocratique en Côte d'Ivoire, ont été obligés de reconnaître son échec total. Que dire des infructueux appels répétés à la soumission à l'intention des Forces de défense et de sécurité, les Forces armées nationales de Côte d'Ivoire, qui font corps comme un seul homme derrière le président élu Laurent Gbagbo ? Il faut dire que l'Etat-major des forces loyalistes en Côte d'Ivoire hésite entre le fou rire et l'écœurement, en entendant ceux qui sont responsables des massacres de leurs frères d'armes et de leurs concitoyens, oser leur demander de leur faire allégeance à peine un jour après avoir réclamé que des forces militaires étrangères viennent les combattre ! Si avec tout ça, la «communauté internationale» fait encore semblant de croire que les Ivoiriens ont élu Ouattara, c'est qu'elle a vraiment urgemment besoin d'un ORL-ophtalmologue.

Banque mondiale
: Cette institution financière internationale (IFI) est, avec le Fond monétaire international ou la Banque Africaine de Développement, l'un des principaux assassins des économies africaines. Aussi n'est-il pas étonnant de voir que la BM et le FMI ont été parmi les premiers à réagir à la réélection - malvenue de leur point de vue - de Laurent Gbagbo au détriment de leur poulain, Alassane Dramane Ouattara, pur produit de Bretton Woods. Ces institutions a fortiori économiques, ont annoncé le gel de leurs «aides» et investissements en Côte d'Ivoire et leur intention de ne donner suite qu'aux desiderata de la poupée ventriloque qu'elles tentent en vain depuis une décennie de placer à la tête du pays phare de l'Afrique de l'Ouest. D'une part, il paraît utile de leur signaler que l'Etat et le peuple ivoiriens ne se reconnaîtront pas dans les prêts et engagements contractés par le putschiste Ouattara. Ensuite, sans doute ne savent-elle pas qu'elles nous ont, par leur prise de position partisane et anticonstitutionnelle, rendu un des plus fiers services qu'il nous ait été donné d'imaginer. Parce que nous ne voulons plus d'elles non plus. Et cette ingérence intolérable dans les affaires intérieures de la Côte d'Ivoire nous donne non seulement l'occasion, mais également la légitimité de rompre toute relation avec ces suppôts de l'asservissement économique des peuples africains. Nous ne sommes donc plus tenus de rembourser une «dette odieuse», pour paraphraser le qualificatif utilisé par Eric Toussaint, du CADTM (Comité pour l'annulation de la dette du tiers-monde), parce que contractée par des despotes imposés par les puissances coloniales à des fins autres que le développement, l'épanouissement et l'amélioration de la qualité de vie de ceux au nom de qui les emprunts ont été effectués, à savoir les populations africaines. En effet, le système mis en place pour saboter le développement des peuples noirs est d'une remarquable perversité. «Les crédits sont utilisés pour acheter des biens et des services proposés par les pays prêteurs. Et ils visent l'exécution de projets qui répondent davantage aux impératifs d'exportation de ces Etats qu'aux besoins des pays emprunteurs. Ces projets, loin de promouvoir le développement, servent au contraire à remplir les carnets de commandes des firmes occidentales et à enrichir les élites des pays bénéficiaires» confirme l'économiste sénégalais Sanou Mbaye. L'accès aux capitaux passant obligatoirement par une adhésion totale aux desideratas de l'Occident, en acceptant l' «aide» des IFI, nous leur donnons de facto la tutelle de notre fonctionnement économique, politique et social. Rien qu'avec les sommes astronomiques qui étaient dévolues à ces remboursements, nous pourrons donc dorénavant faire plus pour le développement de notre pays qu'avec les «aides et investissements» coupe-gorges que ces messieurs de New York pensent agiter comme une épée de Damoclès au-dessus de nos têtes. Bon débarras !

Charniers
: Normalement, il devrait être interdit de rire d'une chose aussi affreuse qu'un charnier. Les images des corps jetés dans des fosses communes par les génocidaires Hutus épaulés par la soldatesque française de la force Noroît, sous les yeux impavides des forces onusiennes lors de l'hécatombe rwandaise qui, en 1994, fit près d'un million de victimes en cent jours, sont en effet encore trop horriblement gravées dans nos mémoires. Il aura fallu attendre que Guillaume Soro et Alassane Dramane Ouattara prennent à témoin la «communauté internationale» pour rendre loufoque l'évocation de charniers. Les 20 décès consécutifs à la marche insurrectionnelle du jeudi 16 décembre 2010, à laquelle ils avaient fort gaillardement invité leurs partisans sans pour autant y participer eux-mêmes, leur paraissant sans doute trop insignifiants, surtout lorsque l'on considère que parmi eux il y a 9 membres des forces de l'ordre loyales à Laurent Gbagbo et que les autres victimes ne sont pas attribuables à tel ou tel camp, voici donc nos deux nouvelles 'Mère Théresa' de l'hôtel du Golf qui commencent à faire de la surenchère funéraire, avec la même dextérité que celle qui leur a servi au bourrage des urnes en zones CNO lors de l'élection présidentielle. Nous passons donc en un clin d'œil à 50 morts, puis 173, puis 200, en attendant d'arriver aux milliers qui justifieraient peut-être l'incompréhensible appel d'offre lancé par l'Onuci le 27 septembre 2010 (un mois avant le premier tour de l'élection présidentielle) pour la prestation de services mortuaires incompatibles avec leur mission initiale de «paix». A moins que la très partisane ONU ait eu besoin de nettoyer les ravages commis par les hommes de Soro et Ouattara, experts unanimement reconnus en carnages en tout genre, ainsi qu'en témoignent les massacres des soixante gendarmes et de cinquante de leurs enfants en 2002, les tueries de Bouaké en 2008, sans parler de toutes les atrocités auxquelles ils se sont livrés et continuent de le faire, avec l'onction de leurs commanditaires que sont Nicolas Sarkozy et son bras armé dans la sous-région, l'assassin-président Blaise Compaoré. Les centaines de milliers de déplacés de guerre depuis 2002, violés, torturés, estropiés, pillés peuvent en témoigner concrètement.

Documentaire
: S'il est un documentaire qui peut être qualifié de hit de l'année de ce côté-ci de l'hémisphère, c'est bien «La Françafrique» du réalisateur Patrice Benquet. La première partie, intitulée 'La raison d'Etat', remonte aux sources du mal et donne un sérieux coup de projecteur sur les coulisses toujours malodorantes et souvent sanglantes de la politique africaine de la France mise en place par Jacques Foccart à la demande du Général de Gaulles, à la suite de l'indépendance de l'Algérie. Le second volet 'L'argent roi', bien qu'abordé beaucoup plus superficiellement, éclaire néanmoins sur les mécanismes actuels utilisés par l'Etat français, qui se cache dorénavant derrière les multinationales gauloises pour maintenir la strangulation économique des nations africaines. Mais il existe beaucoup d'autres documents que chaque Africain digne de ce nom devrait avoir lus et visionnés pour mieux appréhender le phénomène de domination auquel nous sommes soumis. Il y a «Tuez-les tous», époustouflant documentaire sur le génocide rwandais de Raphaël Glucksmann ; «Mort à Genève», de Frank Garbely retraçant l'assassinat de l'indépendantiste camerounais Félix Moumié par les services secrets français ; «La victoire aux mains nues», de Sidiki Bakaba qui documente les massacres des populations ivoiriennes par l'armée française en novembre 2004 ; «Mobutu, roi du Zaïre», de Thierry Michel, narrant avec une rare richesse historique l'élimination de Patrice Lumumba et son remplacement par une marionnette aux ordres en la personne de Mobutu Sese Sekoko ; «L'homme qui dirigeait l'Afrique» portrait par Cédric Tourbe du concepteur de la Françafrique Jacques Foccart... Dans la famille des films grand public, nous trouvons : «The great debaters» de Denzel Washington ; «Lord of war» de Andrew Nicol ; «Hotel Rwanda» de Terry George; «Malcolm X» de Spike Lee ; «Invictus» de Clint Eastwood ; «Cry Freedom», de Richard Attenborough ; «Blood diamonds» de Edward Zwick ; «Lumumba» de Raoul Peck ; «1802, l'épopée guadeloupéenne» de Christian Lara : «Amistad», de Steven Spielberg ; «Rue Cases-Nègres» d'Euzhan Palcy etc. sans oublier la classique série télévisée «Roots» tirée du légendaire roman d'Alex Haley. Petit échantillon à avoir dans sa bibliothèque : Walter Rodney, Chinua Achebe, Frantz Fanon, Cheikh Anta Diop, Mongo Beti, Bernard Dadié, Aimé Césaire, Toni Morrison, François-Xavier Verschave ainsi que les «Mémoires» de Jacques Foccart, «Renaissance africaine» de Thabo Mbeki et «The white man's burden», de William Easterly.

Erreurs
: Laurent Gbagbo, aujourd'hui accusé de tous les maux par une «communauté internationale» qui se résume à la France, aux USA, à l'Union européenne et aux quelques vassaux dédiés aux basses manœuvres que la France a mis au pouvoir dans certains pays de son pré carré, est coupable. Non pas d'avoir «volé» les élections, comme se plaisent à le pérorer avec de moins en moins de résonnance les alliés étrangers de son adversaire battu. Mais d'avoir fait preuve de trop de malléabilité et de bonne foi. Georges Frêche, figure emblématique de la gauche française, disait encore il y a peu : «On ne fait pas 40 ans de vie politique en étant un perdreau de la dernière couvée. La politique est un monde rude, où les trahisons sont monnaie courante et où les assassinats sont la norme.» La première erreur de Gbagbo a été de ne pas traduire les dirigeants français devant la Justice pour les massacres des Ivoiriens aux mains nues en novembre 2004, et de n'avoir pas exigé le départ immédiat de l'armée française d'occupation (le 43è BIMA et la force Licorne), auteur desdites tueries. Sa deuxième erreur a été de ne pas procéder à la création d'une monnaie ivoirienne dans la foulée de cette agression barbare. Sa troisième faute est sans conteste l'accord politique de Ouagadougou. On ne dialogue pas avec ses ennemis. On ne leur fait pas confiance. On les bat. Et quand ils sont assommés par terre, on n'attend pas qu'ils se réveillent pour leur tendre une main chevaleresque qui les aidera à se relever, mais on les écrabouille. L'accord politique de Ouagadougou est certainement l'acte le plus «perdreau de la dernière couvée» du président ivoirien. Certes, il est en adéquation avec la philosophie pacifique qui caractérise sa carrière politique, mais était-il viable pour autant ? Gbagbo a également naïvement cru qu'en faisant quelques concessions à la France, comme le renouvellement du contrat d'exploitation de la Sodeci ou l'octroi du terminal à conteneur à Bolloré, il obtiendrait la paix des braves de la part du brasseur de vent qui a succédé à Jacques Chirac. Sa cinquième erreur est d'avoir accepté d'aller aux élections sans que les rebelles ne remplissent la condition préalable du désarmement. L'accord politique de Ouagadougou, que tant de patriotes ont eu du mal à digérer, stipule clairement que les élections ne devaient avoir lieu que deux mois après la fin du désarmement effectif des rebelles. Ne pas avoir été intransigeant sur cette condition est très grave et la chose que les Ivoiriens peuvent le plus lui reprocher. Mais cinq erreurs en huit années de crise, de guerre et de rébellion, ce n'est pas une si mauvaise statistique, l'essentiel étant que ces fautes ne se répètent pas, et que Laurent Gbagbo fasse dorénavant preuve d'une extrême fermeté dans la gestion des affaires de la Côte d'Ivoire. Intransigeance absolue avec les ennemis de la Nation. Cela implique, de façon non exhaustive, la rupture des relations diplomatiques avec la France et le Burkina Faso, la mise aux arrêts de tous les individus ayant attenté à la souveraineté et à l'intégrité de l'Etat, la sortie de l'Union économique et monétaire ouest-africaine, la négociation de conventions commerciales dans l'intérêt bien compris du peuple ivoirien, sans compter la suspension du remboursement de la dette odieuse contractée par les précédents chefs d'Etat auprès des institutions financières internationales telles la Banque mondiale (BM) et le Fond monétaire international (FMI).

