topblog Ivoire blogs

jeudi, 02 février 2012

SENEGAL: LA FRANCE ENJOINT WADE DE CEDER SA PLACE


ALAIN JUPPE.jpg

Alain Juppé dit regretter que « certaines sensibilités ne soient pas représentées » pour l'élection présidentielle sénégalaise.

 

La France a fait savoir au Sénégal qu'elle souhaitait qu'il y ait un renouvellement de génération à la tête de l'Etat sénégalais, lors de la présidentielle de février, a déclaré mercredi 1er février le chef de la diplomatie française, assurant que "le message a été entendu à Dakar".

Alain Juppé, devant les députés français, a précisé le contenu du message que Paris a adressé aux autorités sénégalaises dans la perspective de l'organisation de l'élection présidentielle du 26 février. "Nous avons regretté que certaines sensibilités ne soient pas représentées. Nous avons même souhaité que le passage de générations soit organisé. Je préfère vous dire que le message a été entendu à Dakar (...) et enfin nous avons, bien sûr, appelé à la retenue et à l'absence de toute violence".

Refus du "diktat" de l'étranger

Mercredi, le ministre sénégalais des Affaires étrangères Madické Niang a affirmé n'avoir reçu "aucune notification des positions prises par certains pays amis" par la voie diplomatique normale mais "seulement dans la presse". Il a ajouté que le Sénégal n'avait "de leçon de démocratie à recevoir de personne" et n'accepterait "pas de diktat" de l'étranger, après des déclarations de responsables américains et français.

Lundi, le porte-parole du Quai d'Orsay, Bernard Valero, avait déjà regretté que "toutes les sensibilités politiques ne puissent être représentées" à la présidentielle sénégalaise, après la publication par le Conseil constitutionnel des candidatures, rejetant celle du chanteur Youssou Ndour et confirmant celle du président sortant, Abdoulaye Wade, âgé de 85 ans.

Bernard Valero n'avait cependant pas ajouté que Paris souhaitait "un passage de générations", comme l'a affirmé, mercredi, Alain Juppé.


Source: LE NOUVEL OBSERVATEUR

mercredi, 25 janvier 2012

LA FRANCE, A LA SUITE DES USA, CONDAMNE L’ATTAQUE DU MEETING DU FPI, ET EXIGE QUE LES AUTEURS DE CETTE BOUCHERIE SOIENT POURSUIVIS

 


OUATTARA ET SARKOZY 2.jpg

La France, à la suite des USA, a enfin condamné mardi (24 janvier 2012) l'attaque du meeting du FPI, le parti de Laurent Gbagbo, ce week-end à Yopougon-Ficgayo, dans la banlieue d'Abidjan.

Elle a en outre appelé la justice à tout mettre en œuvre pour poursuivre les auteurs de ces actes, qui ont fait au moins 1 mort et une centaine de blessés.

Bernard Valero, porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, a déclaré que "La France condamne les violences survenues au cours d'un meeting du parti de l'opposition, le FPI (Front Populaire Ivoirien) le 21 janvier à Yopougon", quartier de l'ouest d'Abidjan.
Pour certains analystes, c'est suite à une très forte pression des Etats unis, qui ont condamné hier sans ambiguités et avec la plus grande énergie la boucherie ourdie par les Frci infiltrés, contre ce meeting du FPI à Yopougon, que la France a été obligée de montrer pattes blanches et de condamner les violences contre le FPI samedi dernier, cela à la veille du début d'une visite d'Etat en France d'Alassane Ouattara.

Une condamnation française qualifiée de molle et de convenue par plusieurs diplomates en poste à Abidjan, alors selon la même source, le Président Barack Obama, très choqué et se sentant trahi, a définitivement pris ses distances avec le régime Ouattara, qu'il n'avait pas auparavant hésité à qualifier de très diplomatique. Il avait même reçu Alassane Ouattara, avec d'autres leaders africains, à la Maison blanche.

"Nous appelons la justice ivoirienne à identifier et poursuivre les auteurs de ces actes. "Nous rappelons notre attachement aux libertés d'opinion, de réunion et d'expression", a ajouté Bernard Valero.

Une à trois personnes ont été tuées et au moins 68 blessées samedi lors de l'attaque d'un meeting du FPI par des soldats FRCI infiltrés et armé, proches d'Alassane Ouattara, selon un diplomate.


Michèle Laffont


Source: IVOIREBUSINESS