topblog Ivoire blogs

jeudi, 24 mars 2011

FACE CACHEE: LA TECHNIQUE DU COUP D'ETAT COLORE


DRAPEAU AMERICAIN.jpg

Par John Laughland (*)

 

La technique des coups d'État colorés trouve son origine dans une abondante littérature du début du XXe siècle. Elle a été mise en application avec succès par les néo-conservateurs états-uniens pour « changer les régimes » de plusieurs États post-soviétiques. Elle a par contre échoué dans des univers culturels différents (Venezuela, Liban, Iran). John Laughland, qui couvrit certaines de ces opérations pour le Guardian, revient sur ce phénomène.

Au cours de ces dernières années, une série de « révolutions » ont éclaté en différents endroits du monde.

Géorgie

En novembre 2003, le président Edouard Chevardnadze a été renversé à la suite de manifestations et d'allégations d'élections truquées.

Ukraine

En novembre 2004, des manifestations - la « Révolution orange » - commencèrent au moment où des accusations similaires d'élections truquées étaient formulées. Il en résulta que le pays perdit son ancien rôle géopolitique de pont entre l'Est et l'Ouest et fut poussé vers une adhésion à l'OTAN et à l'UE. Étant donné que la Rus de Kiev fut le premier État russe et que l'Ukraine s'est maintenant tournée contre la Russie, il s'agit là d'un événement historique. Mais, comme le disait George Bush, « vous êtes soit avec nous soit contre nous ». Bien que l'Ukraine ait envoyé des troupes en Irak, elle était manifestement considérée comme trop amie de Moscou.

Liban

Peu après que les États-Unis et l'ONU aient déclaré que les troupes syriennes devaient se retirer du Liban et suite à l'assassinat de Rafik Hariri, les manifestations de Beyrouth ont été présentées comme la « Révolution du Cèdre ». Une énorme contre-manifestation du Hezbollah, le plus important parti pro-syrien, fut passée sous silence alors que la télévision montrait sans fin la foule anti-syrienne. Exemple particulièrement énorme de mauvaise foi orwellienne, la BBC expliqua aux téléspectateurs que « le Hezbollah, le plus grand parti politique du Liban, est jusqu'ici la seule voix dissidente qui souhaite que les Syriens restent au Liban ». Comment la majorité populaire peut-elle être une « voix dissidente » ? [1]

Kirghizistan

Après les « révolutions géorgienne et ukrainienne, nombreux sont ceux qui prédisaient que la vague de « révolutions » allait s'étendre aux anciens États soviétiques d'Asie centrale. Et c'est ce qui arriva. Les commentateurs semblaient divisés sur la question de savoir quelle couleur attribuer au soulèvement de Bichkek : révolution « citron » ou « tulipe » ? Ils n'ont pas pu se décider. Mais ils étaient tous d'accord sur un point : ces révolutions sont cool, même quand elles sont violentes. Le président du pays, Askar Akaïev, fut renversé le 24 mars 2005 et les contestataires prirent d'assaut le palais présidentiel et le mirent à sac.

Ouzbékistan

Lorsque des rebelles armés s'emparèrent des bâtiments gouvernementaux, libérèrent des prisonniers et prirent des otages dans la nuit du 12 au 13 mai dans la ville ouzbek d'Andijan (située dans la vallée de Ferghana où les troubles avaient également commencé au Kirghizistan voisin), la police et l'armée encerclèrent les rebelles et il en résulta une impasse de longue durée. On entreprit des négociations avec les rebelles qui ne cessèrent d'augmenter leurs revendications. Quand les forces gouvernementales les attaquèrent, les combats firent quelque 160 morts dont 30 parmi les forces de la police et de l'armée. Pourtant les médias occidentaux présentèrent immédiatement ces affrontements violents de manière déformée, prétendant que les forces gouvernementales avaient ouvert le feu sur des contestataires non armés, sur « le peuple ».

Ce mythe sans cesse répété de la révolte populaire contre un gouvernement dictatorial est populaire à gauche comme à droite de l'éventail politique. Autrefois, le mythe de la révolution était manifestement réservé à la gauche, mais lorsque le putsch violent eut lieu au Kirghizistan, le Times s'enthousiasma à propos des scènes de Bichkek qui lui rappelaient les films d'Eisenstein sur la révolution bolchévique ; le Daily Telegraph exalta le « pouvoir pris par le peuple » et le Financial Times eut recours à une métaphore maoïste bien connue lorsqu'il vanta la « longue marche du Kirghizistan vers la liberté ».