Françafrique
: Il y a des gens qui ont découvert la Françafrique en regardant le documentaire du même nom diffusé le 9 décembre dernier dans l'émission Infrarouge de France 2. Mieux vaut tard que jamais. Pour ceux qui auraient raté l'aperçu donné à la télévision, voici donc un petit cours de rattrapage. «La France n'est grande que quand elle grimpe sur les épaules de l'Afrique» disait il y a quelques années un ancien ambassadeur américain en Angola. Et c'est en effet pour «justifier» son rang de puissance internationale, notamment à l'ONU, et pour assurer sa stabilité et son développement économiques que l'Hexagone tient à tout prix à asseoir son maintien du contrôle politique sur les Etats africains de l'ancien empire colonial français et à entretenir l'exploitation quasi monopolistique des richesses de ces mêmes Etats au profit des intérêts français. C'est pour assurer la pérennisation de ces objectifs  de domination néocoloniale et afin de mettre hors d'état de nuire tout groupe ou individu qui, tel Olympio, Sankara ou aujourd'hui Gbagbo, les menace, que les hommes politiques français, qu'ils soient de droite ou de gauche,  ont, dans un bel ensemble,  développé une passion pour les changements de régimes (Burkina Faso, Niger, Guinée), les élections truquées (Gabon, Togo, Centrafrique), les rebellions préfabriquées (Côte d'Ivoire). Le renversement par les armes ayant failli dans ce dernier cas, l'innovation en la matière aura eu lieu cette année, avec la désignation péremptoire de Dramane Ouattara comme «vainqueur déclaré par la communauté internationale» de l'élection présidentielle ivoirienne, faisant fi du choix des urnes, entériné par le Conseil Constitutionnel - par ailleurs plus haute juridiction éburnéenne et seul autorisé à proclamer les résultats définitifs d'une élection présidentielle en Côte d'Ivoire -, qui atteste de la réélection effective de Laurent Gbagbo à la magistrature suprême. Une fois les dictatures inféodées à Paris installées, elles ont pour mission de sécuriser la chasse gardée et les investissements français en écartant toute possibilité de réelle concurrence internationale dans les pays concernés. La pierre angulaire de ce système de prévarication des économies africaines est une nébuleuse politico-économique communément appelée «Françafrique». Celle-ci rassemble d'une part une poignée de groupes français (Bolloré, Bouygues, Total, France Telecom, CFAO, Société Générale, Veolia, Areva) disposant de positions hégémoniques dues à leurs connexions politiciennes et non comme résultat d'une supériorité de leurs offres lors de libres confrontations avec la concurrence mondiale. De l'autre, elle est constituée d'un magma de réseaux qui monopolisent des «contrats d'assistance technique» plus ou moins réels ou pertinents et participent de façon active à la fuite des capitaux pour le compte des élites collaboratrices locales, au financement occulte des partis politiques français ainsi qu'à leur enrichissement personnel. Afin de parvenir à ses fins, l'Etat français n'hésite pas à instrumentaliser l'Organisation des Nations Unies (ONU), l'Union Européenne (UE) et même la Communauté Economique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) et l'Union Africaine (UA), pour permettre à l'Hexagone de répartir le coût financier, militaire et diplomatique de sa politique sur des contribuables internationaux, alors que les bénéfices restent, eux, fermement en France. C'est dans cette optique que s'inscrivent aujourd'hui les menaces aberrantes d'une intervention militaire en Côte d'Ivoire agitées avec l'aide de quelques chefs d'Etat valets de la sous-région.


A suivre...


Mahalia Nteby, le 28 décembre 2010

Source: SAOTI, Le Blog de Mahalia Nteby

POPULARITE D'ALASSANE DRAMANE OUATTARA EN COTE D'IVOIRE

OPERATION VILLE MORTE A ABIDJAN.jpg

 

A l'attention de la "communauté internationale": Quand le perdant des élections présidentielles du 28 novembre dernier appelle à une grève générale pour le soutenir, tous les Abidjanais sortent pour aller travailler. Côte d'Ivoire: 1 - Ouattara: 0. Une photo vaut mieux que mille mots.


Source: SAOTI, Le Blog de Mahalia Nteby

ATTAQUE MANQUEE D’AZITO ET TENTATIVE D’INFILTRATION DU GOLF - L’ONUCI VOULAIT EMBRASER ABIDJAN, HIER



BASE ONUCI.jpg

Au moment où trois chefs d'Etat de la CEDEAO arrivaient à Abidjan pour rencontrer le Président Gbagbo et comprendre l'ampleur de la fraude du RDR ainsi que les atteintes aux Droits de l'Homme commises par les militants du parti centriste, l'ONUCI avait un plan secret derrière la tête.


Croyant à un relâchement du dispositif de sécurité dans le Distinct d'Abidjan, les spadassins de Ban Ki-moon et Sarkozy ont tenté d'envahir la centrale thermique d'Azito à Yopougon Niangon. Dans le même temps, les fameux Casques bleus ont essayé de pénétrer au Golf Hôtel avec un fort contingent d'hommes et de matériel militaire certainement destinés à ravitailler la coalition rebelle. Retour sur une journée au cours de laquelle Choï et ses sofas ont failli enflammer Abidjan. Il est 10 h passées de quelques minutes lorsque du côté du domicile du ministre Mel Théodore, les soldats des Fds commis à la sécurisation interceptent un impressionnant convoi de l'ONUCI qui tentait de forcer leur dispositif de sécurité. Les Fds s'interposent et interrogent le responsable de l'équipage de l'ONUCI sur l'itinéraire des fameux Casques bleus. Ils s'entendent dire que l'équipage se rendait au Golf Hôtel pour disent-ils effectuer une relève. A cet argument fallacieux, les Fds rétorquent que le chef de l'Etat a déjà ordonné, pour ne pas dire demander aux occupants du Golf Hôtel de rejoindre leurs domiciles respectifs. Il n'est donc plus question de faire perdurer la tempête du verre d'eau au Golf.

Mais, ce qui a intrigué les Fds, c'est le nombre de véhicules composant le cortège. Il s'agissait environ d'une vingtaine de véhicules, 17 précisément. Sur ces 17 véhicules, l'on comptait 2 véhicules de transport de troupes. Et ce sont 52 soldats bangladais, puissamment armés qui voulaient renforcer leurs compères retranchés avec la rébellion au Golf Hôtel. Devant la fermeté des soldats ivoiriens, les curieux Casques bleus font mine de rebrousser chemin et reviennent sur leurs pas, empêchant l'armée ivoirienne de bien contrôler les véhicules qui arrivaient dans le dispositif. Au vu de la tournure des évènements, le Groupe d'escadron blindé de la gendarmerie nationale (Geb) est alerté. Sans perdre une seconde, les hommes du commandant Abéhi Jean Noël se déportent sur les lieux avec une force de frappe à même de parer à toute éventualité.

Arrivés sur place, les gendarmes commandos et les militaires d'Akouédo en faction ne s'encombrent pas de fioritures pour indiquer à l'ONUCI que leur tentative d'infiltration du Golf Hôtel a échoué et qu'ils doivent immédiatement quitter les lieux pour éviter un accrochage. C'est la queue entre les jambes que les fameux Casques bleus prennent la poudre d'escampette dans la mesure où leur présence avait commencé à attirer des curieux qui devenaient de plus en plus nombreux et menaçants. Ce cortège refoulé, un autre véhicule 4x4 avec à son bord 5 personnes (encore des fameux Casques bleus) est revenu peu de temps après à la charge. ''Gentiment et poliment'', les soldats leur ont demandé de rebrousser chemin en attendant de recevoir des instructions de leur hiérarchie. Aux environs de 12h, la situation du côté de Cocody-Riviera était calme et est redevenue normale.


Source : Quotidien LE TEMPS

RENCONTRE AVEC LES EMISSAIRES DE LA CEDEAO AU PALAIS : GBAGBO MARQUE DE BONS POINTS



CHEFS D'ETATS CEDEAO.jpg

In Le Nouveau Courrier N°165 du 29 Décembre 2010 par Benjamin Silué


Ernest Koroma, Yayi Boni et Pedro Pires ont rencontré, successivement, Young-Jin Choi de l'Opération des Nations en Côte d'Ivoire, le chef de l'Etat Laurent Gbagbo et Alassane Ouattara, hier.


L'occasion était donnée, hier, aux émissaires de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cedeao) pour donner les raisons de leur présence en terre ivoirienne, mais surtout de prêter une oreille attentive à leur hôte, Laurent Gbagbo qui les a reçus «en frère» à son palais, au Plateau.

Après avoir «menacé» le chef de l'Etat ivoirien d'un recours à la force, la Cedeao a donc décidé d'envoyer les présidents du Bénin, de la Sierra Leone et du Cap-Vert en Côte d'Ivoire comme émissaires chargés de remettre un ultimatum à Laurent Gbagbo. L'un des émissaires, membre de la délégation d'Abidjan, Pedro Pires du Cap Vert, connaissant certainement le dossier ivoirien, avait déjà écarté l'usage d'une «intervention militaire», et opté pour la négociation. Bien plus, le dialogue, comme l'a toujours préconisé le président Laurent Gbagbo. Ce qui sous-entend que chaque acteur aura à exposer ses griefs.

Hier, déjà, selon une source crédible, le chef de l'Etat ivoirien, durant plus de 2 heures d'horloge, a brandi les preuves qui le donnent gagnant de l'élection présidentielle, mais surtout qui le motivent à faire face à l'adversité de la communauté internationale cornaquée par Sarkozy, parrain de Ouattara. De la traque de ses représentants dans les bureaux de vote au nord par les pro-Ouattara, appuyés d'hommes armés de la rébellion des Forces nouvelles, aux fraudes massives, le chef de l'Etat ivoirien, proclamé vainqueur par le Conseil constitutionnel, seule institution habileté à le faire, n'a pas laissé ses hôtes sur leur faim. Les homologues de Laurent Gbagbo sont restés pantois, rapporte notre source. Démontrant que la distance et le lynchage médiatique, orienté, d'une partie de la presse occidentale, à l'agenda caché, a eu raison de personnes naïves. En témoigne les propos du président béninois Yayi Boni, qui a noté, au sortir de cette rencontre, que «les choses se sont bien déroulées». Le président Laurent Gbagbo, qui les a reçus avec les accolades, tout sourire, les a raccompagnés le visage très rayonnant. Pour qui connaît le chef de l'Etat ivoirien, les nuages se dissipent progressivement. Comme quoi, le mensonge court plus vite que la vérité qui finit par le rattraper.

Notre source indique que les présidents Sierra Léonais, Ernest Koroma, Béninois, Boni Yayi et le Capverdien Pedro Pires ont décidé de jouer la carte politique pour régler le différend né au lendemain du second tour du scrutin présidentiel en Côte d'Ivoire. A l'issue de la deuxième rencontre qui a eu lieu tard dans la nuit, le chef de l'Etat ivoirien a espéré recevoir ses homologues dans les prochains jours. Il reste à espérer que les énormes pressions qu'ils subissent de la part d'acteurs étrangers à l'Afrique n'auront pas raison de leur option pleine de sagesse.


