topblog Ivoire blogs

jeudi, 02 février 2012

SENEGAL: LA FRANCE ENJOINT WADE DE CEDER SA PLACE


ALAIN JUPPE.jpg

Alain Juppé dit regretter que « certaines sensibilités ne soient pas représentées » pour l'élection présidentielle sénégalaise.

 

La France a fait savoir au Sénégal qu'elle souhaitait qu'il y ait un renouvellement de génération à la tête de l'Etat sénégalais, lors de la présidentielle de février, a déclaré mercredi 1er février le chef de la diplomatie française, assurant que "le message a été entendu à Dakar".

Alain Juppé, devant les députés français, a précisé le contenu du message que Paris a adressé aux autorités sénégalaises dans la perspective de l'organisation de l'élection présidentielle du 26 février. "Nous avons regretté que certaines sensibilités ne soient pas représentées. Nous avons même souhaité que le passage de générations soit organisé. Je préfère vous dire que le message a été entendu à Dakar (...) et enfin nous avons, bien sûr, appelé à la retenue et à l'absence de toute violence".

Refus du "diktat" de l'étranger

Mercredi, le ministre sénégalais des Affaires étrangères Madické Niang a affirmé n'avoir reçu "aucune notification des positions prises par certains pays amis" par la voie diplomatique normale mais "seulement dans la presse". Il a ajouté que le Sénégal n'avait "de leçon de démocratie à recevoir de personne" et n'accepterait "pas de diktat" de l'étranger, après des déclarations de responsables américains et français.

Lundi, le porte-parole du Quai d'Orsay, Bernard Valero, avait déjà regretté que "toutes les sensibilités politiques ne puissent être représentées" à la présidentielle sénégalaise, après la publication par le Conseil constitutionnel des candidatures, rejetant celle du chanteur Youssou Ndour et confirmant celle du président sortant, Abdoulaye Wade, âgé de 85 ans.

Bernard Valero n'avait cependant pas ajouté que Paris souhaitait "un passage de générations", comme l'a affirmé, mercredi, Alain Juppé.


Source: LE NOUVEL OBSERVATEUR

samedi, 28 janvier 2012

ALASSANE OUATTARA ET ABDOULAYE WADE FONT LA HONTE DE L'AFRIQUE


OUATTARA ET WADE.jpg

Afrique, mon Afrique, où vas-tu ?

 

Côte d'Ivoire - Tant que les Africains accepteront de se faire marcher sur les pieds, rien ne changera. Vraiment rien. J'ai été choqué de voir le président ivoirien, Alassane Dramane Ouattara, être reçu en France, à l'aéroport d'Orly, pour sa visite... officielle, être accueilli par le ministre français de l'Intérieur, Claude Guéant. Comment peut-on envoyer un ministre recevoir un président ?

Le premier-ministre français François Fillon n'a pas daigné, lui aussi, se déplacer. Que vaut un chef d'Etat africain ? Le mépris que les pays occidentaux ont vis à vis de leurs homologues africains, devrais-je dire sous-préfets africains, est abyssal. La France a organisée une pseudo parade aux Invalides à l'honneur de son hôte ivoirien. Fastueux, avec escorte de la Garde républicaine à cheval et à moto, ce n'était que moquerie.

Comment l'Afrique est méprisée et maltraitée par la France ? Le président ivoirien vient de montrer l'illustration. Mais, il y a pire. Comment un chef d'Etat africain peut-il se déplacer en allant sur une chaîne de télévision ? Non, vous ne rêvez pas, Alassane Dramane Ouattara s'est rendu en début d'après-midi à LCI au lieu que la chaîne aille à lui. Ridicule.

Sénégal - Le Conseil constitutionnel a accepté 14 candidatures dont celle d'Abdoulaye Wade à l'élection présidentielle du 26 février à l'issue d'une longue séance de délibération. Il faut savoir que le même conseil n'accepte dans ses textes que deux candidatures alors que Wade court pour un 3e mandat. A gerber. Après l'annonce, hier soir, vendredi, de nombreux incidents ont eu lieu. Nous en saurons un peu plus dans la journée.

Craignant la popularité de l'artiste Youssou Ndour, le Conseil constitutionnel sénégalais a déclaré sa candidature irrecevable, sans toutefois précisé dans son arrêté, ce qui motivait sa décision. Elle est belle la démocratie sénégalaise, avec Wade aux commandes. Quelle honte ! Youssou Ndour ne fait pas seul les frais de cet arrêté scélérat. Ceux qui l'accompagne dans son malheur sont: Kéba Keinde et Abdourahmane Sarr.

Bien sûr, puisque Abdoulaye Wade est l'ami de Sarkozy, ou plutôt son laquais, vous n'entendrez ici chez nous en France, aucune voix s'élever contre ce viol du peuple sénégalais perpétré par cet homme qui a détruit la belle démocratie sénégalaise. Il ne reste qu'à l'opposition sénégalaise d'avoir un candidat unique sinon, ça va encore être la bérézina.


Source: ALLAIN JULES