Une des idées clés à la base de ce mythe est manifestement que le « peuple » est derrière les événements et que ces derniers sont spontanés. En réalité, bien sûr, ce sont des opérations très organisées, souvent mises en scène pour les médias et habituellement créés et contrôlés par les réseaux transnationaux d'« ONG » qui sont des instruments du pouvoir occidental.

La littérature sur les coups d'État

Le mythe de la révolution populaire spontanée perd de sa prégnance en raison de l'ample littérature sur les coups d'État et les principales tactiques utilisées pour les provoquer. C'est bien entendu Lénine qui a développé la structure organisationnelle vouée au renversement d'un régime que nous connaissons maintenant sous le nom de parti politique. Il différait de Marx en ce qu'il ne pensait pas que le changement historique était le résultat de forces anonymes inéluctables. Il pensait qu'il fallait le provoquer.

Mais ce fut probablement Curzio Malaparte qui le premier, dans Technique du coup d'État, donna une forme célèbre à ces idées [2]. Publié en 1931, ce livre présente le changement de régime comme une technique. Malaparte était en désaccord avec ceux qui pensaient que les changements de régime étaient spontanés. Il commence son livre en rapportant une discussion entre des diplomates à Varsovie au printemps 1920 : La Pologne a été envahie par l'armée rouge de Trotski (la Pologne avait elle-même envahi l'Union soviétique, prenant Kiev en avril 1920) et les bolcheviques étaient aux portes de Varsovie. La discussion avait lieu entre le ministre de Grande-Bretagne, Sir Horace Rumbold, le Nonce papal, Monseigneur Ambrogio Damiano Achille Ratti (lequel fut élu pape deux ans plus tard sous le nom de Pie XI). L'Anglais disait que la situation politique intérieure de la Pologne était si chaotique qu'une révolution était inévitable et que le corps diplomatique devait fuir la capitale et se rendre à Poznan. Le Nonce n'était pas d'accord, insistant sur le fait qu'une révolution était tout aussi possible dans un pays civilisé comme l'Angleterre, la Hollande ou la Suisse que dans un pays en état d'anarchie. Naturellement, l'Anglais était choqué à l'idée qu'une révolution pût éclater en Angleterre. « Jamais ! » s'exclama-t-il. Les faits lui ont donné tort car il n'y eut aucune révolution en Pologne et cela, selon Malaparte parce que les forces révolutionnaires n'étaient pas suffisamment bien organisées.

Cette anecdote permet à Malaparte d'aborder les différences entre Lénine et Trotski, deux praticiens du coup d'État. Il montre que le futur pape avait raison et qu'il était faux de dire que certaines conditions sont nécessaires pour qu'il y ait révolution. Pour Malaparte, comme pour Trotski, on peut provoquer un changement de régime dans n'importe quel pays, y compris dans les démocraties stables d'Europe occidentale à condition qu'il y ait un groupe d'hommes suffisamment déterminés à l'effectuer.

Fabriquer le consentement

Cela nous amène à d'autres textes relatifs à la manipulation médiatique. Malaparte lui-même n'aborde pas cet aspect mais celui-ci est a) très important et b) constitue un élément de la technique utilisée pour les changements de régime aujourd'hui. À vrai dire, le contrôle des médias durant un changement de régime est si important qu'une des caractéristiques de ces révolutions est la création d'une réalité virtuelle. Le contrôle de cette réalité est lui-même un instrument du pouvoir, si bien que lors des coups d'États classiques des républiques bananières, la première chose dont s'emparent les révolutionnaires est la radio.