Source: LE COURRIER D'ABIDJAN

mardi, 28 décembre 2010

COTE D'IVOIRE: INTERVENTIONNISME SOUS COUVERT DE COMMUNAUTE INTERNATIONALE


ALBERT BOURGI.jpg

Albert Bourgi, professeur de Droit Public à l'Université de Reims


Jamais dans l'histoire des relations franco africaines, une crise n'aura soulevé autant de parti pris mediatico politique en France que celle que vit la Côte d'Ivoire depuis bientôt une dizaine d'années.

Aujourd'hui, comme hier en septembre 2002, lors du déclenchement d'une rébellion militaire ouvertement soutenue, voire totalement planifiée par un Chef d'État voisin, Blaise Compaoré, et fait inédit en Afrique subsaharienne, coupant le pays en deux, l'opinion publique africaine et internationale s'est vue servir une interprétation unilatérale, voire tronquée, des événements.

Et pour couronner le tout, voire pour conforter le courant d'opinion, la position officielle française s'est réduite à accabler le Chef de l'État ivoirien, Laurent Gbagbo, à voir en lui le seul responsable de la rébellion qui a provoqué la partition du pays, et aujourd'hui, de la crise post électorale.

Or dans l'un et l'autre cas, hier avec Jacques Chirac, aujourd'hui avec Nicolas Sarkozy, selon des méthodes différentes, l'objectif est le même : évincer coûte que coûte Laurent Gbagbo du pouvoir, et préserver la cohésion du pré carré français en Afrique.

En 2002, en 2004, après le bombardement de Bouaké et l'intervention directe des troupes françaises dans Abidjan, comme en 2005, 2006, à travers la tentative de mise sous tutelle de la Côte d'Ivoire, et bien entendu aujourd'hui, par le biais d'un processus électoral totalement dévoyé, il ne s'agit de rien d'autre que de se débarrasser d'un homme qui aux yeux de l'ancienne Puissance coloniale, remettait en question son emprise politique en Afrique.

A chacune des étapes de cet interventionnisme français, le mode opératoire est identique : mettre en avant les organisations régionales africaines au sein desquelles siègent les Chefs d'État adoubés par la France et dont la traduction la plus parfaite est incarnée par d'anciens auteurs de coups d'État reconvertis à la pseudo démocratie, à l'image d'un Blaise Compaoré ou d'un Faure Gnassimbé Eyadéma, et user de son influence aux Nations Unies, particulièrement au Conseil de sécurité.

La crise post électorale en Côte d'Ivoire illustre à l'évidence la perpétuation de la politique d'ingérence de la France en Afrique, qui tout en ne prenant plus les formes caricaturales d'actions militaires directes destinées à maintenir l'ordre intérieur au profit de « présidents amis », n'en aboutit pas moins aux mêmes résultats que naguère.

Quelle communauté internationale ?

Cette politique interventionniste de la France s'adosse désormais à la notion ambiguë de communauté internationale, pour instrumentaliser les dispositifs internationaux de règlement des conflits que ce soit à l'ONU, à l'Union Européenne, à l'Union Africaine ou à la CEDEAO, au sein desquels elle dispose d'importants réseaux d'influence, ce qui lui permet de faire passer « ses solutions politiques ».

C'est de ce registre international qui s'est grossi de « groupes internationaux de contact » que le pouvoir français est parvenu à faire avaliser les coups d'État perpétrés en Mauritanie ne 2008, et à Madagascar, et mieux encore à faire élire, avec le soutien de la prétendue communauté internationale, le général mauritanien, Mohamed Abdel Aziz.

Cette nouvelle forme d'intervention sous couvert de la légalité internationale et d'actions concertées entre les différentes institutions internationales, a incontestablement atteint sa maturation en Côte d'Ivoire, du coup d'État manqué du 19 septembre 2002 et de ses suites diplomatiques (la Conférence de Kléber en janvier 2003) à ce qu'il faut bien appeler un coup de force électoral de décembre 2010, orchestré par le représentant spécial du Secrétaire général de l'ONU.

Le passage en force de ce dernier, entouré pour l'occasion des ambassadeurs français et américains en poste à Abidjan, pour entériner définitivement les résultats « provisoires » proclamés par le Président de la Commission électorale, au siège du candidat déclaré « élu », et cela au titre d'un pouvoir de « certification » dont il disposerait, renvoie à une pratique totalement inédite dans l'histoire des Nations Unies.

Jamais l'ONU n'a outrepassé de telle manière son mandat, y compris au Timor oriental, au Kosovo, en République démocratique du Congo, pour ne citer que ces exemples. Faisant fi des institutions d'un pays souverain, membre des Nations Unies depuis cinquante ans, et ne se donnant pas le temps de permettre à la Commission électorale de débattre des contestations soulevées au cours des délibérations, Monsieur Choi a incontestablement cédé aux pressions de certains pays, dont et surtout la France représentée en Côte d'Ivoire par un ambassadeur dont le parcours professionnel est un parfait condensé de la Françafrique.

En brandissant l'argument de la communauté internationale, et en se prévalant d'un processus électoral sur lequel pèse des suspicions très lourdes et à terme grave de conséquences pour la stabilité de la Côte d'Ivoire, Nicolas Sarkozy s'inscrit dans la droite ligne d'une politique néocoloniale de la France, dont les métastases se trouvaient déjà dans le discours raciste qu'il a prononcé à Dakar en juillet 2007.


Source: RUE89

LAURENT GBAGBO AU QUOTIDIEN LE MONDE : "JE DENONCE UN COMPLOT FRANCO-AMERICAIN"


LAURENT GBAGBO. INTERVIEW.jpg

Le président ivoirien, Laurent Gbagbo a eu un week-end médiatique très chargé. Il a accordé successivement des interviews à deux quotidiens français, le Monde et Figaro. Nous publions ci-dessous les deux interviews.

Le Monde: La Cédéao, l'organisation économique des pays d'Afrique de l'Ouest, menace de recourir à la "violence légitime", en d'autres termes d'intervenir militairement en Côte d'Ivoire. Prenez-vous ces menaces au sérieux ?

Laurent Gbagbo : Les menaces, il faut les prendre au sérieux mais après, il faut garder la tête froide et se rendre compte que ce serait bien la première fois que des pays africains partiraient en guerre contre un autre pays parce qu'une élection s'est mal passée. Regardez la carte de l'Afrique, regardez la carte des élections qui se passent plus ou moins bien, plus ou moins mal, et puis la carte de là où il n'y a pas d'élections du tout. Si on devait aller en guerre avec cette carte-là, je crois que l'Afrique serait perpétuellement en guerre. Donc je prends cela au sérieux parce que ce sont des menaces, mais je reste tranquille, j'attends de voir.

Vous croyez à la possibilité d'une intervention militaire ?

- Les choses peuvent déraper à tout moment, donc il faut prendre tout au sérieux, mais ils ont décidé de m'envoyer une délégation [de chefs d'Etat mardi]. On aurait dû commencer par là. On aurait économisé beaucoup de choses, beaucoup de salive, beaucoup d'adrénaline. Il faut venir voir ce qui se passe en Côte d'Ivoire, et quand on a vu ce qui se passe, alors on prend les décisions.

Y a-t-il des conditions qui vous permettraient de négocier avec M. Ouattara ?

- Je ne pose jamais de préalables quand je discute. Moi, je constate que les règles en vigueur en Côte d'Ivoire, qui n'ont jamais été dénoncées par qui que ce soit, font que je suis le président de la République, donc naturellement, quand on discutera je vais mettre ça sur la table, il faut dire que ces règles-là n'ont été dénoncées par personne.

Vous avez parlé de complot de la France et des Etats-Unis contre la Côte d'Ivoire. De quoi s'agit-il ?

- Avant les élections, j'ai fait ma part. J'ai demandé que les autres [les ex-rebelles] fassent leur part en désarmant. Toutes les pressions sont faites pour qu'on aille aux élections sans désarmement. Là, on peut parler du début du complot. Toutes les pressions, de toutes parts. Moi-même je n'avais pas de raison de douter des rebelles avec qui j'étais en accord avec l'accord de Ouagadougou, et avec lesquels je gérais la sortie de crise. Je les voyais bien, intégrés, se comportant de façon loyale, je n'avais pas de raison de douter qu'ils allaient utiliser après les armes qu'ils n'avaient pas déposées pour pervertir les élections. Ensuite, les institutions en place, reconnues par tous [en réalité, le Conseil constitutionnel], elles proclament le président élu, tout le monde dit : " non, c'est Ouattara que nous tenons pour président ".

Qui est ce "nous" ?

- Ce nous c'est d'abord la France, mais c'est surtout l'ambassadeur de France et l'ambassadeur des Etats-Unis. Nous voilà au terme du premier tour. Les résultats sont un peu contestables mais je ne les ai pas contestés. On va au deuxième tour, la CEI [Commission électorale indépendante] a trois jours pour donner des résultats, elle ne les donne pas. A minuit moins le quart, le président de la CEI, M. Bakayoko, intervient à la télévision, on lui dit que TV5 aurait donné des résultats, il fait une mise au point nette pour dire : nous n'avons donné aucun résultat. Minuit arrive. Candidat, je suis devant mon poste de télévision, parce que c'est le moment que tous les candidats guettent pour voir comment les votes se sont portés sur eux. Minuit passe. La CEI est "off". Le lendemain, l'ambassadeur de France et l'ambassadeur des Etats-Unis vont chercher Youssouf Bakayoko, président de la CEI, et l'amènent à l'hôtel du Golf, qui est le quartier général de mon adversaire. On apprend qu'il y a une télévision étrangère, sur laquelle aurait été donné le résultat qui donne Ouattara vainqueur. Le président du Conseil constitutionnel intervient pour dire que ce ne sont pas des résultats. Il décide que Gbagbo Laurent est élu président de la République. A partir de ce moment-là, Français et Américains disent : non, nous c'est Ouattara que nous reconnaissons. C'est tout ça qu'on appelle le complot.

Quel est le problème avec la France et les Etats-Unis ?

- Je ne vois pas le problème, c'est eux. En quoi nos élections sont leur problème ?

La France et les Etats-Unis sont suffisamment puissants pour entraîner l'Union africaine, les Nations unies, la Cédéao [Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest] ?

- Je me rends compte qu'ils sont suffisamment puissants pour ça.

C'est le discours que vous tiendrez mardi à la délégation de chefs d'Etat de la Cédéao ?

- Ce sont les faits que j'expose. Je dirai les faits.

Vous pensez les convaincre ?

- Je vais leur dire d'aller vérifier la matérialité de ces faits-là partout où c'est possible. Quand les gens se détachent des faits, c'est qu'ils ne veulent pas la vérité, pas la justice. Or, ces conflits sont créés par des gens qui sont étrangers à nous. Je ne comprends pas pourquoi ces gens-là choisissent un candidat qu'ils reconnaissent. Ce n'est pas leur rôle.

Eux ? La France et les Etats-Unis ?

- En premier lieu. Avec les positions incroyables, inexplicables et injustifiables qu'ils prennent, ces pays-là poussent à un affrontement interne. Aujourd'hui, moi je m'appuie sur les institutions ivoiriennes, sur les lois. Alors que vous avez maintenant d'autres qui s'appuient sur les puissances étrangères. Il y aura peut-être un désordre intérieur, une guerre civile en Côte d'Ivoire, parce que nous n'allons pas nous laisser piétiner notre droit et nos institutions.

Vous êtes prêt à aller jusqu'où?

- Il n'y a pas à être prêt à aller quelque part, c'est nous qui sommes agressés. C'est nous qui avons le droit pour nous. Jusqu'où ceux qui nous agressent sont prêts à aller ? Je vais vous signaler quelque chose. Je suis élu président en 2000. En 2002, je suis attaqué, agressé. On n'a jamais vu ni la France, ni l'Union européenne, ni les Etats-Unis, ni l'ONU, ni la Cédéao, prendre des sanctions contre ceux qui ont agressé un régime conformément à la loi. On ne les a jamais vus.