Les gens éprouvent une forte répugnance à accepter l'idée que les événements politiques, aujourd'hui, sont délibérément manipulés. Cette répugnance est elle-même un produit de l'idéologie de l'ère de l'information qui flatte la vanité des gens et les incite à croire qu'ils ont accès à une somme considérable d'informations. En fait, l'apparente diversité de l'information médiatique moderne cache une extrême pauvreté de sources originales, de même qu'une rue entière de restaurants sur un rivage grec peut cacher la réalité d'une seule cuisine à l'arrière. Les informations sur les événements importants proviennent souvent d'une source unique, souvent une agence de presse et même des diffuseurs d'informations comme la BBC se contentent de recycler les informations reçues de ces agences tout en les présentant comme étant les leurs. Les correspondants de la BBC sont souvent dans leurs chambres d'hôtel lorsqu'ils envoient leurs dépêches, lisant souvent pour le studio de Londres l'information que leur ont transmise leur collègues en Angleterre, qui les ont à leur tour reçues des agences de presse. Un second facteur expliquant la répugnance à croire à la manipulation des médias est lié au sentiment d'omniscience que notre époque de mass média aime flatter : critiquer les informations de la presse, c'est dire aux gens qu'ils sont crédules et ce message n'est pas agréable à recevoir.

La manipulation médiatique a plusieurs aspects. L'un des plus importants est l'iconographie politique. C'est un instrument très important utilisé pour défendre la légitimité des régimes qui ont pris le pouvoir par la révolution. Il suffit de penser à des événements emblématiques comme la prise de la Bastille le 14 juillet 1789, l'assaut du Palais d'Hiver pendant la révolution d'octobre 1917 ou la marche de Mussolini sur Rome en 1922 pour se rendre compte que certains événements peuvent être élevés au rang de sources presque éternelles de légitimité.

Cependant, l'importance de l'imagerie politique va bien au-delà de l'invention d'un emblème pour chaque révolution. Elle implique un contrôle beaucoup plus rigoureux des médias et généralement ce contrôle doit être exercé sur une longue période, pas seulement au moment du changement de régime. Il est vraiment essentiel que la ligne du parti soit répétée ad nauseam. Un aspect de la culture médiatique d'aujourd'hui que de nombreux dissidents dénoncent à la légère est que les opinions dissidentes peuvent être exprimées et publiées, mais c'est précisément parce que, n'étant que des gouttes d'eau dans l'océan, elles ne représentent jamais une menace pour la marée propagandiste.

Willy Münzenberg

Un des maîtres modernes du contrôle des médias fut le communiste allemand avec qui Goebbels apprit son métier, Willy Münzenberg. Il n'est pas seulement l'inventeur de la manipulation mais aussi le premier à avoir mis au point l'art de créer un réseau de journalistes formateurs de l'opinion qui propagèrent des idées correspondant aux besoins du Parti communiste allemand et à l'Union soviétique. Il fit fortune en édifiant un vaste empire médiatique.

Il était très impliqué dans le projet communiste dès le début. Il appartenait aux proches de Lénine à Zurich et en 1917, il accompagna le futur chef de la révolution bolchévique de la gare centrale de Zurich à la gare de Finlande à Saint-Pétersbourg dans un train plombé, avec l'aide des autorités impériales allemandes. Lénine demanda à Münzenberg de combattre la publicité épouvantable suscitée par le fait qu'en 1921, 25 millions de paysans de la région de la Volga commencèrent à souffrir de la famine qui frappait l'État soviétique nouvellement créé. Münzenberg, qui était alors rentré à Berlin où il fut plus tard élu député communiste au Reichstag, fut chargé de créer une œuvre de bienfaisance ouvrière factice, le Foreign Committee for the Organisation of Worker Relief for the Hungry in Soviet Russia dont le but était de faire croire que les secours humanitaires provenaient d'autres sources que de la Herbert Hoover's American Relief Administration. Lénine craignait non seulement que Hoover utilise son projet humanitaire pour envoyer des espions en URSS (ce qu'il fit) mais également - chose peut-être plus importante - que le premier État communiste au monde ne souffre fatalement de la publicité négative due au fait que l'Amérique capitaliste lui venait en aide à quelques années de la Révolution.

Après s'être fait la main en « vendant » la mort de millions de personnes causée par les bolcheviques, Münzenberg se tourna vers des activités de propagande plus générales. Il édifia un vaste empire médiatique connu sous le nom de Trust Münzenberg qui possédait deux quotidiens de masse en Allemagne, un hebdomadaire de masse et avait des intérêts dans d'autres publications dans le monde. Il s'illustra particulièrement en mobilisant l'opinion mondiale contre l'Amérique lors du procès de Sacco et Vanzetti (deux immigrés italiens anarchistes condamnés à mort pour meurtre dans le Massachusetts en 1921) et pour contrebalancer l'idée propagée par les nazis selon laquelle l'incendie du Reichstag en 1933, était l'œuvre d'un complot communiste. Rappelons que les nazis prirent prétexte de cet incendie pour procéder à des arrestations et à des exécutions en masse de communistes. (On pense maintenant que le feu a en réalité été mis à titre individuel par l'homme qui fut arrêté dans le bâtiment à l'époque, le pyromane Martinus van der Lubbe). Münzenberg réussit à convaincre une partie importante de l'opinion d'un mensonge opposé à celui des nazis, c'est-à-dire que ceux-ci avaient mis le feu eux-mêmes afin d'avoir un prétexte pour se débarrasser de leurs principaux adversaires.

Le fait le plus significatif pour notre époque est que Münzenberg comprit combien il est important d'influencer les faiseurs d'opinion. Il avait essentiellement pour cible les intellectuels, partant de l'idée qu'ils étaient faciles à influencer en raison de leur grande vanité. Il avait notamment des contacts avec un grand nombre de personnalités littéraires des années 1930. Il en encouragea beaucoup à soutenir les Républicains lors de la guerre civile espagnole et d'en faire une cause célèbre de l'anti-fascisme communiste. La tactique de Münzenberg revêt une grande importance dans la manipulation de l'opinion en faveur du Nouvel ordre mondial aujourd'hui. Plus que jamais, des « experts » apparaissent sur nos petits écrans pour nous expliquer les événements et ils sont toujours des véhicules de la ligne officielle du parti. On les contrôle de différentes manières, généralement avec de l'argent ou par la flatterie.

Psychologie de la manipulation de l'opinion

Il existe une série d'ouvrages qui mettent le doigt sur un aspect un peu différent de la technique spécifique mise au point par Münzenberg. Il concerne la manière d'amener les gens à agir collectivement en recourant à des stimuli psychologiques. Peut-être que le premier théoricien important en fut le neveu de Freud, Edward Bernays, qui écrivait dans son ouvrage Propaganda, paru en 1928, qu'il était tout à fait naturel et justifié que les gouvernements façonnent l'opinion publique à des fins politiques [3]. Le premier chapitre porte le titre révélateur suivant : « Organiser le chaos ». Pour Bernays, la manipulation consciente et intelligente des opinions et des habitudes des masses est un élément important des sociétés démocratiques. Ceux qui manipulent les mécanismes cachés de la société constituent un gouvernement invisible qui représente le vrai pouvoir. Nous sommes dirigés, nos esprits sont façonnés, nos goûts formés, nos idées suggérées essentiellement par des hommes dont nous n'avons jamais entendu parler. C'est la conséquence logique de la manière dont notre société démocratique est organisée. Un grand nombre d'êtres humains doivent coopérer afin de vivre ensemble dans une société qui fonctionne bien. Dans presque tous les actes de notre vie quotidienne, qu'il s'agisse de la sphère politique, des affaires, de nos comportements sociaux ou de nos conceptions éthiques, nous sommes dominés par un nombre relativement réduit de personnes qui connaissent les processus mentaux et les caractéristiques sociales des masses. Ce sont elles qui contrôlent l'opinion.

Pour Bernays, très souvent les membres du gouvernement invisible ne savent même pas qui en sont les autres membres. La propagande est le seul moyen d'empêcher l'opinion publique de sombrer dans le chaos. Bernays continua de travailler sur le sujet après la guerre et a publié, en 1947, The Engineering of Consent [4], titre auquel Edward Herman et Noam Chomsky faisaient allusion lorsqu'ils publièrent leur ouvrage majeur La fabrique du consentement en 1988 [5]. Le rapport avec Freud est important parce que, comme nous allons le voir, la psychologie est un outil capital pour influencer l'opinion publique. Selon deux des auteurs ayant collaboré à La fabrique du consentement, Doris E. Fleischmann et Howard Walden Cutler écrivent que chaque chef politique doit faire appel à des émotions humaines de base afin de manipuler l'opinion. L'instinct de conservation, l'ambition, l'orgueil, la faim, l'amour de la famille et des enfants, le patriotisme, l'esprit d'imitation, le désir de commander, le goût du jeu ainsi que d'autres besoins sont les matières brutes psychologiques que chaque leader doit prendre en compte dans ses efforts pour gagner l'opinion publique à ses idées. Pour préserver leur confiance en eux, la plupart des gens ont besoin d'être certains que tout ce qu'ils croient est vrai.