Qui fallait-il sanctionner ?

- Mais ceux qui nous avaient agressés !

Et de qui s'agissait-il ?

- Ils sont connus ! Vous ne les connaissez pas ? Cette position qu'ils prennent est la continuation de l'agression que nous avons subie en 2002. De 2002 à aujourd'hui, ceux qui ont pris les armes contre un Etat souverain, un régime démocratiquement élu, ceux-là n'ont jamais été sanctionnés par personne.

Leurs noms ?

- C'est un détail. A ce moment-là, tout le monde a fait l'aveugle, tout le monde a fait le sourd, tout le monde a fait le muet, comme les singes de la parabole. Aujourd'hui, ils retrouvent tous la parole, l'usage des yeux, l'usage des oreilles, et ils crient : "haro sur Gbagbo !" Mais Gbagbo a la loi avec lui.

Les enlèvements, les tortures d'opposants, 173 morts selon l'ONU...

Quand j'ai pris le pouvoir en 2000, ils avaient sorti des charniers, il y avait des charniers à Yopougon, des assassinats. Aujourd'hui, le débat principal c'est quoi ? C'est Gbagbo et Ouattara sont candidats au deuxième tour de l'élection présidentielle. Qui est élu ? C'est ça le débat. Alors quand ce débat gêne, comme en 2000, on glisse de ce débat vers les droits de l'homme. Ah oui, il y a eu des morts, il y a eu des charniers... Je constate la similitude du comportement entre 2000 et 2010. Je vois la même chose, exactement. Parce qu'en 2000, il y en a qui ont contesté mon élection, qui ont essayé de faire endosser [cette position] par l'Afrique. Le Nigeria d'Obasanjo et l'Afrique du Sud avaient même demandé l'annulation des élections. Je leur ai envoyé des gens pour dire que c'était irréaliste. Donc après ça, on est passé à "oui, il y a des charniers, il y a des gens qui sont morts et tout"... Moi dès demain lundi je vais demander au ministre de la justice de mettre tous les procureurs [à l'œuvre] pour faire des enquêtes. [Il s'empare d'un dossier jaune] Nous avons ici des enquêtes sanitaires du ministère de la santé sur les gens qui sont blessés, qui sont morts. Il n'y en a pas plus que ça... Il y a beaucoup de blessés, des blessés par armes blanches. Des forces de l'ordre qui sont blessées par balles, armes blanches. Nous avons nos documents, on n'a pas peur de ce débat. Alassane Ouattara a lancé l'idée de faire venir une délégation de la CPI... - Au moment des discussions de Marcoussis, en janvier 2003, je connais un chef d'Etat voisin qui a été élu à 80 %... - j'aurais peut-être dû m'arranger pour gagner avec 80 %, j'aurais été moins suspect - qui avait dit "Oui, Gbagbo doit aller à la CPI". Lui ! Et c'était tout à fait succulent. Donc ce sont les mêmes glissements. 2000, 2010, c'est le même scénario. Donc on n'est plus surpris. Les Ivoriens ont voté le 28 novembre, ils ont élu qui ? Et les institutions ont proclamé qui ? C'est ça qui est le fond de la question. Il ne faut pas glisser dessus pour aller sur des problèmes qu'on sait déjà Il y a un complot, donc ? Qui vise à installer Ouattara au pouvoir. Et il y a des puissances extérieures à l'Afrique dont, je ne sais pas pourquoi, le rêve est de mettre Ouattara au pouvoir.

Et les pays africains qui soutiennent la décision de l'ONU ? Ils sont manipulés ?

- Je ne veux pas parler de ça. Sinon, ou bien on est trop méchant, ou on ne dit rien. Sachez seulement que nous faisons les réunions de l'Union africaine et de la Cédéao, les représentants des pays européens sont toujours plus nombreux dans les couloirs que ceux des pays africains. Ils sont toujours dans les couloirs, très nombreux, pour vous donner un exemple, au sommet de Charm el-Cheikh, il y avait à l'ordre du jour le problème du Zimbabwe, il y avait tellement d'Européens dans les couloirs qu'un chef d'Etat africain a pris la parole pour dire : "Ecoutez, les Européens font une pression tellement grotesque que nous décidons de soutenir Mugabe, même si on ne l'aime pas." Et c'est cette position qui a été passée. Il y a des fois où ça suscite un ras-le-bol. Les pressions sont énormes. Sur tous les chefs d'Etat que moi j'ai eus au téléphone, les Africains, ils disent la même chose : on n'en peut plus ! Il y en a même un qui m'a dit qu'il reçoit trois coups de téléphone par jour au moins de l'Elysée.

Vous vous sentez dans une situation comparable à celle de Robert Mugabe ?

- On ne se connaît pas bien, je l'ai aperçu comme ça quelques fois, mais quand on subit ce que j'ai subi, on se dit que l'autre n'avait pas totalement tort. Ici vous pouvez chercher on n'a rien à cacher à personne... Ni au niveau de l'argent, ni au niveau de la gouvernance, ni au niveau des droits de l'homme, alors quand vous voyez les gens s'acharner sur nous, tous les gens qui viennent pour discuter affaires, je ne leur ai jamais demandé un franc, donc vraiment je suis très à l'aise. Quand vous voyez ces gens s'acharner, vous vous dites, peut-être que celui-ci [Mugabe], il n'avait pas tort.

La présence de l'hôtel du Golf, c'est durable ?

- Je ne sais même pas pourquoi ils sont là-bas.

Pour l'instant, ils ne peuvent ni sortir ni entrer...

- Non ! Celui qui veut aller chez lui peut aller chez lui. Il y a des barrages qui interdisent d'en sortir... - Les barrages ont été mis à partir du moment où les gens ont été dedans. Quand ils ont utilisé des armes. Or, de l'hôtel du Golf, on est peut-être à cinq ou dix minutes de pirogue de la résidence du chef de l'Etat, c'est tout près. Nous sommes obligés de prendre des mesures de sécurité aussi bien pour eux que pour nous. Je ne sais pas pourquoi ils sont allés s'agglutiner dans un coin du territoire


Source: GBAGBO.CI

LA MISE EN GARDE D'UN DEPUTE SARKOZYSTE

DIDIER JULIA ET SARKOZY.jpg

Didier Julia et Nicolas Sarkozy

 

La position officielle de la France sur la situation ivoirienne n'est pas partagée par l'ensemble des parlementaires. À gauche, certains élus, comme Henri Emmanuelli, François Loncle ou l'ancien ministre Hubert Védrine, s'interrogent. Au sein de l'UMP aussi, certains députés estiment que la position de la France devient dangereuse pour ses intérêts en Afrique. Didier Julia, député UMP de Seine-et-Marne et membre de la commission des affaires étrangères, nous a fait savoir qu'il a sondé ses collègues et que 30 à 40% d'entre eux commençaient à changer de ligne. Il a décidé de briser la chape de plomb et il a accordé son premier entretien sur cette affaire à Kernews, mardi 28 décembre, au micro de Yannick Urrien.

Kernews : Tous vos collègues parlent de l'accrochage que vous auriez eu avec Michèle Alliot-Marie lors de la dernière réunion du groupe UMP de l'Assemblée nationale, quelques jours avant Noël... Que s'est-il passé ?

Didier Julia : J'ai eu l'occasion, lors de la réunion du groupe UMP qui rassemble tous les députés, en l'absence de François Fillon, de poser trois questions à Madame Alliot-Marie, ministre des Affaires étrangères. Ma première question était de savoir pourquoi la France s'engage-t-elle au premier plan dans un problème de politique intérieure qui concerne la Côte d'Ivoire. La deuxième question : pourquoi le gouvernement français envisage-t-il de prendre des mesures de rétorsion à l'égard de l'entourage du président sortant de Côte d'Ivoire, qui serait à Paris, en leur retirant leurs visas et leurs passeports, alors que cela peut mettre en danger les 15 000 Français qui sont en Côte d'Ivoire et qui subiraient la même procédure. La troisième question : si les soldats français devaient ouvrir le feu sur des Ivoiriens pour un problème de politique intérieure ivoirienne, ce serait une abominable image pour la France, un recul de 50 ans, époque de la canonnière de la colonisation. Au XXIème siècle, ne serait-ce pas vraiment une régression du point de vue historique ? Ces trois questions ont suscité une colère extrêmement violente de Madame Alliot-Marie et cela m'a beaucoup étonné de la part d'un ministre qui se présente comme étant de tradition gaulliste. Le fait pour la France de s'identifier à la position américaine, qui est anti Gbagbo, parce qu'ils n'ont jamais pu conquérir les marchés de Côte d'Ivoire, ce n'est pas une position gaulliste. La position gaulliste, c'est d'abord le respect des pays et de leur indépendance. Ensuite, nous ne sommes pas des supplétifs des Américains dans la politique mondiale. J'ai été frappé par cette réaction passionnelle. J'ai eu l'occasion de passer une note au premier ministre François Fillon en lui disant que l'intérêt de la France et la morale en politique voulaient que nous laissions les pays de l'Union africaine s'occuper de la Côte d'Ivoire et que ce n'était certainement pas à l'ancienne colonie d'imposer son point de vue. Le premier ministre partage tout-à-fait cette approche du problème ivoirien.

Selon certaines indiscrétions émanant de vos collègues, Michèle Alliot-Marie, en privé, aurait des doutes sur la sincérité du scrutin annoncé par l'ONU... Qu'en pensez-vous ?

Notre problème, ce n'est pas d'être pro Gbagbo ou pro Ouattara... Nous nous interrogeons tous en commission des affaires étrangères et je peux dire que l'opinion majoritaire, de tous ceux qui s'intéressent au problème, est de dire qu'il y avait d'un côté une commission soi-disant indépendante, qui était sous le contrôle des Américains, en tout cas sous le contrôle des opposants au président Gbagbo et, de l'autre, un Conseil constitutionnel dont on dit que ce sont des amis de Monsieur Gbagbo, mais c'est quand même le Conseil constitutionnel... Par conséquent, je connais le nord de la Côte d'Ivoire qui est entre les mains de chefs de guerre qui pratiquent, comme chacun sait, le racket sur le coton et le diamant, et il était impossible aux populations qui sont sous leur tutelle de voter autrement que ce qu'elles ont voté. Donc, le problème de la légalité discutable dans le Nord est un réel problème.

Nous avons reçu des témoignages précis d'assesseurs représentant le candidat Gbagbo qui ont dû quitter le bureau de vote à 9 heures du matin parce qu'on les menaçait avec une kalachnikov...

Oui, au sein de la commission indépendante aussi, il y avait deux assesseurs représentant le candidat Gbagbo, contre dix, et ils ont aussi fait l'objet de menaces. Par conséquent, les conclusions de la commission indépendante posent vraiment un problème. Mais je n'en veux pas à Michèle Alliot-Marie. C'est une femme pour laquelle j'ai de l'amitié et une certaine admiration. Ce qui m'inquiète plutôt, c'est qu'elle incarne une tradition gaulliste et, si son attitude l'amenait à soutenir aveuglément le point de vue américain et à ne pas respecter la réalité du scrutin pour des raisons qui m'échappent, eh bien, je dis que son image en pâtirait.

Comment analysez-vous l'influence des médias sur ce dossier ? Il n'y a aucune explication précise sur le fond de l'affaire, on n'entend aucun discours contradictoire, mais une dialectique de guerre et de diabolisation...