C'est ce que Münzenberg avait bien compris : le besoin fondamental des hommes de croire ce qu'ils veulent croire. Thomas Mann faisait allusion à ce phénomène quand il attribua l'ascension d'Hitler au désir collectif du peuple allemand de croire à un « conte de fées » dissimulant la laide réalité.

À ce sujet, d'autres ouvrages méritant d'être mentionnés concernent moins la propagande électronique moderne que la psychologie des foules. Les classiques, ici, sont Psychologie des foules de Gustave Le Bon (1895) [6], Masse et puissance d'Elias Canetti (1960) [7] et Le viol des foules par la propagande politique de Serge Tchakhotine (1939) [8]. Tous ces livres font abondamment appel à la psychologie et à l'anthropologie. Il y a également le magnifique ouvrage de l'anthropologue René Girard dont les écrits sur la logique de l'imitation (mimesis) et sur les actions violentes collectives sont d'excellents outils pour comprendre pourquoi l'opinion publique peut si facilement être amenée à soutenir la guerre et d'autres formes de violence politique.

Technique de formation de l'opinion

Après la guerre, un grand nombre des techniques mises au point par le communiste Münzenberg furent adoptées par les États-uniens, comme le montre magnifiquement l'excellent ouvrage de Frances Stonor Saunders Qui mène la danse ? La CIA et la Guerre froide culturelle [9]. Saunders explique de manière extrêmement détaillée comment, au début de la Guerre froide, les États-uniens et les Britanniques commencèrent une importante opération clandestine destinée à financer des intellectuels anti-communistes [10]. L'élément fondamental est qu'ils concentrèrent leur attention sur des personnalités de gauche, surtout des trotskistes qui n'avaient cessé de soutenir l'Union soviétique qu'en 1939 lorsque Staline signa le Pacte de non-agression avec Hitler et qui avaient souvent travaillé auparavant pour Münzenberg. Un grand nombre de ces personnes qui se situaient au point de jonction entre le communisme et la CIA au début de la Guerre froide sont devenus des néo-conservateurs de premier plan, en particulier Irving Kristol, James Burnham, Sidney Hook et Lionel Trilling [11].

Les origines gauchistes, voire trotskistes, du néo-conservatisme sont connues, bien que je continue d'être surpris par de nouveaux détails que je découvre, par exemple que Lionel et Diana Trilling ont été mariés par un rabbin qui considérait Felix Dzerjinski, fondateur de la police secrète bolchévique (ancêtre du KGB) et pendant communiste de Himmler, comme un modèle d'héroïsme. Ces origines gauchistes entretiennent un rapport particulier avec les opérations clandestines évoquées par Saunders car l'objectif de la CIA était précisément d'influencer les opposants de gauche au communisme, c'est-à-dire les trotskistes. L'idée de la CIA était simplement que les anti-communistes de droite n'avaient pas besoin d'être influencés et encore moins d'être payés. Saunders cite Michael Warner lorsqu'elle écrit que pour la CIA, la stratégie consistant à soutenir la gauche anticommuniste allait devenir le fondement théorique des opérations politiques de la CIA contre le communisme pendant les deux décennies suivantes.

La stratégie était décrite dans The Vital Center : The Politics of Freedom d'Arthur Schlesinger (1949) [12], ouvrage qui constitue une des pierres angulaires de ce qui devint plus tard le mouvement néoconservateur. Saunders écrit que l'objectif consistant à soutenir des groupes gauchistes n'était ni de détruire ni de dominer ces groupes mais plutôt de maintenir une discrète proximité et de diriger leur pensée, de leur procurer un moyen de se défouler et, à la limite, de s'opposer à leurs actions au cas où ils deviendraient trop « radicaux ». Les manières dont cette influence de gauche fut ressentie furent nombreuses et variées. Les États-Unis étaient décidés à donner d'eux-mêmes une image progressiste, en contraste avec l'Union soviétique « réactionnaire ». Autrement dit, ils voulaient faire exactement ce que faisaient les Soviétiques. En musique, par exemple, Nicolas Nabokov (le cousin de l'auteur de Lolita) était l'un des principaux agents du Congrès pour la liberté de la Culture. En 1954, la CIA finança un festival de musique à Rome au cours duquel l'amour « autoritaire » de Staline pour des compositeurs comme Rimski-Korsakov et Tchaïkovski fut « contré » par de la musique moderne non orthodoxe inspirée du dodécaphonisme de Schoenberg. Pour Nabokov, promouvoir une musique qui abolissait manifestement les hiérarchies naturelles, c'était délivrer un message politique clair. Un autre progressiste, le peintre Jackson Pollock, ancien communiste, fut également soutenu par la CIA. Ses barbouillages étaient censés représenter l'idéologie américaine de la « liberté » opposée à l'autoritarisme de la peinture du réalisme socialiste. (Cette alliance avec les communistes a précédé la Guerre froide : le fresquiste communiste mexicain Diego Rivera fut parrainé par Abby Aldrich Rockefeller mais leur collaboration prit fin subitement lorsque Rivera refusa de retirer un portrait de Lénine d'une scène de foule peinte sur les murs du Rockefeller Center en 1933.)

Ce mélange entre la culture et la politique fut encouragé explicitement par un organisme de la CIA qui avait un nom très orwellien, le Bureau de stratégie psychologique. En 1956, il parraina une tournée européenne du Metropolitan Opera dont l'objectif politique était d'encourager le multiculturalisme. Son organisateur, Junkie Fleischmann, déclara : « Nous, aux États-Unis, nous sommes un melting-pot et par là nous prouvons que les peuples peuvent s'entendre indépendamment des races, des couleurs de peau ou des confessions. En utilisant le terme de « melting-pot » ou toute autre expression accrocheuse, nous pourrions présenter le Met comme un exemple de la manière dont les Européens immigrés peuvent s'entendre aux États-Unis et suggérer que, par conséquent, une espèce de fédération européenne est tout à fait possible. »

Soit dit en passant, c'est exactement l'argument utilisé notamment par Ben Wattenberg qui, dans son ouvrage The First Universal Nation, soutient que les États-Unis possèdent un droit particulier à l'hégémonie mondiale parce qu'elle réunit toutes les nations et races de la planète. La même idée a été exprimée par Newt Gingrich et d'autres néoconservateurs.

Parmi les autres sujets mis en avant, certains sont au centre de la pensée néoconservatrice d'aujourd'hui. Le premier d'entre eux est la croyance authentiquement libérale à l'universalisme moral et politique. Elle a été au centre de la philosophie de la politique étrangère de George W. Bush. À de nombreuses occasions, il a déclaré que les valeurs politiques sont les mêmes dans le monde entier et il a utilisé cette affirmation pour justifier l'intervention militaire en faveur de la « démocratie ». Au début des années 1950, Raymond Allen, directeur du PSB (le Bureau de stratégie psychologique fut rapidement désigné uniquement par ses initiales, sans doute afin de cacher son vrai nom) était déjà parvenu à la conclusion suivante : « Les principes et idéaux contenus dans la Déclaration d'indépendance et la Constitution sont destinés à être exportés et constituent le patrimoine des hommes partout dans le monde. Nous devrions nous adresser aux besoins fondamentaux de l'humanité qui, je crois, sont les mêmes pour l'agriculteur du Texas que pour celui du Pendjab. »

Certes, il serait faux d'attribuer la propagation des idées uniquement à la manipulation clandestine. Elles s'inscrivent dans de vastes courants culturels dont les causes sont multiples. Mais il ne fait pas de doute que la domination de ces idées peut être considérablement facilitée par des opérations clandestines, en particulier parce que les gens des sociétés d'information de masse sont étonnamment influençables. Non seulement, ils croient ce qu'ils lisent dans les journaux mais ils s'imaginent qu'ils sont arrivés aux conclusions par eux-mêmes. Par conséquent, l'astuce pour manipuler l'opinion publique consiste à appliquer ce qui a été théorisé par Bernays, mis en place par Münzenberg et élevé au rang d'un grand art par la CIA. Selon l'agent de la CIA Donald Jameson, en ce qui concerne les attitudes que l'Agence désirait susciter par ses activités, il est évident qu'elle voulait produire des gens qui étaient intimement persuadés que tout ce que faisait le gouvernement était juste.

Autrement dit, ce que la CIA et d'autres agences ont fait pendant cette période fut d'adopter la stratégie que nous associons au marxiste italien Antonio Gramsci qui affirmait que l'« hégémonie culturelle » était essentielle pour la révolution socialiste.