Les médias agissent de la même façon dans tous les domaines. Tout le monde a hurlé contre Éric Woerth en le qualifiant d'escroc, de voleur, de menteur, de truqueur, de profiteur... Aujourd'hui, plus personne n'en parle. Lorsqu'ils s'apercevront tous qu'ils se sont trompés, il y en a pas un qui aura l'honnêteté de le dire. Il y aura une petite ligne disant que Monsieur Woerth n'était finalement pas concerné par les problèmes sur lesquels il était critiqué. J'ai connu cela à propos de l'affaire irakienne : ils se sont déchaînés contre nous pendant dix jours ! Le procureur général et les juges ont conclu que l'accusation de collusion avec une puissance étrangère pour intenter aux intérêts fondamentaux de la France était une affaire purement ubuesque et sans fondement. Nous avons été totalement relaxés et nous avons eu droit à trois lignes dans les journaux... Regardez, toute la presse s'est déchaînée sur le problème des retraites. A l'étranger, certains pensaient que la France était sens dessus dessous et que c'était la révolution dans la rue... Tout le monde nous interrogeait sur le désordre de la société française et plus personne ne parle des retraites aujourd'hui ! Dans la presse française, tout le monde va dans le même sens et, lorsqu'ils feront marche arrière, on va passer à autre chose...

Alors, faisons un peu de prospective, car chaque opération de désinformation qui a été entreprise a des conséquences sur une décennie. La conséquence de la première guerre du Golfe a été l'émergence de l'islamisme radical et des attentats du 11 septembre 2001... C'est vrai...

La deuxième guerre a entraîné le massacre des chrétiens d'Irak et d'Orient, qui doivent fuir leurs pays respectifs...

Oui...

Alors, quelles seront les conséquences de cette affaire ivoirienne ?

J'ai dit à Michèle Alliot-Marie que si nous continuons dans cette voie, les Français seront tous remplacés par les Chinois, les Brésiliens, les Indiens, et la France disparaîtra de l'Afrique. C'est très dommage. J'ai aidé le président Sarkozy à être élu, je soutiens son action réformatrice très méritante en France, mais je ne peux pas suivre une politique mondiale lorsqu'elle met en cause l'influence et la crédibilité de la France dans un continent, surtout l'Afrique, qui est le continent d'avenir. En 2050, l'Afrique sera plus peuplée que la Chine. C'est un continent en pleine expansion économique, qui est en train de s'organiser, dont les ressources sont considérables, et c'est vraiment un continent d'avenir. La France risque de se couper pendant longtemps d'un pays d'avenir. Si cela s'amplifiait, ce serait une grave régression.


Sources: GBAGBO.CI

CRISE IVOIRIENNE : COMMENT SARKOZY ENCOURAGE LE TERRORISME EN POLITIQUE

 

NICOLAS SARKOZY 2.jpg

In Le Nouveau Courrier N°164 du 28 Décembre 2010 par Gilles Naismon


Sur le territoire de Nicolas Sarkozy, ce sont les partisans de Ouattara qui ont pignon sur rue. Ceux qui manifestent en Côte d'Ivoire doivent bénéficier de sa protection quand bien même qu'ils utilisent des moyens non conventionnels.


Depuis hier, lundi 27 décembre, les pro-Ouattara à Paris ont investi l'ambassade de Côte d'Ivoire en France. Arrivée de nulle part, dans l'après-midi, selon une source sur place, une cinquantaine de personnes, a pris d'assaut les locaux de la représentation diplomatique ivoirienne, à l'aide d'arme blanche, après avoir brutalisé le personnel de l'ambassade. Ils ont réussi à déloger les employés de l'ambassade et ont décidé de faire le siège des locaux jusqu'à ce que, selon eux, le nouvel ambassadeur nommé par leur «président» prenne fonction.

Le 18 décembre 2010 à la place de la République à Paris, la grande marche de soutien au président Laurent Gbagbo et aux institutions de la République de Côte d'Ivoire, qui aurait dû se passer calmement et être un moment convivial, a été perturbée par une centaine de miliciens armés pro-Ouattara. Ces derniers armés de couteaux, de bouteilles, de barres de fer, de cailloux et autres matériels contondants, ont agressé physiquement plus de 2 000 manifestants pro-Gbagbo présents. Plusieurs blessés, dont deux graves à l'arme blanche et au ceinturon ont été dénombrés, des femmes ont été battues à sang, parfois agressées à leur sortie du métro, des personnes ont été tabassées à la descente de leur véhicule.

Depuis le 16 et 17 décembre dernier, jours décrétées par l'opposition politico-armée pour prendre la Radiodiffusion et télévision ivoirienne (Rti) et la Primature, des actes de gangstérisme sont perpétrés dans tout le district d'Abidjan et à l'intérieur du pays. Un appel à manifester de Ouattara qui a eu la caution du procureur général, Moreno-Campo, cornaqué par l'Elysée. Lequel appel, pour encourager une insurrection à peine voilée, a mis en garde contre une éventuelle répression.

Après avoir donné un ultimatum inopérant à Laurent Gbagbo pour quitter le pouvoir et actionné des chefs d'Etat africains pour accomplir ce vœu, Sarkozy encourage la terreur sur son territoire au vu de ses agents de sécurité qui laissent agir en toute impunité. Sinon comment comprendre qu'une représentation diplomatique fasse objet de siège par des personnes se réclamant d'un parti politique. Au nom de la sécurisation des biens et des personnes, principe inscrit dans le droit universel, les locaux de l'ambassade de la Côte d'Ivoire en France et son personnel devaient bénéficier de protection. Ce qui n'a pas été le cas. Les Forces de l'ordre françaises ont laissé faire, comme le 18 décembre dernier à la place de la République de Paris où des militants pro-Gbagbo ont été victimes d'agressions de pro-Ouattara. Pour son obsession d'installer Ouattara au pouvoir en Côte d'Ivoire, Sarkozy ferme ses yeux sur les violences perpétrées par les pro-Ouattara sur son sol et à Abidjan. S'évertuant à faire des bilans mis au passif des Forces de l'ordre et du gouvernement ivoirien, alors qu'il comprend des victimes tuées par les pro-Ouattara. Le faisant, le président français, qui brandit le chiffon rouge du Tpi sur les autorités ivoiriennes, encourage ses partisans à commettre des violences en toute impunité. Il faut craindre le revers...


 

Source : LE NOUVEAU COURRIER

A PROPOS DE L'ARTICLE 64 DU CODE ELECTORAL IVOIRIEN

PAUL YAO-NDRE.jpg

Le débat sur le dernier épisode de la crise ivoirienne prend souvent l'allure d'une controverse juridique, qui oppose partisans et adversaires de Paul Yao N'Dré, le président du Conseil constitutionnel ivoirien. Il aurait, estiment un certain nombre d'analystes (dont des juristes de l'ONUCI), commis une faute lourde en invalidant des départements où les élections se seraient passées dans des conditions non équitables. Il aurait violé l'article 64 du Code électoral ivoirien, qui stipule ceci : «Dans le cas où le Conseil constitutionnel constate des irrégularités graves de nature à entacher la sincérité du scrutin et à en affecter le résultat d'ensemble, il prononce l'annulation de l'élection. La date du nouveau scrutin est fixée par décret en Conseil des ministres sur proposition de la Commission chargée des élections. Le scrutin a lieu au plus tard quarante-cinq jours à compter de la date de la décision du Conseil constitutionnel ». Le Conseil constitutionnel (CC) ivoirien n'aurait pas, contrairement à tous ses homologues dans le monde, le pouvoir de réformation des résultats (annulations partielles)... mais seulement un pouvoir d'annulation global ou de validation sans nuance.

Je ne suis pas juriste, mais je me livrerai ici à une analyse politique de cette thèse. Déjà, ce qui me dérange, c'est qu'elle a été préparée longtemps avant par une communauté internationale qui avait prévu plusieurs mois à l'avance un schéma de double proclamation des résultats et avait préparé cette « botte secrète » pour disqualifier d'avance le CC. J'ai moi-même échangé avec un haut responsable politique occidental en Côte d'Ivoire la veille du second tour, et il m'a parlé très clairement d'un schéma dans lequel il y aurait deux présidents : l'un désigné par la CEI, l'autre par le CC après annulations. Comment se fait-il que l'ONUCI et les autres instances appelées au chevet de la Côte d'Ivoire, au lieu de créer les conditions d'une élection incontestable, réfléchissaient à la meilleure manière de contester les... contestations créées par le schéma « élections sans désarmement », qui s'opposait, soit dit en passant, à tous les accords de paix ? Il y a là malice et mauvaise foi.

De plus, peut-on vraiment dire que le CC n'a pas de pouvoir d'annulations partielles quand on lit l'article 63 du Code électoral ? Il dit ceci : « Le résultat définitif de l'élection du président de la République est proclamé, après examen des réclamations éventuelles, par le Conseil constitutionnel et publié selon la procédure d'urgence. » Cette disposition fait qu'il y a débat sur la question, et il est indubitable que ce débat ne peut être arbitré que par le... CC.

Plus profondément, pourquoi l'ONUCI a-t-elle donc certifié les résultats du premier et du second tour de la présidentielle ivoirienne, alors que la CEI a procédé à des annulations à Sinfra et en France d'abord, puis en France et dans d'autres pays étrangers lors de la « deuxième mi-temps » ? Tout cela crée une impression globale de malhonnêteté et d'opportunisme juridique.

Réfléchissons un instant : si le « problème » de l'arrêt de Yao N'Dré est qu'il invalidait au lieu d'annuler, pourquoi la « communauté internationale » n'a-t-elle pas demandé un nouveau vote, et a préféré utiliser des résultats provisoires controversés pour déclarer ADO gagnant et créer les conditions d'une dyarchie dangereuse à la tête de la Côte d'Ivoire ?

Au demeurant, ces questions auraient pu être étudiées dans le cadre du Comité international d'évaluation sur la crise post-électorale ivoirienne proposé par Gbagbo. C'est ce type de méthodologie médiane, faite de compromis entre les deux camps, que Thabo Mbeki voulait proposer après sa mission d'urgence en Côte d'Ivoire. Mais cela n'a pas plu aux pays occidentaux qui l'ont fait taire. Ils préfèrent une diplomatie de la canonnière où ils ont choisi de mettre en avant les « tirailleurs » des pays de la CEDEAO, appelés à faire la guerre contre un pays frère où les étrangers communautaires représentent un tiers de la population.



Théophile Kouamouo

Source : Le Blog de Théophile Kouamouo

lundi, 27 décembre 2010

LA NOUVELLE MONNAIE IVOIRIENNE SERAIT PRETE. RUMEUR OU REALITE?


MONNAIE IVOIRIENNE.jpg

Economie: "L'IVOIRIEN", la nouvelle monnaie de la République de Côte d'Ivoire prête, au cas où le pays sortait de l'UEMOA et de la BCEAO.


Sept ministres de l'Economie et des Finances de l'Uemoa (Union monétaire ouest africaine) avaient demandé jeudi dernier à Bissau à la Banque centrale des Etats d'Afrique de l'Ouest (BCEAO) d'autoriser uniquement les représentants d'Alassane Ouattara, président de la République du Golf reconnu par l'ONU, à gérer les comptes du pays. Cette dernière aurait répondu par l'affirmative, tandis que le Présidence ivoirienne démentait l'information la qualifiant d'illégale et de nulle.

Les ministres de l'Uemoa pour prendre cette décision lourde de conséquences, se sont basés sur les décisions de l'ONU, de l'Union africaine et de la Cédéao (Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest), de reconnaître M. Alassane Ouattara comme président légitimement élu de la Côte d'Ivoire".

Ils ont poursuivi en donnant instruction à la BCEAO et aux banques de l'Uémoa de prendre toutes mesures de sauvegarde pour l'application rigoureuse des mesures qui précédent.

Le gouvernement de l'Etat souverain de Côte d'Ivoire dirigé par Laurent Gbagbo, n'ayant pas été convié à une telle réunion, l'a déclaré nulle et de nul effet. Par la voix du ministre de l'Equipement Ahoua Don Mello, elle a déclaré que le conseil des ministres de l'Uemoa n'avait pas le pouvoir de prendre une telle décision. Agissant ainsi, elle a outrepassé ses prérogatives.
Mais le gouvernement ivoirien prend la menace de l'Uemoa très au sérieux. Elle a donc déjà préparé la nouvelle monnaie ivoirienne qui s'appellera « l'IVOIRIEN » au cas où la Côte d'Ivoire, comme la Guinée, le Libéria, le Nigéria, la Sierra Léone, la Gambie etc., était obligée de battre sa monnaie.


Selon nos sources, tout est fin prêt, pour que la Côte d'Ivoire, 40% de l'Uemoa sorte de la zone. Les billets de banque, les logos, les circuits financiers, le futur gouverneur de la Banque Centrale Ivoirienne, sont fin prêts pour que le pays acquière son indépendance monétaire si on l'y oblige.


Les choses peuvent se précipiter à tout moment en fonction de l'évolution de la situation politique.


Nous y reviendrons.


Christian Vabé


Source: IVOIREBUSINESS.NET

POUR UNE LARGE DIFFUSION: ELEMENTS POUR MIEUX COMPRENDRE LA CRISE IVOIRIENNE


SOLDATS DE L'ONUCI.jpg

Chers lecteurs, voici quelques éléments pour vous aider à mieux comprendre ce qui se passe en Côte d'Ivoire.
Merci de nous aider à donner l'autre part de vérité.
Voir les pièces jointes (complètes) et les liens ci-dessous.

Nous en appelons à votre sens de l'équilibre de l'information, qui ne doit pas donner une version à sens unique, où que vous soyez dans le monde.

Une image vaut mille mots.


A) Vidéos de témoignages de victimes d'exaction dans le nord du pays


http://www.youtube.com/watch?v=uZ-yRzBxnDo&feature=re...

http://www.youtube.com/watch?v=hnAY8JXC52k&feature=re...
http://www.youtube.com/watch?v=ws53T0YDI0c
http://www.youtube.com/watch?v=qPsHh1JxKDU
http://www.youtube.com/watch?v=3Iz6frNo0Vk&feature=re...
http://www.youtube.com/watch?v=hnAY8JXC52k&feature=re...
http://www.youtube.com/watch?v=NnFowx8BNbA&feature=re...


B) La rébellion- Flash back sur les événements de 2002


http://www.youtube.com/watch?v=xMEdauWJECk&feature=re...
http://www.youtube.com/watch?v=IyHm11eSnUc&feature=re... (English)
http://www.youtube.com/watch?v=zeQgMiHKG-8&feature=re...


Pièce jointe 1, cliquer: ICI

Pièce jointe 2, cliquer: ICI

Pièce jointe 3, cliquer: ICI

Pièce jointe 4, cliquer: ICI

Pièce jointe 5, cliquer: ICI


Source: IVOIREVERITE

YOUSSOUF BAKAYOKO A ETE ENLEVE PAR L'AMBASSADEUR DE FRANCE ET L'AMBASSADEUR DES ETATS-UNIS



AMBASSADEUR CARTER 3.jpg

L'ambassadeur américain Carter III

Lors de sa rencontre avec les Rois, Sultans, Cheicks, Princes et Chefs traditionnels, le vendredi 24 décembre 2010, en sa résidence de Cocody, le Président Laurent GBAGBO a révélé que Monsieur Youssouf BAKAYOKO s'en était allé avec l'ambassadeur de France en Côte d'Ivoire et celui des Etats-Unis d'Amérique.

En effet, ne parvenant plus à le joindre sur aucun de ses portables, au lendemain du blocage de la CEI ouvrant le contencieux électoral, il cherchait à le contacter pour s'assurer de la transmission de sa saisine du Conseil Constitutionnel à ladite institution, relativement aux graves irrégularités qui ont entaché le scrutin du 28 novembre 2010. Ce faisant, il envoie Monsieur Alcide DJEDJE à son domicile. Surprise: La résidence est barricadée. Pire, les ambassadeurs de France et des Etats-Unis sont arrivés chercher et emmener Monsieur Youssouf BAKAYOKO à l'Hotel du Golf où, à la stupéfaction générale, il a proclamé les résultats que nous savons. Quel culot! Quelle insulte!

AMBASSADEUR JEAN-MARC SIMON.jpg

L'ambassadeur français Jean-Marc Simon

Naturellement, quel crédit peut-on accorder à des résultats donnés dans de telles circonstances et dans de telles conditions? Honnêtement! Il est donc clair, aujourd'hui, que la vie de Monsieur Youssouf BAKAYOKO est entre les mains des sieurs Jean-Marc SIMON et CARTER 3, qui l'ont enlevé. Ils devront répondre de tout ce qui lui arrivera, en France à Neuilly-sur-Seine, où ils l'ont caché.

Le monde entier les regarde.


DINDE Fernand AGBO

dimanche, 26 décembre 2010

LA FRANCE OPTE POUR LE CARNAGE EN COTE D'IVOIRE


NAVIRE DE GUERRE.jpg

 

Le Gouvernement Français, à l'issue d'une réunion de crise tenue à l'Elysée sur la crise ivoirienne a donné son feu vert pour une option militaire en vue d'installer Alassane Ouattara dans le fauteuil présidentiel. Pour le faire, la France a actionné les Chefs d'Etats de la CEDEAO pour une réunion de crise sur la Côte d'Ivoire, le 24 décembre à Abuja, au Nigeria. Là-bas, la décision devrait être prise d'utiliser le couvert de la force de l'ECOMOG pour dégager Laurent Gbagbo, quelque soit le prix de sang à payer.


Pour justifier l'intervention tout a été essayé :

• Une simulation de l'attaque de l'ambassade du Nigeria à Abidjan-Plateau a été organisée et


• Une demande de Soro Guillaume a été ouvertement formulée pour une intervention militaire internationale.


• Des charniers ont été inventés pour émouvoir toute la planète dans les différents quartiers d'Abidjan.


• Depuis deux jours, on annonce à Bouaké et Abidjan, la présence de plusieurs mercenaires allemands et des snipers français ainsi que des militaires de pays voisins.


• Des jeunes burkinabés sont en effervescence dans leur pays à l'idée de venir combattre en mercenaires aux cotés des rebelles de Ouattara et Guillaume Soro.


Nicolas Sarkozy qui en a fait une affaire d'honneur a demandé à la Hollande de prêter à la France un bateau de guerre, initialement en position dans les eaux somaliennes pour lutter contre les pirates. Le Parlement hollandais a donné son accord. Ce bateau devrait mouiller sur les côtes Abidjanaises dans quelques jours pour soutenir militairement les forces de l'ECOMOG.


L'opération viserait à éliminer physiquement le Président Laurent Gbagbo ou à occuper la capitale politique Yamoussoukro.


Les patriotes ivoiriens qui, les mains nues, depuis 2002 résistent à l'ingérence intolérable de la France dans les affaires intérieures de leur pays sont à pied d'œuvre pour faire une fois de plus barrage à cette nouvelle et grossière imposture française !!!

 

Source: Le Mot d'Humeur de Jean Charles Fadinga

UNE ANNONCE DE L'ONUCI A VOUS COUPER LE SOUFFLE DANS FRAT-MAT DU 27 SEPTEMBRE 2010



ONUCI. APPEL D'OFFRE.jpg

 

Le complot contre Laurent Gbagbo au profit d'Alassane Dramane Ouattara se précise de jour en jour. En effet, comment croire ou comprendre, depuis septembre de cette année, alors que l'élection présidentielle en Côte d'Ivoire n'avait pas encore commencé, que l'Opération des Nations Unies en Côte d'Ivoire (ONUCI) faisait un appel d'offre pour des pompes funèbres, dans le quotidien Fraternité Matin, dans sa livraison du 27 septembre 2010. Pourquoi cette anticipation pré-électorale. La preuve ci-dessus a été révélée par Nathalie Yamb. Lisez ce qui suit :


Si l'ONU n'a pas programmé des massacres humains en Côte d'Ivoire au profit d'Alassane Dramane Ouattara, comment cela se fait-il qu'elle s'était mise à rechercher des pompes funèbres, c'est-à-dire des cercueils ? L'ONU serait-elle devenue une entreprise au service du crime et des génocides ?


NOTE:

Au vu des événements actuels, cette annonce prend toute sa signification. Sinon, pourquoi l'ONUCI, « mission de paix » anticipait-elle un besoin de prestation de services mortuaires ? (Pour ses troupes. Elle avait prévu son engagement militaire depuis longtemps. Il est donc clair que l'ONUCI fera la guerre à la Côte d'Ivoire. Par anticipation, elle a confié ses morts à un service de pompes funèbres local. Dommages collatéraux obligent. A bon entendeur..., salut! Fernand Dindé).


Source: NERRATI.NET

DECLARATION DE AHVI RELATIVE A LA SITUATION POST-ELECTORALE QUI PREVAUT EN COTE D'IVOIRE

 

ahvi.gif

L'Organisation AFRICA HUMAN VOICE INTERNATIONAL / AFRIQUE VOIX HUMAINE INTERNATIONALE (AHVI/AVHI) suit avec une attention toute particulière l'évolution de la situation post-électorale qui prévaut en République de Côte d'Ivoire.

AHVI/AVHI prend acte de la réaction spontanée, immédiate, des pays membres de l'ONU qui, retranchés derrière le vocable de « Communauté internationale », tente d'imposer, sans retenue et sans aucun brin d'intelligence, leur volonté à un peuple meurtri par une longue crise intérieure orchestrée depuis l'étranger avec le concours et l'appui des forces et puissances étrangères.

Cependant, dans le cas spécifique de la République de Côte d'Ivoire, AHVI/AVHI s'étonne de la rapidité et de la violence avec lesquelles la « Communauté internationale » prétendue (ONU, Union Européenne, Union Africaine, etc.) est intervenue dans cette situation, sans retenue, consacrant et sacralisant ainsi, urbi et orbi, le déni des lois et de souveraineté d'un Etat membre sous le fallacieux prétexte que celui qui l'incarne, est de facto proclamé « hors-la-loi », parce que n'ayant pas respecté « la volonté du Peuple Ivoirien », c'est-à-dire le verdict des urnes.