Désinformation

Enfin, il existe une quantité énorme de textes sur la technique de désinformation. J'ai déjà mentionné le fait important, formulé à l'origine par Tchakhotine, que le rôle des journalistes et des médias est fondamental pour s'assurer que la propagande est constante. Il écrit que la propagande ne saurait s'interrompre, formulant ainsi une des règles fondamentales de la désinformation moderne qui est que le message doit être répété très souvent pour passer. Avant tout, Tchakhotine dit que les campagnes de propagande doivent être dirigées de manière centralisée et très organisée, ce qui est devenu la norme à l'ère de la « communication » politique moderne. Les membres travaillistes du Parlement britannique, par exemple, ne peuvent pas parler aux médias sans l'autorisation du Director for Communications du 10, Downing Street.

Sefton Delmer était à la fois un praticien et un théoricien de la black propaganda (désinformation). Il créa une fausse station de radio qui, pendant la Seconde Guerre mondiale, diffusait de la Grande-Bretagne vers l'Allemagne et répandit le mythe qu'il y avait de bons Allemands patriotes qui s'opposaient à Hitler. On maintint le mythe qu'il s'agissait en réalité d'une station allemande clandestine et on la fit émettre sur des fréquences proches de celles des stations officielles. Ce genre de « black propaganda » fait maintenant partie de l'arsenal de la « communication » gouvernementale états-unienne. Le New York Times a révélé que le gouvernement faisait des bulletins d'informations favorables à sa politique qui étaient ensuite diffusés sur les chaînes ordinaires et présentés comme s'ils émanaient de ces chaînes.

Il y a de nombreux autres auteurs qui ont écrit sur le sujet et j'ai parlé de certains d'entre eux dans ma chronique All News Is Lies mais peut-être que l'ouvrage qui correspond le mieux au débat actuel est celui de Roger Mucchielli, La Subversion, publié en français en 1971 et qui montre que la désinformation, autrefois tactique auxiliaire pendant la guerre, est devenue une tactique principale [13]. Selon lui, la stratégie s'est développée au point que l'objectif est maintenant de conquérir un pays sans même l'attaquer physiquement, en particulier en recourant à des agents d'influence à l'intérieur. C'est essentiellement l'idée proposée et discutée par Robert Kaplan dans son essai publié dans The Atlantic Monthly en juillet/août 2003 et intitulé « Supremacy by Stealth » [14]. Un des plus sinistres théoriciens du Nouvel ordre mondial et de l'Empire américain, Robert Kaplan, défend explicitement l'utilisation illégale et immorale de la force pour permettre aux États-Unis de contrôler le monde entier. Son essai concerne le recours aux opérations secrètes, à la force des armes, aux coups tordus, à la désinformation, aux influences clandestines, à la formation de l'opinion, voire aux assassinats politiques, tous moyens relevant d'une « éthique païenne » et destinés à assurer la domination US.

Un autre point à souligner à propos de Mucchielli est qu'il fut un des premiers théoriciens du recours à de fausses ONG ou « organisations de façade » pour provoquer un changement politique interne dans un autre pays. Comme Malaparte et Trotski, Mucchielli avait compris que ce n'étaient pas des circonstances « objectives » qui faisaient le succès ou l'échec d'une révolution mais la perception de ces circonstances créée par la désinformation. Il avait également compris que les révolutions historiques, qui se présentaient invariablement comme le produit de mouvements de masse, étaient en réalité l'œuvre d'un tout petit nombre de conspirateurs très bien organisés. Comme Trotski, Mucchielli insistait sur le fait que la majorité silencieuse devait être absolument exclue du mécanisme de changement politique, précisément parce que les coups d'État sont l'œuvre d'un petit nombre de personnes et non de la masse.

L'opinion est le « forum » où l'on pratique la subversion et Mucchielli montre les différentes manières d'utiliser les mass médias pour créer une psychose collective. Selon lui, les facteurs psychologiques sont extrêmement importants à cet égard, particulièrement dans la poursuite de stratégies importantes comme la démoralisation d'une société. L'adversaire doit être amené à perdre confiance dans le bien-fondé de sa cause et tous les efforts doivent être tentés pour le convaincre que son adversaire est invincible.

Rôle des militaires

Lire la suite