Par conséquent, AHVI/AVHI s'interroge sur le sérieux et la crédibilité de cette même « Communauté internationale » et voudrait savoir où était-elle, qu'a-t-elle fait et quelles ont été ses réactions, elle qui se dit « respectueuse de la volonté des peuples » africains :


  • Quand, au TOGO, la Françafrique a éhontement installé le fils à la place du père décédé, suite à une mascarade d'élection où l'on voyait des militaires s'enfuir en pleine rue avec des urnes sous les bras?
  • Quand, au BURKINA FASO, le président Thomas Sankara fut lâchement assassiné? Quelle sanction avait-elle prises contre le ou les criminels aujourd'hui au pouvoir?
  • Quand, il y a huit ans, en CÔTE D'IVOIRE, la rébellion partie d'un pays voisin, a provoqué la partition du pays à l'issue d'un coup d'Etat manqué et dont les principaux acteurs, qui se présentent aujourd'hui en victimes, sont couverts et protégés par une «Communauté internationale» aveugle devenue juge et partie voire complice de génocide et de crimes contre l'humanité? Devrait-on fermé les yeux sur les crimes commis par les rebelles depuis 2002? La Cour pénale Internationale (CPI) n'est-elle guérie que maintenant de ses cécités d'aveugle et de mal entendant ou de sourd? Les Ivoiriens suppliciés à cette époque par les rebelles devenus «Forces Nouvelles», milices privées de MM. OUATARA et SORO, sont-ils moins humains, moins Ivoiriens que les partisans des chefs de guerre soutenus par la «Communauté internationale» (ONU, UNION EUROPEENNE, UNION AFRICAINE, la France y comprise)?
  • Quand, au GABON, en 2009, la Françafrique a falsifié et inversé les résultats du scrutin, faisant du perdant le gagnant et du vrai gagnant le perdant? Cette Françafrique, n'a-t-elle pas ainsi, par ce comportement, par cette pratique, fabriqué un véritable usurpateur? Quelle peut être la crédibilité et le poids d'un tel individu sur l'échiquier international? N'est-ce pas rabaisser la dignité d'une nation et humilier un peuple entier? La Communauté internationale a-t-elle levé son petit doigt? A-t-elle fait respecter «la volonté du peuple gabonais» qui avait pourtant voté massivement pour un homme autre que celui promu par la magouille et la mafia françafricaines?
  • Quand, au CONGO-BRAZZAVILLE, en 1997, la Françafrique a réinstallé au pouvoir, à la tête de ce pays, dans les conditions que l'on sait, un homme mondialement reconnu d'une violence extrême, comme étant un dictateur sanguinaire, un criminel impénitent doublé de kleptocrate?
  • Quand, en 1999, suite à un accord tripartite entre le Bureau du HCR de Kinshasa, le gouvernement de la République du Congo et la République du Congo(Brazzaville), M. Sassou Nguesso supplicia plus de 500 Congolais au Beach de Brazzaville? C'est aujourd'hui l'affaire dite des «Disparus du Beach». L'un des principaux acteurs, si ce n'est le principal, neveu de M. Sassou Nguesso, se cache dans une des Ambassades du Congo à l'étranger, en Europe et plus précisément en France. Demain, quand il s'agira de l'interpeller, la Françafrique fera prévaloir son immunité diplomatique, même si celle-ci peut être levée à la demande de la France. Elle l'a déjà fait en d'autres temps pour les diplomates de l'ancien Zaïre et du Qatar.


Au regard des cas ci-dessus rappelés et dont la liste n'est pas exhaustive, AHVI/AVHI fait remarquer que l'ONU, qui s'appelle désormais « COMMUNAUTE INTERNATIONALE », prête à couvrir, soutenir, protéger les crimes des Chefs de guerre et leurs milices privées, n'est plus ce refuge, ce havre de paix vers lequel tous les peuples opprimés du monde devraient se tourner ; celui-ci étant devenu un cercle partisan de défense des intérêts particuliers occidentaux. Son comportement en République de Côte d'Ivoire est patent et en constitue la preuve irréfutable.

En conséquence, AHVI/AVHI félicite l'ONU, l'UE et l'UA d'avoir foulé aux pieds tous les Traités, toutes les Conventions et Chartes internationaux qui les régissent pour faire place à la cupidité, l'avidité et la concussion voire l'anarchie. Ce qui fait de ces Institutions et organisations des plateformes mafieuses, aussi criminelles les unes que les autres, dès lors qu'elles cautionnent et protègent les pratiques d'organisations terroristes comme les « Rebelles » dites « Forces Nouvelles » qui sont à l'origine de la crise et de la déstabilisation de la République de Côte d'Ivoire et, in fine, se mettent à leur service.

AHVI/AVHI félicite l'ONU d'avoir été incapable de désarmer les rebelles ivoiriens avant d'organiser les élections présidentielles, foulant ainsi aux pieds l'une des clauses et principales conditions, sinon la condition sine qua non, devant être appliquée avant toute organisation du scrutin.

Enfin, AHVI/AVHI se réjouit de la jurisprudence politique créée par la « Communauté Internationale » prétendue (ONU, UNION EUROPEENNE, UNION AFRICAINE) qui consacre la contestation des scrutins de la part de celles et ceux qui se sentent usurpés ; ainsi, les cas d'usurpation de pouvoir par la Françafrique au profit de ses pantins et autres « Sous-préfets », ne seront plus possibles et que nul, pas même l'ONU, l'UE et l'UA réunies en concert, ne pourra plus s'y opposer. La voie est ouverte...

A l'adresse de tous les peuples d'Afrique, AHVI/AVHI lance le vibrant APPEL d'un grand Rassemblement autour des vraies valeurs qui régissent l'être humain pour faire entendre sa voix.

Et AHVI/AVHI incarne ce grand rassemblement au sein duquel tout le monde pourra lutter, se battre contre les prédateurs et les fabricants d'usurpateurs de type Ali Bongo dont la situation vient d'être révélée dans le film de Patrick Benquet sous le titre : « La Françafrique ».


Jean-Claude MAYIMA-MBEMBA,

Secrétaire Général de AHVI / AVHI, le 25 décembre 2010

RAWLINGS PRECONISE UNE APPROCHE PACIFIQUE A LA CRISE IVOIRIENNE


JERRY RAWLINGS 2.jpg

L'ancien Président Jerry John Rawlings a réitéré son appel pour une retenue extrême dans la gestion de la crise en Cote d' Ivoire.



Dans un message publié jeudi, trois jours après qu'il ait réclamé de la retenue et de la maturité de la part de tous les acteurs de la crise, le Président Rawlings a dit que la situation en Côte d' Ivoire n'était pas un simple conflit électoral, mais un enchevêtrement des complexités ethniques et politiques qui devaient être gérées avec tact et diplomatie plutôt que par des allusions ouvertes à l'usage de la force.

L'ancien président a déclaré que les résultats contestés indiquent clairement que la Cote d' Ivoire est abruptement divisée en lignes ethniques, fait dont devrait se préoccuper les parties prenantes telles que la CEDEAO, l'UA et l'ONU au moment où 'elles étudient des options pour résoudre l'impasse.

« Les deux hommes au centre du conflit ont indiqué leur volonté d'accepter un recompte ou une revérification des résultats par des observateurs neutres. Y a-t-il une raison cachée à ne pas vouloir accepter l'offre faite par les deux parties ?

«Il est également important que nous ne nous précipitions dans aucune forme d'intervention de force. Cela ne garantira pas une résolution définitive de la crise et peut au contraire exacerber une situation déjà volatile qui pourrait résulter en une guerre civile complète avec des effets désastreux sur les populations de toute la sous-région.

«Les tentatives de recueillir du soutien pour une intervention militaire ne sont pas fondées et exposeront plutôt l'hypocrisie de l'ONU, la CEDEAO et l'UA.

«Des résultats d'élection plus outrageants ont eu lieu sans intervention. Comment pouvons-nous justifier une intervention dans ce cas, quand les résultats sont si serrés et divisés selon des lignes ethniques ? Laissez-nous étudier toutes les options de paix disponibles plutôt qu'une intervention militaire, qui ne peut pas aboutir à une transition politique pacifique en Côte d'Ivoire.

«La situation est certainement embarrassante pour l'Afrique, mais tout aussi inquiétant est le fait que les médias internationaux ont fait l'impasse sur beaucoup d'éléments. Des rapports de certains principaux observateurs des élections condamnant la conduite des élections dans plusieurs parties du pays ont été totalement ignorés par les médias internationaux.

«Dans certaines régions, le nombre de suffrages exprimés est plus élevé que le nombre total de votants. Dans une région, il y a 159.788 suffrages exprimés pour 48.400 votants. Ceci, additionné au fait que dans certaines régions, le personnel de la commission électorale et certains agents électoraux  n'ont pas été autorisés à contrôler le processus, appelle à ce qu'une enquête appropriée soit instamment diligentée.

«Il y a tant de questions cruciales sans réponse. Les détails du rapport de l'envoyé de l'Union Africaine, le Président Thabo Mbeki, devraient être rendus publics pour aider à mieux comprendre la nature de la situation.

«Il est également impératif que la CEDEAO convoque une réunion d'urgence pour inviter les deux parties au centre de la crise ainsi que des représentants de toutes les missions d'observation qui ont couvert les élections à présenter leur cas. C'est ce qui a été fait par le passé et cela nous fera avancer d'un grand pas dans la recherche de la solution.

«Nous devons agir avec précaution pour le bien des populations de Côte d'Ivoire qui sont les vraies victimes de cette tragédie. J'invite la CEDEAO et les autres institutions internationales impliquées dans la crise à analyser la situation avec la plus grande attention et à faire tout ce qui est en leur pouvoir pour la résoudre d'une façon pacifique» a dit le Président Rawlings.


Source: SAOTI, Le Blog de Mahalia Nteby

DE L'USAGE DIPLOMATIQUE DES VRAIS ET FAUX GENOCIDES

GENOCIDE RWANDAIS.jpg

Un bel édito du Nouveau Courrier du 22 décembre 2010 que je vous invite à parcourir. Bonne lecture!


C'est un mediaplanning qui fait froid dans le dos. A peine le gouvernement ivoirien a-t-il demandé le départ des forces onusiennes de son territoire que nous faisons face à une avalanche d'informations (à prendre avec de grosses pincettes) sur des « enlèvements », des « violations massives des droits de l'homme », voire des « marquages » de maisons dont les hôtes, d'une certaine ethnie, devraient être tués dans le cadre d'un remake du Rwanda.

L'idée est la suivante : il faut absolument montrer que le départ des forces internationales entraînerait des massacres épouvantables, voire un génocide. Dans le cas d'espèce, en dépit des diverses incitations médiatiques (notamment de la séditieuse ONUCI FM, dont le contenu sera bientôt étudié par des chercheurs) et de cette dyarchie artificiellement créée pour faire bouillir la marmite des haines locales, les Ivoiriens ne s'entretuent pas encore pour de sombres passions tribales. Il n'empêche : on peut les aider de diverses manières, y compris en allumant la mèche, à travers des provocations bien senties et des artifices diaboliques.

La mauvaise foi médiatique n'ayant pas de limite, on tronquera par exemple les propos de Jacqueline Oble ou de Charles Blé Goudé, qui mettent en garde contre un plan machiavélique préparé par l'ONUCI pour se légitimer à travers des massacres provoqués. On les présentera comme des sombres individus qui menacent la « communauté internationale » d'un génocide.

Ces passions macabres s'expliquent. Face au principe sacro-saint édicté par le droit international - la non-intervention dans les affaires intérieures des Etats -, un concept fait son bout de chemin : le droit d'ingérence. Il ne peut s'exercer, estiment ses défenseurs, qu'en cas de crimes contre l'humanité face auxquels brandir l'argument de la souveraineté de la Nation serait une non-assistance à peuple en danger. Qui peut s'opposer à un tel concept plein de bon sens et de compassion ? C'est au nom du droit d'ingérence que le mandat global des Casques bleus, qui était subordonné à leur impartialité face aux forces en présence, au consentement des parties en conflit et à la limitation de l'usage de la force à des fins de légitime défense, a été élargi à l'utilisation des armes dans le cas où les populations civiles sont en danger. C'est dans la même logique que l'Acte constitutif de l'Union africaine permet de mettre entre parenthèses la souveraineté d'un pays en cas de génocide, notamment.

Les meilleures intentions du monde sont toujours perverties. Le « plus jamais ça » poussé par l'Afrique après le cauchemar rwandais, devient désormais un fonds de commerce pour les services secrets et les impérialistes de tout poil, qui utilisent désormais (et de manière très cynique) l'éventualité du sang versé comme une variable d'intervention. Pour pouvoir s'imposer aux peuples du Sud, il est plus que jamais utile de faire pleurer dans les chaumières, quitte à fabriquer de toutes pièces une réalité médiatique manichéenne. Après la République virtuelle du Golf, il est question d'accoucher d'un génocide virtuel.

Un retour à un passé récent permet de mieux comprendre ce qui se passe actuellement. Quand, après le coup d'Etat avorté du 19 septembre 2002, il fallait faire avaler à l'opinion l'idée de l'invasion de la Côte d'Ivoire par des forces internationales et la nécessité d'une interposition équivalant à une partition de fait, de nombreux éditorialistes en France ont théorisé - déjà ! - sur le spectre du Rwanda. Puis la thématique a disparu aussi vite qu'elle était apparue : l'objectif était atteint.

Un peu plus loin dans l'Histoire, l'on se souvient aisément que la presse française, pour légitimer la rébellion pétrolière que De Gaulle et ses alliés africains menait contre le Nigeria dans la région du Biafra, a utilisé la même technique. Maurice Robert, responsable des services secrets français à l'époque, l'a confessé dans un livre-entretien.  « Ce que tout le monde ne sait pas, c'est que le terme de "génocide" appliqué à cette affaire du Biafra a été lancé par les services. Nous voulions un mot choc pour sensibiliser l'opinion. Nous aurions pu retenir celui de massacre, ou d'écrasement, mais génocide nous a paru plus ''parlant''. Nous avons communiqué à la presse des renseignement précis sur les pertes biafraises et avons fait en sorte qu'elle reprenne rapidement l'expression ''génocide''. Le Monde a été le premier, les autres ont suivi. » En 1982, pour pouvoir légitimer leur combat contre les sandinistes au Nicaragua, l'Amérique de Ronald Reagan a crié au génocide. Face à l'absence d'éléments de preuve, elle a diffusé dans la presse une photo témoignant d'un « massacre d'Indiens Miskitos », une ethnie locale. Or il s'agissait d'un cliché pris bien avant l'arrivée au pouvoir des sandinistes... lors d'un tremblement de terre. De nombreux intellectuels de gauche - comme le gouvernement sandiniste du Nicaragua - tombèrent dans le panneau et jouèrent, à l'époque, le rôle «d'idiots utiles » au service de l'impérialisme le plus réactionnaire. Il n'y a rien de nouveau sous le soleil...


Source: Le Blog de Théophile Kouamouo

vendredi, 24 décembre 2010

YOUSSOUF BAKAYOKO A ETE ENLEVE ET CACHE EN FRANCE


YOUSSOUF BAKAYOKO.jpg

Information de source sûre: Monsieur Youssouf  BAKAYOKO, Président de la Commission Electorale Indépendante (CEI) de Côte d'Ivoire se cache en France, à Neuilly-sur-Seine, dans le quartier de Monsieur Nicolas SARKOSY, précisément à l'Hôtel Courthiard les Marriottes, au 58 Boulevard Victor Hugo.

Cet homme est en danger. Il a été enlevé car détenant une vérité lourde de conséquence pour les comploteurs et autres conspirateurs internationaux qui se sont ligués contre la Côte d'Ivoire et l'ont contraint à proclamer de faux résultats leur permettant d'assouvir leurs desseins diaboliques contre notre pays.

La vérité se saura un jour. Elle prendra le temps qu'il lui faudra. Mais elle se saura du monde entier !


Que DIEU bénisse la Côte d'Ivoire !


DINDE Fernand AGBO

CI: DES INGERENCES IMPERIALISTES INSOLENTES POUR PERPETUER DES RAPPORTS DE DOMINATION ANACHRONIQUES




PETROLE.jpg

Une campagne de désinformation sans précédent est orchestrée pour justifier l'intervention étrangère en Côte d'Ivoire et placer à la tête de ce pays, Alassane Ouattara, un larbin totalement dévoué aux intérêts des multinationales. Ancien DG adjoint du FMI, ancien premier ministre d'Houphouët-Boigny, en 1990, exécutant à ce titre du plan d'ajustements structurels imposé par cette institution, plan qui a plongé, comme partout ailleurs, le peuple ivoirien dans une profonde détresse sociale, Alassane Ouattara est la marionnette nominée par les grandes puissances pour diriger la Côte d'Ivoire et veiller à ce que leurs juteuses affaires ne soient pas menacées par l'arrivée au pouvoir d'hommes incontrôlables. En dépit de leurs rivalités pour le contrôle du monde, les grandes puissances impérialistes française et américaine se sont entendues pour écarter Gbagbo coupable à leurs yeux de mener une politique nationale préjudiciable à leurs intérêts.

Après des années de tractations et de calculs savants les différentes forces en présence ont fini par accepter d'organiser une élection présidentielle dont le 2ème tour s'est tenu le 28 novembre dernier. Ces puissances ont au préalable manœuvré de sorte à placer au sein d'une commission électorale qualifiée d'indépendante une majorité de représentants ayant pour mission de valider par tous les moyens une prétendue victoire de Ouattara. Au mépris de la Constitution ivoirienne qui prévoit que la proclamation des résultats électoraux est du ressort du Conseil constitutionnel, c'est donc cette commission qui a proclamé Ouattara vainqueur. Qu'importe qu'aucune preuve sérieuse n'ait été avancée pour certifier l'absence de fraude et la sincérité des chiffres donnés ! Les USA, la France, suivis rapidement du SG de l'ONU se sont dépêchés de proclamer qu'ils ne reconnaissaient que Ouattara comme nouveau chef d'Etat. La machine de propagande internationale s'est aussitôt mise en route pour accréditer l'idée que cette décision soi-disant conforme à la volonté du peuple ivoirien est celle de la «Communauté internationale». Ni la Chine, ni la Russie, ni l'Inde, ni de nombreux pays d'Afrique, d'Asie et d'Amérique latine, qui forment ensemble les 3 quarts de la population du monde n'ont droit au chapitre. Bref, ne sont éligibles au statut de «communauté internationale», dont la parole vaut ordre exécutoire, que les USA, la France, l'Allemagne, la Grande-Bretagne, en somme la même poignée de puissances coloniales et impérialistes qui ont précipité par deux fois les peuples dans une effroyable guerre mondiale pour faire main basse sur les marchés, les matières premières, le pétrole et le gaz.

Depuis la mise en route de leur machine de propagande et de mensonges, les agences de presse ne cessent de marteler les mêmes phrases stéréotypées que reprennent en boucle les télés, les radios et même les journaux algériens dans un réflexe aplaventriste devenu mécanique : «Ouattara est le président démocratiquement élu et reconnu par la communauté internationale après proclamation des résultats du scrutin par la commission électorale indépendante». Quand le Conseil constitutionnel est évoqué, les agences de presse ajoutent systématiquement la mention «acquis à Gbagbo» pour enlever tout crédit aux résultats qu'il a officiellement proclamés.

Tout y est dit et Gbagbo doit quitter les lieux « avant la fin de la semaine » en vertu de l'ultimatum de Sarkozy. Ce dernier qui veut jouer le rôle de va-t-en guerre en chef contre les peuples ne lui pardonne pas d'avoir joué en 2002 les multinationales pétrolières américaines contre leurs rivales françaises. Un crime que d'avoir ouvert la chasse gardée des capitalistes français à d'autres ! Autre crime encore plus insupportable de Gbagbo : il a cette fois-ci osé ouvrir les routes qui mènent au pétrole du Golfe de Guinée aux grands ennemis que sont la Chine et la Russie ! Pour lui infliger la correction méritée, Sarkozy s'est décidé à faire aujourd'hui cause commune avec les USA. Ces derniers acceptent le marché tant ils sont d'accord pour mener les peuples à coup de drônes et de missiles. Ils semblent d'autre part détenir des données qui les ont convaincus que Ouattara finira par échapper à l'emprise française et à basculer de leur côté. Sarkozy qui a reçu l'an dernier Ouattara pour finaliser le plan de «débarquement» de Gbagbo et de reprise en main de la Côte d'Ivoire par son entremise est au contraire persuadé que la bourgeoisie compradore inféodée à l'impérialisme français constituera le meilleur rempart contre l'entrée des USA sur les terres de la Françafrique. A condition cependant de commencer par nettoyer le terrain des «trublions» en obtenant dans l'immédiat l'éviction du président ivoirien actuel quitte à l'envoyer, s'ils persiste dans son nationalisme, dans une prison de La Haye pour «crimes contre l'humanité». Les services subversifs de l'impérialisme savent à perfection les provoquer comme ils l'ont montré en Yougoslavie au terme d'une série de manipulations de l'opinion internationale qui ont conduit à l'emprisonnement des dirigeants serbes opposés à la présence de l'OTAN dans leur pays.

Par son intervention inhabituelle sur la scène internationale et la mise en garde préventive contre des crimes «anticipés», le président de la Cour Pénale internationale n'aura fait que dévoiler un aspect de ce plan machiavélique étudié dans ses moindres détails.

On aura saisi l'essentiel de l'enjeu des luttes en Côte d'Ivoire quand on a compris que le fond du problème réside dans les questions suivantes : qui va contrôler les ressources pétrolières découvertes au large de ce pays ? Quel est l'homme sur qui compter pour la perpétuation de rapports de domination et le maintien de la Côte d'Ivoire dans son état de néo-colonie, 50 ans après une indépendance formelle obtenue sans luttes ni sacrifices ? Au-delà de la Côte d'Ivoire, les néo-colonialistes ont surtout peur que l'exemple ivoirien fasse tâche d'huile et que les peuples de la «Françafrique»  se mettent l'un après l'autre à affirmer leur aspiration à une véritable indépendance en commençant par chasser les marionnettes de la grande bourgeoisie française.

La référence «au respect du choix démocratique du peuple» est risible dans la bouche des dirigeants des puissances impérialistes qui ont couvert et soutenu sans état d'âme des dictatures cruelles dans le monde tant qu'elles font prospérer les affaires de leurs capitalistes.

Dans tous les cas, même si Gbagbo a des liens étroits avec les socialistes français, lesquels n'ont brillé que par leur zèle à défendre le système néo-colonialiste, même si ses alliances passées laissent planer un petit doute sur les objectifs qu'il défend, la lutte qui s'engage entre les puissances impérialistes et la grande masse du peuple ivoirien, révoltée par l'arrogance des anciens colonisateurs et décidée à ne plus tolérer les rapports de domination et d'exploitation, cette lutte est en train de créer un mouvement d'ensemble qui dépasse les calculs mesquins des hommes politiques. Ceux-ci n'auront servi en fin de compte qu'à jouer le rôle de détonateur dans une région devenue un enjeu stratégique dans la lutte pour le contrôle des ressources énergétiques africaines. L'impérialisme veut infliger une leçon aux peuples. Il veut couper court au processus libérateur ivoirien pour dissuader les autres peuples d'Afrique de prendre en main le contrôle de leurs ressources naturelles à un moment où la crise du capitalisme met aux abois la grande bourgeoisie.

Les peuples auront le dernier mot quelles que soient leurs éventuelles défaites temporaires dans la destruction d'un système impérialiste condamné par l'histoire.

A supposer que Ouattara ait remporté de quelques voix les élections grâce au formidable appui financier et médiatique de l'impérialisme, la légitimité historique n'est pas de son côté. Elle n'est pas du côté des larbins des classes possédantes quand bien même une masse plus ou moins importante de gens trompées par la propagande des nantis et rivées à l'intérieur d'un horizon tribal et confessionnel borné leur accordent leurs suffrages. Elle est du côté du peuple qui secoue les chaînes de la domination impérialiste et des chefs qui dirigent son combat dans cette voie. Les grands bonds en avant des peuples vers le progrès ne se décident pas dans les urnes. En général celles-ci ne font qu'entériner les processus d'émancipation déjà accomplis pour l'essentiel. Le devoir des forces de progrès est de soutenir la lutte des peuples pour leur libération nationale.

De toute évidence, celle-ci ne fait que commencer en Côte d'Ivoire.


Par Kader Badreddine in Alger Républicain (Algérie) le 23 décembre 2010


Publié sur http://saoti.over-blog.com